Le bourreau de 2005 devenu agneau en 2015 : « J’accepte cette investiture avec humilité »

0

Diantre ! Mais pourquoi Jean-Pierre Fabre se tord-il les pectoraux à vouloir nous dire qu’il gagnera haut les mains une élection que tous les gamins savent au Togo que s’est plié d’avance ?

C’est du Faure ! Et, le site de la propagande nous le note si bien : « Quand on est uni, on est Faure ». Les morts de 2005 sont derrière nous, je dirai les soudards qui ont la licence de tuer au Togo ont leurs cadavres derrière eux. Au Togo, la CPI était invitée à regarder ailleurs en 2005. Ban-Ki Moon qui a la liste des forfaits lors de la prise sanglante du pouvoir de Faure Gnassingbé dans ses tiroirs, s’en tape ! Pour être franc, le bourreau de 2005 n’a personne en face pour le lui rappeler que du haut de sa veste et cravate qui suintent du sang des Togolais, il va falloir qu’il rende les comptes un jour. Même l’évêque qui s’est empressé de venir « manger » dans ce qu’il appelle Vérité, Justice et Réconciliation a finalement les mains aussi tachées. Ce n’est pour rien que, bien que le travail ne fût pas encore terminé la France avait eu le flair qu’il faille le gratifier d’une Légion d’honneur dans les jardins de son ambassade à Lomé. Une manière de le « caler » la bouche. La décence voudrait que le prêtre refusa le cadeau, au moins le temps de finir le travail. Rien n’y fit. Comme tout bon nègre, il voulait aussi une croix à côté de celle de Jésus Christ sur la poitrine. Et pour tous ceux qui connaissent la capacité financière d’une monarchie qui ne dit pas son nom au Togo, on peut aisément deviner le nombre de billets de banque qui ont pris d’assaut la soutane du prélat. Côté Faure Gnassingbé, le bilan de Kara est bien au-delà des attentes selon la pègre rassemblée. Il suffit de voir en dix ans, les travaux effectués, les médecins dans les rues, le chômage devenu une fatalité et la prostitution devenue une pandémie pour reconnaitre le travail ô combien grand, si grand qui mérite qu’une meute d’irresponsables converge vers Kara, ville et fief de la tyrannie cinquantenaire. Dans le jargon au Togo, il n’y a que les Gnassingbé qui sont intelligents, Faure et capable de régner ad-vitae-nam sur la république. Ajouté, aux imbécilités d’une opposition amorphe, sans repère et complétement dangereuse, le match est déjà gagné même avant le match.

Diantre ! Mais pourquoi Jean-Pierre Fabre se tord-il les pectoraux à vouloir nous dire qu’il gagnera haut les mains une élection que tous les gamins savent au Togo que s’est plié d’avance ? A cette question, l’avocat Jean Yaovi Dégli dans une interview à Lynx.info a la réponse : « Ma mère et aucun membre de ma famille n’a jamais été membre du RPT ou protégé du RPT. Ma mère ne peut pas donner des consignes à Faure GNASSINGBE pour qu’on ne touche pas à mes cheveux et le RPT va s’exécuter avec ses forces de l’ordre. Ma mère n’a pas fait fortune avec le RPT. Elle ne se promenait pas dans les avions avec EYADEMA pour aller faire des affaires juteuses de par le monde. Ma mère ni aucun membre de ma famille n’a jamais financé le RPT non plus. Je ne crois pas que la même chose vaut pour toutes ces personnes. S’il y a quelqu’un qui est dans les bras du RPT et que le RPT demande de ne pas toucher lors des manifestations où les enfants des autres sont brimés et tués, ce n’est pas Jean Yaovi DEGLI. Tournez vos regards vers là où se trouve le problème et non ailleurs. Ce n’est pas ma mère qui a décrété qu’EYADEMA est «Togo Père et Togo Mère » et qui a été ainsi surnommée par les Togolais »

Pour ceux qui doutent encore de la soi disant lutte du soldat Jean-Pierre Fabre, vous êtes servi. Prost !

Camus Ali Lynx.info
 

Laisser une réponse