Les vociférations d´Awandjélo: dérision et mauvaise foi de Faure Gnassingbé !

0

Qu´a fait Faure depuis qu´il est au pouvoir pour essayer de rémedier à certaines tares laissées par son père Eyadéma?

« Ce n’est pas un meeting politique.Toutes nos excuses à tous ceux qui ces propos ont pu mettre mal à l’aise. Dans notre pays il y a une majorité, une opposition et c´est le peuple togolais, par ses choix, qui départage les partis politiques. Quand nous venons à des manifestations comme celles-ci, nous venons en tant que Président de tous les Togolais. Nous ne venons pas en tant que responsable de parti politique. C’est le Président des Togolais qui est ici ce matin, c’est le gouvernement du Togo qui est ici. On n’est pas Président d’une partie du pays et opposant d’une autre partie et je tiens à ce que l’opposition, les responsables d’opposition soient respectés ».

Voilà des propos qu´aurait tenus Faure Gnassingbé en milieu de semaine dernière à Awandjélo près de Kara lors d´une cérémonie d´inauguration d´une cimenterie.
Par ces phrases il serait intervenu pour interrompre le porte-parole de la localité qui s´en prenait à l´opposition dans son allocution.

Pour certaines personnes c´était la preuve que « notre cher président » était énervé, c´est pourquoi il avait précipitamment pris la parole pour voler au secours de l´opposition et pour s´excuser.

Naïveté ou ignorance?

Ces quelques phrases de Monsieur Gnassingbé ne sont rien d´autre qu´une insulte supplémentaire au peuple togolais et surtout à cette opposition qu´il prétend défendre.
S´il veut vraiment et sincèrement être le président de tous les togolais comme il le dit, il ne ferait pas le sourd depuis des décennies et surtout ces derniers temps face à la volonté de plus de 80% des populations.

Si Faure Gnassingbé était vraiment sérieux et sincère, il n´allait pas attendre que notre interlocuteur zélé puisse dire l´essentiel des insanités sur l´opposition avant d´intervenir.
Pourquoi ne lui avait-il pas fait retirer le micro dès les premières phrases de la fameuse allocution?
Cette intervention de Faure n´est rien d´autre qu´une autre interprétation du slogan, « le chien aboie, la caravane passe ». Il n´est fixé que sur les élections présidentielles qu´il entend organiser coûte que coûte sans les réformes. Alors que cette opposition qu´il dit aimer tant ne jure que par les réformes constitutionnelles et institutionnelles avant toute élection. Alors que cette démocratie et ce pluralisme qu´il vante tant dans son intervention, ne seraient que des mots vides si une seule personne cherche à s´éterniser au pouvoir contre la volonté du peuple.

Faure Gnassingbé nous fait savoir qu´il n´est pas président d´une partie du pays; ce serait une très belle déclaration, noble et louable si elle se lisait tous les jours dans le quotidien des Togolais.
Qu´a fait Faure depuis qu´il est au pouvoir pour essayer de rémedier à certaines tares laissées par son père Eyadéma? Népotisme, tribalisme, régionalisme, violation des droits de l´homme, détournement des déniers publics, impunité et mauvaise foi; tous ces travers qui tirent le Togo tous les jours vers le bas n´ont fait que doubler d´intensité.

Si Faure avait vraiment été le président de tous les togolais pendant ces dix dernières années, il n´aurait pas peur de quitter le pouvoir.

Il a peur pour les crimes humains et économiques qu´il a commis, il a peur de devoir rendre compte.
Il cherche à s´éterniser au pouvoir pour protéger les membres de son clan qui ont également commis des crimes et se sont enrichis de façon imméritée sur le dos des populations togolaises. Et ils ont également peur que le peuple, un jour, leur demande des comptes.
Nous ne sommes pas dupes. Faure Gnassingbé n´est pas là pour les beaux yeux des togolais. Il n´est pas un démocrate, il cherche à monarchiser le Togo vaille que vaille pour ses intérêts personnels et pour ceux de son clan de mafieux.

Pour l´histoire et les générations futures nous n´avons pas le droit de laisser faire.
Nous avons le devoir de nous unir, d´abandonner nos ego, nos slogans creux sans lendemain pour chercher l´union, la vraie, pour nous consacrer à la lutte pour l´éradication définitive de ce système inhumain et liberticide représenté par le parti de malheurs RPT/UNIR.

C´est dans cette logique que je propose ce qui suit:

1- L´opposition doit sortir de la logique des élections présidentielles sans réformes en 2015. Nos leaders n´ont pas le droit de tomber une énième fois dans le piège tendu par le régime de dictature. Aller aux élections dans les conditions actuelles ressemblerait à dérouler un tapis rouge à Faure Gnassingbé pour le règne éternel dont il rêve.

