Le super haut débit « internet » de Sam Pikassam !

0

 

L’Histoire du Togo montre que ses dirigeants ne sont fascinés que par le mensonge, le rafistolage, le peu de vision, et la mauvaise gestion quasi quotidien de certains de ses fils. Alors qu’on pensait que la place de Sam Pikassam, originaire de Pya et DG de Togotelecom était dans une prison, le « délinquant » a plutôt pignon sur rue au point de parler pas du « haut débit » mais du « super haut débit » qu’il s’apprêterait à faire déverser dans chaque maison togolaise. C’est même devenu une banalité au Togo de refuser la transparence là où tout le peuple attend voire disparaître le flou. On se rappelle que l’homme avait saigné TogoTelecom en toute impunité provoquant le tollé un peu partout au Togo après le même mode de fonctionnement opéré par Ferdinand Tchamsi du Réseau d’Entretien Routier (FER). Pour faire taire les Togolais, la seule punition que Faure Gnassingbé lui avait réservé était de bloquer les signatures. Après un jeu de « frères kabyè » entre eux, le tour était joué. Le DG de Togotelecom pouvait reprendre non seulement la signature retirée mais aussi, il  pouvait continuer dans la même lancée, c’est-à-dire dans la même gestion opaque de la société. Au sommet de cette société d’Etat depuis le père Gnassingbé, Sam Bikassam a eu plusieurs mérites, dont le plus important aura été de casser les petites sociétés et de n’emboucher rien que ses frères kabyè à Togotelecom. On se rappelle de la manière magistrale dont il a eu recours pour que le Petit Prince, une société pourtant pourvoyeuse d’emplois de l’économiste Nadim Michel Kalife fasse le dépôt de bilan.

On sait qu’au Togo, moins de 5% de la population ont accès à internet. Le coût internet étant très élevé et la connexion archaïque, les Togolais préfèrent utiliser les rares moments où ils sont devant les ordinateurs à s’écrire des courriels où à chater. Une enquête pour le compte du journal Togoforum montre que sur 1000 étudiants togolais, seulement 1 où 2 avait connaissance des journaux onlines existants et qui faisant un travail monstre d’information faute d’accès à internet. Le reste, Sam Pikassam sait qu’il n’a  de compte à rendre à personne sur la gestion de ce patrimoine togolais appelé Togotelecom, si ce n’est à son patron Faure. La preuve, lors de sa sortie à la TVT, la même opacité sur sa gestion était au rendez-vous: « Concernant l’offre commerciale, les détails seront communiqués dans les semaines à venir, mais les tarifs devraient être particulièrement attractifs », martèle t-il.

La grande question. Pourquoi Sam Pikassam veut -il améliorer son « super haut débit »  quand 97% de la population n’ont pas accès à internet ? Ne faudrait-il pas travailler de façon à ce que tous les  Togolais aient accès à internet comme au Rwanda ou en Tunisie ? Un proche de Faure tout sourire nous a laissé entendre « qu’internet servait aux membres du sérail à se moquer des journalistes. Ils n’en ont  cure de vos écrits d’autant plus que la diaspora de l’intérieur n’est pas au parfum de tout ce que rapporter sur eux, faute d’internet ». Comme pour dire à Sam Pikassam, tu peux toujours mentir. Et celui-ci semble aussi avoir compris qu’il faut beaucoup mentir : « Le raccordement au WACS va nous donner l’énorme avantage de ne plus être dépendants d’opérateurs extérieurs et des aléas inhérents » explique t-il. La justice au Togo n’est pas faite pour les faibles. Elle est bien au service des « Faure » dont Sam Bikassam et ….

Taffa Biassi Lynx.info

 

Laisser une réponse