Les islamistes Shebab frappent à Naïrobi

0

Les islamistes shebab somaliens revendiquent l’attaque de Nairobi. La capitale du Kenya frappée au cœur.

Dans un Kenya déstabilisé par les manœuvres des puissances occidentales et de la CPI aux ordres (*) , qui entend poursuivre le nouveau président élu, Uhuru Kenyatta, la menace des milices islamistes des Shebab est un facteur de chaos de plus.

C’est le résultat d’un autre chaos, organisé par la politique impérialiste américaine, qui se répand chaque jour davantage en Afrique et au Proche-Orient : celui de la Somalie, état en faillite, non-état implosé et disloqué (**).

Le Kenya est en effet entré unilatéralement en Somalie voisine, en octobre 2011, pour y combattre les jihadistes somaliens Shebab. Elle se maintient depuis dans le sud du pays, dans le cadre d’une force africaine multinationale soutenant le gouvernement fantoche et impuissant somalien face aux islamistes.

Comme la population du nord du Kenya est généralement d’ethnie somalie, la prévisible contagion n’a pas tardé : « une campagne d’attentats attribuée aux Shebab a ensanglanté plusieurs villes du Kenya et des pogroms anti-Somalis ont eu lieu en décembre dernier dans un quartier de Nairobi où vivent principalement des Somaliens et des Kényans d’ethnie somalie. Le gouvernement kényan a alors ordonné à tous les réfugiés et demandeurs d’asile de quitter les villes kényanes pour retourner dans les camps de réfugiés ».

Six jours avant la récente élection présidentielle du 4 mars 2013, les Shebabs avaient « averti les électeurs kényans qu’ils subiraient une « longue et horrible guerre » si le prochain gouvernement de Nairobi ne retirait pas ses forces du pays voisin ». Comme le rappellait alors La Libre Belgique, « ce point ne figure dans le programme d’aucun des huit candidats à la présidence ». La campagne « s’est déroulée dans une atmosphère empoisonnée par des attaques à la bombe et à la grenade contre des bars, des églises et des représentants de l’ordre ».

Les shebab somaliens liés à Al-Qaïda ont donc revendiqué ce samedi soir sur leur compte Twitter l’attaque contre un centre commercial de Nairobi qui a fait au moins 30 morts et 60 blessés.

« Les moujahidines ont pénétré aujourd’hui vers midi dans Westgate », le centre commercial où a eu lieu l’attaque, indique un message posté sur leur compte peu après 18H00 GMT. « Ils ont tué plus de 100 infidèles kényans et la bataille se poursuit », affirment les islamistes. Ils justifient l’attaque comme des représailles à l’intervention de l’armée kényane depuis deux ans dans le sud de la Somalie contre le groupe islamiste, rappelant avoir « prévenu le Kenya à de nombreuses reprises ».

« Ce que les Kényans voient à Westgate, c’est de la justice punitive pour les crimes punis par leurs soldats » impliqués dans le conflit somalien, car « par la terre, par les airs et par la mer, les forces kényanes ont envahi notre patrie musulmane, tuant des centaines de musulmans dans ces opérations et en déplaçant des milliers d’autres », expliquent les shebab sur leur compte.

Ils affirment avoir, « en de nombreuses occasions, prévenu le gouvernement kényan que le maintien de ses forces en Somalie aurait des conséquences dramatiques ». « Le message que nous envoyons au gouvernement et à la population kényane est et sera toujours le même: retirer toutes vos forces de notre pays », ajoutent les shebab.

Encore les résultats de la politique US et un pays de plus frappé par ce terrorisme islamiste, à certains moments allié de Washington (Libye, Afghanistan 1979-92, Bosnie, Caucase, Syrie 2011-août 2013 …), à d’autres adversaire scénarisé de la pseudo « guerre contre le terrorisme » (Sahel, Somalie, Mali, Afghanistan 1995-2013, Syrie depuis quelques semaines …). Les Shebab – qui était aussi le nom des katibas islamistes du CNT de Benghazi en Mars 2011 – sont les enfants monstrueux de l’impérialisme américain. Et leur ascension le fruit obscène de la stratégie de Washington

Luc MICHEL

Avec ELAC & ALAC Website – PCN-SPO – AFP/ 2013 09 21/

http://www.lucmichel.net/2013/0

 

 

Laisser une réponse