Libye – Des militaires privés russes ont pris le contrôle du plus grand champ pétrolier, l’Armée Algérienne en alerte [Par South Front]

0


Washington est préoccupée par l’influence croissante de la Russie en Libye alors que les forces dirigées par les Turcs se préparent à prendre d’assaut la ville portuaire de Syrte, contrôlée par l’armée nationale libyenne (ANL du maréchal Haftar).

Le 26 juin, l’ambassade des États-Unis en Libye a publié une déclaration affirmant qu’elle condamnait une « campagne soutenue par l’étranger pour saper le secteur énergétique libyen et empêcher la reprise de la production de pétrole ».

Le communiqué indique que les États-Unis partagent la « profonde inquiétude » de la National Oil Corporation (NOC) affiliée au gouvernement d’accord national soutenu par la Turquie au sujet de « l’ingérence honteuse » des entrepreneurs militaires privés étrangers contre « les installations et le personnel de la NOC du pétrole d’al-Sharara », ce qui constitue un assaut direct contre la souveraineté et la prospérité de la Libye ».

Dans le cadre de ce conflit, la Russie dément jouer un rôle dans la présence de mercenaires russes. Mais en mai, un rapport d’experts de l’ONU a toutefois confirmé la présence en Libye de mercenaires du groupe Wagner, réputé proche du président russe Vladimir Poutine.

Selon la NOC, le 25 juin, un convoi de véhicules d’entrepreneurs militaires privés russes et d’autres personnels étrangers est entré dans le champ pétrolier d’Al-Sharara et a rencontré des représentants de la Petroleum Facilities Guard, une organisation armée locale alliée à l’Armée nationale libyenne (LNA) dirigée par le maréchal Khalifa Haftar. Le président de la NOC, Mustafa Sanalla, a affirmé que les forces étrangères travaillaient pour « empêcher la reprise de la production de pétrole » là-bas.

Al-Sharara est le plus grand champ pétrolier libyen avec des réserves prouvées totales de 3 milliards de barils et une production moyenne de 300.000 barils par jour. Il a en effet brièvement repris ses travaux début juin lorsque des militants et des forces syriennes du gouvernement d’accord national soutenus par l’armée turque ont atteint la campagne occidentale du bastion de l’ANL de Syrte.

Cependant, la production a de nouveau été arrêtée alors que l’ANL stabilisait la ligne de front et montrait qu’elle était toujours la principale puissance à l’Est et au sud du pays.

Plus tôt, le maréchal Haftar a ordonné de bloquer l’exportation de pétrole libyen, affirmant que le GNA (gouvernement de Tripoli) utilise les revenus du pétrole pour payer à la Turquie des mercenaires et des armes. L’ANL contrôle également Syrte, la principale installation portuaire libyenne pour les exportations de pétrole. Donc, même dans le cas de la reprise de la production de pétrole dans les champs de pétrole gelés, il est toujours en mesure de maintenir la majeure partie de son interdiction d’exportation.

L’effort prolongé de l’ANL contre l’utilisation des ressources naturelles du pays pour financer l’intervention turque de la Libye montre que sa direction est toujours attachée à son projet d’unir le pays et de restaurer sa souveraineté.

Les forces de l’ANL se préparent à défendre Syrte contre la grande attaque à laquelle les forces dirigées par la Turquie se préparent actuellement.

Récemment, les forces du GNA et les groupes islamo-terroristes ramenés du front syrien par la Turquie  déployés à l’ouest de Syrte ont reçu un gros lot d’armes et d’équipements de la Turquie. Selon des photos publiées en ligne, ces armes comprenaient même des MANPAD de fabrication chinoise de la série QW-1.

Des photos de ces MANPAD sont apparues au milieu de la vague de rapports selon lesquels la LNA Air Force avait reçu de nouveaux avions de combat de Russie. Bien que l’utilisation de ces mystérieux avions de guerre soit encore à documenter, les MANPAD entre les mains des terroristes soutenus par la Turquie sont un fait confirmé.

Le groupe naval turc déployé près des côtes libyennes en Méditerranée effectue régulièrement des exercices de préparation. À son tour, l’ANL aurait préparé des missiles balistiques tactiques Scud datant de l’ère Kadhafi pour la bataille à venir. Des camions avec des missiles balistiques circulant dans la campagne de la ville ont été repérés le 27 juin.

Des sources pro-GNA ont également affirmé que l’ANL déployait des troupes supplémentaires et 2 systèmes de défense aérienne Pantsir-S à Syrte les 28 et 29 juin. Sans soutien militaire direct de l’étranger, l’ANL n’a pas de ressources pour surmonter le statu quo actuel et livrer un coup dévastateur pour les forces du GNA assistées par l’armée turque.

Cependant, sans une plus grande implication turque dans le conflit, les forces du GNA et les groupes mercenaires ramenés de Syrie manquent également des ressources nécessaires pour capturer Syrte dans un avenir proche.

Un bref aperçu des récents développements en Libye

– Adnan Özbal, le commandant en chef de la marine turque s’est rendu à Tripoli et a rencontré des responsables militaires du GNA ;

– Un drone de la LNA a ciblé les positions de la GNA près des zones d’al-Sadadah et d’al-Washka ;

–  Un drone de la LNA a ciblé les positions du GNA près d’al-Shuwairif ;

– La Libyan National Oil Company a déclaré que les dommages résultant de la fermeture des champs pétroliers par les forces de l’ANL sont estimés à 6,277 milliards USD.

source : South Front

————————————————

L’Algérie en alerte : des mercenaires signalés près de ses frontières

par Hannibal Genséric.

Selon le site Menadefense, « la pression en Libye augmente à la frontière avec l’Algérie ». « Après la base aérienne d’Al-Watiya dans le nord-ouest de la Libye, qui risque de devenir une base permanente de l’armée turque, on signale l’arrivée d’un contingent de centaines de mercenaires dans la région de Brak (sud-ouest) dans la nuit de jeudi à vendredi », rapporte le site qui croit savoir que plusieurs centaines d’hommes armés « sont stationnés actuellement dans l’enceinte de la base aérienne de Brak » où « ils sont arrivés à bord de dizaines de pick-ups et de véhicules blindés ».

La base avancée de Brak est à 400 km d’In Amenas et la zone d’activité des champs pétroliers court tout au long de la frontière algéro-libyenne, rappelle le site, en précisant que la base d’Al-Watiya est à 300 km seulement des frontières algériennes.

L’Algérie est extrêmement préoccupée par l’évolution de la situation en Libye où de nombreuses puissances étrangères se livrent à une guerre par procuration. Le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, a menacé d’intervenir en Libye si la Turquie ne retirait pas ses mercenaires et ses milices, tandis que l’Algérie, tout en faisant preuve de retenue, multiplie les manœuvres militaires d’envergure pour parer à toute éventualité et dissuader les pays impliqués dans le conflit libyen au cas ils franchiraient la ligne rouge. L’avant-projet de la nouvelle Constitution fait sauter le verrou du confinement de l’armée algérienne à l’intérieur de ses frontières et l’autorise désormais à intervenir au-delà de celles-ci si les intérêts et la sécurité du pays étaient menacés.

Les forces armées algériennes sont mobilisées sur les frontières sud-est et sont en état d’alerte maximum, prêtes à intervenir en cas de risque de débordement de la guerre en Libye sur le territoire algérien, d’autant que, comme a averti le président tunisien, Kaïs Saïed, « le plan de division de la Libye vise aussi l’Algérie et la Tunisie ».

Source https://numidia-liberum.blogspot.com

Laisser une réponse