Loïk Le Floch-Prigent : « Il est temps pour Sassou de partir, sinon ça se terminera mal pour lui »

0

Son nom reste lié au destin du Congo-Brazzaville, où il a dirigé Elf entre 1989 et 1993 : Loïk Le Floch-Prigent a payé de trois condamnations en justice cette position au sommet d’une entreprise impliquée dans l’un des plus importants scandales politico-financiers des années 90. Aujourd’hui, il reste l’un des «insiders» les mieux renseignés sur l’évolution de ce petit pays d’Afrique centrale, quatrième producteur de pétrole sur le continent, où le président Denis Sassou-Nguesso vient de proclamer sa victoire électorale à l’issue d’un scrutin contesté, organisé alors que toutes les communications – Internet et téléphone – ont été coupées pendant plus de trois jours.

Vendredi matin, les opposants qui voulaient publier leurs propres résultats du vote ont vu les sièges de leurs partis encerclés par l’armée, qui a investi massivement les rues de la capitale. Un climat d’intimidation qui inquiète et indigne l’ancien patron d’Elf au Congo, devenu consultant international.

Une conférence de presse a été organisée jeudi à Paris par l’opposition congolaise. Vous étiez présent, pourquoi ?

Je suis venu parce que je soutiens l’opposition congolaise face à un hold-up électoral mené avec des méthodes staliniennes d’un autre âge. Et les dernières nouvelles que j’ai eues vendredi sont inquiétantes : à Brazzaville, on intimide les opposants et le régime a fait appel à des mercenaires étrangers pour faire taire la contestation. Il y aurait notamment des Burundais sur place, mais aussi un mercenaire français, Patrick Klein, ancien collaborateur du célèbre Bob Denard. Et pourtant, toute cette dérive passe quasi sous silence en France. Déjà mercredi, trois journalistes français ont été agressés par la police politique du régime, leur matériel a été confisqué. Mais, dans l’ensemble, les médias français en ont peu parlé. Aucun député ou ministre ne s’est indigné. C’est ahurissant !

Comment jugez-vous le gouvernement français ?

Il faudrait un peu plus de courage pour dénoncer cette dérive. En même temps, je reconnais que Paris est dans une situation embarrassante : il y a une très forte communauté de binationaux au Congo, l’un des pays africains les plus mélangés, les plus proches de la France, avec la Côte-d’Ivoire. Ce n’est donc pas facile de prendre position.

En réalité, c’est le silence de toute la communauté internationale qui risque d’avoir des conséquences catastrophiques. Et ce n’est pas nouveau : le FMI et la Banque mondiale n’ont jamais émis la moindre critique sur le fait que le fils du Président, Denis-Christel, surnommé «Kiki», soit à la tête de la gestion du pétrole. Imaginez le tollé si Poutine plaçait son fils à la tête de Gazprom !

La France a des intérêts financiers au Congo, où Total n’est pas une entreprise comme les autres…

D’abord, il faut rappeler qu’il y a deux entreprises qui extraient le pétrole au Congo : il y a Total, mais aussi Eni, une entreprise italienne. Par ailleurs, je ne pense pas que ce soit l’enjeu aujourd’hui. Ce qui se passe est avant tout politique : un clan au pouvoir veut continuer à s’accaparer les richesses du pays alors que le peuple crève de faim.

Mais ces richesses viennent aussi du pétrole ! Et vous connaissez le rôle joué par Elf (ensuite absorbé par Total) dans les violences qui ont émaillé l’histoire récente de ce pays…

C’est vrai. Après mon départ, Elf a notamment financé des livraisons d’armes aux deux parties en conflit, pendant la guerre civile au Congo[celle qui éclate à partir de 1997 et qui va permettre à Sassou-Nguesso de reconquérir le pouvoir après cinq d’absence, ndlr]. C’est scandaleux. Reste qu’aujourd’hui, le prix du brut baisse. Et le vrai problème, c’est l’obstination de la famille au pouvoir à mener le même train de vie fastueux avec moins de ressources nationales. Du coup, tous les projets sont à l’arrêt, seuls les proches de Sassou continuent à s’enrichir.

Que va-t-il se passer à présent ? Y a-t-il une vraie alternative à Denis Sassou-Nguesso ?

Oui, il y a des gens très compétents. Je connais bien le principal opposant, le général Jean-Marie Michel Mokoko. C’est un ancien saint-cyrien très brillant, avec une vraie carrure internationale. Et je pense que les Congolais ne vont pas accepter le forcing du pouvoir en place.

Mais que peuvent-ils faire face à l’intransigeance d’un pouvoir qui a le monopole de la force ?

N’oubliez jamais que 50 % des Congolais ont moins de 20 ans. Ils ne vont pas se soumettre, ils ne veulent plus de cet homme vieillissant qui accapare tous les pouvoirs depuis plus de trente ans. Mais ce qui est préoccupant dans l’immédiat, c’est la passivité de la communauté internationale.

Si elle persiste, ces jeunes la jugeront coupable de ce qui se passe dans leur pays. Il ne faudra alors pas s’étonner qu’ils soient un jour séduits par un groupe extrémiste qui conteste l’Occident. Ce qui se passe au Congo-Brazzaville pèsera sur la perception de l’Occident en Afrique.

Maria Malagardis
Tshangu.com 

{fcomment}

 

Laisser une réponse