Nous avons encore en mémoire les élections présidentielles de 1998, 2005 et 2010, ce n´est pas parce l´opposition était divisée qu´elle avait « perdu ». Mais c´est parce qu´un régime dictatorial comme celui que nous avons au Togo n´organise pas d´élections pour les perdre. Car, n´oublions pas que de tels régimes par essence ne se démocratisent pas et ne peuvent pas démocratiser le pays dont ils sont le problème.
Pourquoi alors continuons-nous à nous bousculer au portillon à la veille de chaque élection, alors qu´au lendemain des élections précédentes c´était la vague de protestations pour fraudes massives et proclamation de faux résultats?

Qui peut le comprendre?

Nous ne sommes pas au Togo dans une démocratie où on compterait sur la transparence des élections pour les gagner. Nous sommes dans une situation où un régime dictatorial héreditaire ne veut pas entendre parler d´alternance et cherche par tous les moyens à se maintenir au pouvoir.
Continuer à partiquer la fuite en avant en allant aux élections pour la simple figuration et légitimer de nouveau Faure Gnassingbé, serait irresponsable et surtout insultant pour le peuple togolais qui a donné toute sa confiance à ses leaders.

2- Les partis politiques qui se croient vraiment de l´opposition doivent immédiatement quitter l´Assemblée Nationale qui n´est qu´une chambre d´enregistrement.

Je mets au défi quiconque pourra me dire les avantages qui sont ceux du peuple togolais depuis que l´ANC, le CAR, l´ADDI et tous les autre partis sont au parlement aux côtés d´UNIR.

En dehors des profits financiers dûs à leurs émoluments de députés, je ne vois pas en quoi la présence de nos représentants auprès des applaudisseurs du RPT/UNIR a apporté de positif à la lutte du peuple pour sa liberté.

Et quand des députés de l´opposition comme Jean-Pierre Fabre sont obligés de manifester en dehors de l´hémicycle pour réclamer les réformes, il ne peut pas y avoir meilleure illustration du caractère futile de notre Assemblée Nationale. Il y a donc contradiction entre la présence des députés de l´opposition vraie à l´Assemblée et les marches de l´opposition auxquelles ils participent.
De deux choses, l´une: ou nous sommes en démocratie et tout pourrait alors se régler au parlement, ou nous sommes en démocratie de façade, et là nous servons de béquille au régime dictatorial dont nous dénonçons le refus de l´alternance dans la rue.

3- Les partis politiques du CAP 2015 et tous les autre partis politiques qui se croient sincèrement auprès du peuple pour le vrai changement, et non pas pour accorder une autre chance à Faure d´être candidat, donc tous ces partis politiques doivent accepter de mettre leurs activités politiques entre parenthèses et former un nouveau front commun avec les associations et syndicats de la société civile.
Le front (un FRAC-bis, par exemple) ainsi formé doit désigner un leader en son sein à travers lequel il serait possible de parler d´une seule voix.

Ce leader peut être Jean-Pierre Fabre ou ne peut pas l´être. Il reviendra aux membres du front d´en décider. Mais il doit être une personnalité dotée d´un courage et d´une témérité exceptionnelles, car il s´agira de réclamer les réformes en négociant parallèlement avec Faure Gnassingbé les conditions de son départ du pouvoir à la fin de son deuxième mandat cette année.

Le peuple togolais se trouve à la croisée des chemins où aucun leader politique ou de la société civile, où aucun parti politique aussi populaire soit-il, n´est à lui seul indispensable. C´est pourquoi chaque togolais, responsable politique ou non, doit laisser de côté ses intérêts personnels et se sacrifier pour une vraie unité des forces démocratiques.

Le moment est venu pour nos leaders de montrer leur amour pour le peuple en acceptant de sacrifier pour le temps de la lutte les intérêts de leurs partis politiques.
C´est pourquoi au slogan de Tchèkpo du professeur Gnininvi: « Démocratie d´abord, multipartisme après, » j´ajouterai: « Libération d´abord, multipartisme après ».

Une telle union de toutes les sensibilités démocratiques face à l´adversaire commun est plus que jamais indispensable pour faire pression sur l´usurpateur Faure Gnassingbé, afin qu´il comprenne enfin que le Togo est une république dont il doit respecter les citoyens et leur laisser leur pouvoir.

Je n´oublie pas que les trouble-fête, les petits bouffons politiques, ennemis du peuple, seront toujours là pour leurs intèrêts personnels pour essayer de freiner l´élan des forces patriotiques vers la libération du Togo. Mais, unies et soudées derrière leurs leaders déterminés, les populations togolaises constituent une force inestimable à même de résister face à l´arsenal militaire de plusieurs armées réunies et à toute mesquinerie politique.
Le terrain ainsi déblayé et Faure Gnassingbé parti, nous pourrions alors parler d´élections et le candidfat qui ferait l´affaire serait alors choisi de commun accord au sein du front.

Samari Tchadjobo

Allemagne
 

Laisser une réponse