Frédéric Atsou Galley : Il recadre l’opposition togolaise

0

Merci de m’avoir envoyé cette analyse très pertinente de la situation Togolaise. J’espère du fond de mon coeur , qu’un jour, notre pays trouvera la paix et l’union nécessaires à la construction d’une véritable réponse au défi majeur qui nous est lancé celui du développement et de la préparation d’un pays-patrimoine viable que nous laisserons à nos enfants, petits-enfants, arrières-petits enfants etc….

Ce que je considère comme une véritable énigme, c’est comment avons-nous réussi à transformer en un un tel gâchis le discours fondateur de Maurice Dahuku Péré du 24 Mars 2002, le Gorbatchev Togolais? Comment après un acte aussi patriotique que révolutionnaire, en soyons-nous encore aujourd’hui à ronronner et aussi à n’avoir que pour seul projet pour le Peuple Togolais, la marche inexorable vers l’impasse? Décidément, il y a quelque chose de dramatiquement énigmatique dans le jeu politique et politicien de la classe politique togolaise aussi bien du côté de l’oligarchie tribalo-clanique et familiale qui fait du Togo sa propriété privée que de celui d’une classe politique et politicienne sans tête, sans boussole et dont la seule ambition se résume à la promotion individuelle souvent illégitime de quelques uns.

Ayant eu récemment à travailler aux côtés de mon ami Kofi Yamgnane (qui n’est pas sans reproches) alors Conseiller aux Affaires Africaines du Candidat François Hollande sur le projet de la Politique Africaine du futur Président Hollande (Devenu le Président en exercice depuis), j’ai eu à attirer l’attention de l’équipe du projet sur l’illusion que certains Africains nourrissaient sur le fait que François Hollande élu deviendrait le faiseur des Rois en Afrique en destituant par ci et en octroyant le pouvoir par là. J’ai eu dans mes interventions à souligner ce fait qui à mes yeux était incontournable que si on voulait avancer chez nous et ailleurs dans d’autres pays Africains, il fallait guérir à la fois les oligarchies au pouvoir et les oppositions qui aspiraient à y être. Le rôle de la France à mes yeux devrait s’arrêter à défendre les Valeurs Républicaines et surtout à promouvoir de véritables élections démocratiques en empêchant toutes les manoeuvres de vol, de tricherie dont on connait malheureusement les dégâts post électoraux qu’elles engendraient en Afrique. La France ne pouvait dire qui était bon ou qui ne l’était pas parmi les aspirants au pouvoir. Le choix de leurs dirigeants incombait exclusivement aux Africains eux-mêmes et le rôle de la Communauté Internationale devrait se résumer à rendre les élections véritablement crédibles.

En ce qui concerne le Togo, je pense que son opposition ne donne pas aujourd’hui suffisamment de gage organisationnel et programmatique pour être considérée pour l’instant comme une possibilité d’alternance politique crédible pouvant assurer la paix et la stabilité dans ce pays. D’immenses possibilités de structuration crédible sont à sa portée. Des talents individuels ne lui manquent pas. Des anciens Premiers Ministres, des Anciens Parlementaires voire des anciens Présidents du Parlement sont dans ses rangs. D’anciens Ministres et d’Eminents Intellectuels connus et reconnus au niveau international y foisonnent. De nombreux jeunes talentueux courageux et décidés frappent à sa porte. Alors que fait on de cette immense potentialité? Rien de véritablement consistant sauf à faire croire que sans organisation crédible, sans sélection et sans promotion sérieuse des hommes d’Etat représentatifs, il suffira de faire couler du sang des innocents pour que la Communauté Internationale envoie des commandos dégager le pouvoir actuel et installer dans le fauteuil Présidentiel (?). Il s’agit là pour moi d’une stratégie illusoire qui ne masque pas réellement l’incapacité actuelle à une structuration sérieuse. Déjà des écuries se positionnent pour 2015. Je crois que l’amour de notre pays doit réveiller l’esprit de sacrifice chez beaucoup d’entre nous. Un sursaut National et Patriotique devient nécessaire. Ce sursaut appelle à un audit sans complaisance de nos structures et de nos engagements afin de préparer une refonte salutaire de nos organisations politiques et l’espérance que le Pays en souffrance, en désespoir attend depuis des décennies. Dès aujourd’hui, nous devons penser à une organisation politique de Rassemblement Représentatif des aspirations du peuple uniquement.

Les partis d’opposition doivent penser promouvoir s’il le faut d’ici à 2014 l’idée de “Primaires” de l’opposition pour désigner à travers une élection démocratique avec la participation des militants et sympathisants de l’opposition un Candidat Unique au cas où le RPT/UNIR n’accepterait pas les Elections Présidentielles à 2 Tours. Si une telle restructuration se produit dans l’opposition actuelle M. Faure Gnassingbe aura de grandes chances d’être battu même avec la Constitution Actuelle. Toute la force si on peut parler ainsi de l’Oligarchie au pouvoir réside dans la faiblesse de ‘opposition. Si on comprend ça, on peut réaffirmer dès maintenant:

IL EST (ENCORE) TEMPS D’ESPERER

Frédéric Atsou Galley

Lille le 1er JUILLET 2012

 

Laisser une réponse