Le Vitiligo

0

  Le vitiligo est une dermatose non contagieuse, caractérisée par l’apparition progressive de macules (taches) blanches sur la peau et les muqueuses (génitale, buccale, anale).

 Cette maladie frappe environ 1% de la population mondiale, toutes races confondues, mais sur peau noire foncée, l’affection est plus visible et le retentissement social est beaucoup plus important, non seulement à cause du préjudice esthétique majeur, mais aussi à cause de certaines formes de lèpre qui ressemblent au vitiligo localisé.

Signes cliniques

 

L’examen clinique montre des macules (taches) de couleur blanche, d’apparition progressive, acquises (c’est-à-dire que la maladie n’apparaît pas, à la naissance mais bien après, à l’opposé donc des maladies congénitales, qui apparaissent, elles des la naissance)…

Les macules sont bien limitées et localisées à des sites caractéristiques. Ces macules blanches ont un diamètre de 5mm à 5 cm ou peuvent fédérer pour donner des plaques arrondies polycycliques, de grandes tailles, résultantes donc de la confluence ou de l’élargissement progressif de ces macules : voir deuxième photo

D’autres aspects peuvent se voir, comme des plaques moins homogènes, mélange de taches hypo pigmentées et achromiques et moins bien limitées avec un aspect et moucheté et floconneux.

Parfois, on peut voir des vitiligos péri lésionnels comme sur la 1ere photo, qu’on voit ici autour des lésions métastatiques d’un mélanome malin après traitement par IL2. Le mélanome malin est un cancer méchant de la peau qui tue en deux ans en moyenne.

Assez fréquemment, nous voyons des vitiligos qui siègent sur les grandes et petites lèvres du vagin chez la femme, et des lésions de vitiligo très fréquentes sur les lèvres, les joues, le front et le cuir chevelu. Les poils, les cils, les cheveux, les paumes des mains peuvent être aussi atteintes.

 2) Le diagnostic

Le diagnostic positif est aisé chez le dermatologue devant les signes cliniques ci-dessus. Mais sur peau blanche (Blancs, Asiatiques, Chinois etc.…), on peut être amené à utiliser la lampe de Wood, qui permet de repérer les taches blanc-laiteux, sur peau déjà blanche. Ces taches sont surtout localisées sur les zones non exposées au soleil.

On peut être amené, en cas de doute diagnostique, à faire recours à une biopsie cutanée avec étude histologique, qui montre et confirme l’absence de mélanocytes, avec cependant quelques mélanocytes en bordure de lésions.

Les mélanocytes sont les cellules qui fabriquent la mélanine, le pigment qui colore la peau. Ces mélanocytes siègent dans la couche basale de l’épiderme.

Le diagnostic différentiel : il se fait avec (ne pas confondre le vitiligo avec) :

La lèpre : lèpre tuberculoïde ou lépromateuse, de diagnostic facile pour nous les dermatologues.

Le pityriasis versicolor, qui est une parasitose facile  à diagnostiquer par les dermatologues.

L’eczématide achromiante , pytiriasis alba .

Nombreuses maladies localisées : piébaldisme, naevus achromique, naevus anémique, plaque hypopigmentée du lupus érythémateux etc.

 3) Physiologie et traitement

Le vitiligo a un volet héréditaire probable (30% des patients ont un parent atteint) et est déclenché par des facteurs environnementaux (traumatisme physique, psychique, stress, émotion liée à un décès d’un être cher etc.…). Il peut être associé à une maladie thyroïdienne (jusqu’à 30% des cas) qu’il faut rechercher plus rarement à un diabète (5%) des cas. Mais l’origine réelle reste inconnue. Pourquoi les mélanocytes disparaissent progressivement de ces zones cutanées atteintes ? C’est la réponse que tous les spécialistes attendent de cette question.

Le traitement fait appel aujourd’hui à la repigmentation lésionnelle. Au Togo, nous utilisons la PUVATHERAPIE naturelle : (Exposition solaire chronométrée après application de Méladinine solution faible ou forte, de façons progressives et un « timing » bien précis. La repigmentation survient au bout de 60 à 90 jours, si le traitement est bien conduit. Il faut rechercher naturellement les maladies associées souvent au vitiligo : maladie thyroïdienne, diabète, maladie d’Addision.

Dr IHOU David

 

Laisser une réponse