Louis Michel : le témoin est un recherché par la justice belge !

0

 

A lui seul, il transporte la marche des Gnassingbé pour leur succession au pouvoir de père en fils. Lui, c’est Louis Michel. Indésirable dans son propre pays, la Belgique où une monticule d’accusations judiciaires attendent, il ne doit sa liberté de circulation et de mouvement que par l’immunité de député européen qui lui colle à la peau. Le Togo devenu terre de prédilection pour « délinquants » et « repris de justice » européens, Louis Michel était de nouveau « chez lui » . Et avec Faure Gnassingbé triomphant, il y a une alchimie qui fonctionne bien, sinon très bien entre eux. Alors que le sang de ses compatriotes  ruisselait dans toutes les artères de Lomé et dans d’autres villes et que les corps de ses compatriotes baignaient dans des flaques de sang en 2005, Faure avait déjà rejoint à Goma en république démocratique du Congo  le « bonobo belge » qui se trouvait pour le compte de l’UE . Et pour son pouvoir, Faure avait bien compris qu’il ne se trouvait pas au Togo mais dans les mains de ce diplomate dont les casseroles dans son propre pays lui tiennent par les fesses et commencent pas le percé l’anus. Le politologue Comi Toulabor recoupait déjà ce deal dans une interview à Togoforum : « Il n’est pas impossible que Louis Michel cherche à accélérer les choses pour que Faure puisse venir cracher à temps au bassinet de la chiraco-sarkozyenne UMP, une fois effectué le déblocage des subventions européennes ».  Louis Michel était bien au Togo chers Togolais pour l’Assemblée ACP-UE pour l’année 2011. Et nous avions encore été bien servi : « J’ai comparé à d’autres pays. Au Togo, les choses ont évolué avec une vision très claire pour l’avenir des Togolais » lance-t-il. Autant citer le nom d’un seul pays que le Togo dépasserait en termes de liberté et de démocratie !

Celui qui menaçait les journalistes de les traduire devant les tribunaux sait aussi que sa renommée ne se trouve plus en Flandre moins en Wallonie. Il sait que c’est devant des petits satrapes nègres qu’il peut encore s’égosiller et insulter l’intelligence des Togolais. Et comme, il n’y a rien à foutre avec l’opposition togolaise qu’il n’hésitât pas à dire que lui, Louis Michel ne « travaillait pas avec mais avec les gouvernements », tout semble être dit sur l’homme. Vous avez dit une tête jeune, pour un Togo nouveau ? Il est là au pouvoir, Faure Gnassingbé avec des comportements qui n’ont rien à envier à ceux que nous avions vu avec son père défunt, Gnassingbé Eyadema. Vivement qu’une révolution nous visite au Togo !

Djima Matapari Lynx.info

Laisser une réponse