L’argent, la haie de la honte…

0

 

«Savez-vous ce que représente l’argent dans un pays pauvre? L’argent dans un pays pauvre et l’argent dans un pays riche, ce sont deux choses bien différentes. Dans un pays riche, l’argent est un bout de papier avec lequel on fait ses courses… Dans un pays pauvre, l’argent est une haie toujours fleurie, merveilleuse, qui fait rêver et qui vous sépare de tout. A travers la haie, on ne voit pas ramper la pauvreté, on ne sens pas la puanteur de la misère, on n’entend pas la voix des laissés- pour-compte.

 Mais vous savez que ça existe, et vous êtes fier de votre haie»…(in Kapuscinski, in le Négus) La haie, excellente idée, en effet! Notre démocratie est derrière une haie fleurie. En considérant les élections présidentielles togolaises de mars 2010, il n’y a plus de doute: l’argent fait désormais office de programme politique au Togo. C’est le meilleur argument pour tout politicien qui veut des voix. Et les politiciens le font sans scrupule en se présentant comme des nantis qui, pour cela, méritent le pouvoir. Mais d’où tiennent- ils leur fortune? Ils ne le disent pas aux Togolais! C’est la règle générale sauf quelques rares exceptions …

Ah oui l’argent c’est l’argument au pays de Tavio Amorin! C’est pourquoi après 7 ans de règne, le jeune monarque n’a pas même atteint seulement 2% de ses fameux «vingt plus» en référence à ses promesses électorales de 2005.

Le Togo n’est certes pas le seul pays où l’argent absout tous les crimes. Ici comme ailleurs, il n’a pas d’odeur. Mais ici, ni le sang qui gicle à flot des corps par les trous faits par les kalachnikovs et autres mitrailleuses, ni la bave des persécutés, ni les urines des torturés à mort…rien au Togo n’atteint la haie. La haie demeure fleurie. L’argent ici plus qu’ailleurs, est sans odeur, je vous dis !

Cependant, toutes les fleurs ne vivent que l’espace d’un matin. Le soir venu, elles se fanent. Et les fleurs togolaises vont se faner, elles aussi. Tel est leur destin. Parce que ce genre de haies qui abritent nos parvenus ne résistent pas au temps. Parce que tous ceux qui ont bâti leur avenir politique sur l’achat des consciences, sur la terreur, ont toujours partout échoué lamentablement. L’argent, comme tous les autres biens matériels, crée chez l’homme un besoin inassouvi, car l’homme est insatiable. Plus, plus, toujours plus, encore plus. L’homme corrompu est un maître chanteur. Les dons passés ne comptent pas. Il attend les L’ARGENT, LA HAIE DE LA HONTE…

«Savez-vous ce que représente l’argent dans un pays pauvre? L’argent dans un pays pauvre et l’argent dans un pays riche, ce sont deux choses bien différentes. Dans un pays riche, l’argent est un bout de papier avec lequel on fait ses courses… Dans un pays pauvre, l’argent est une haie toujours fleurie, merveilleuse, qui fait rêver et qui vous sépare de tout. A travers la haie, on ne voit pas ramper la pauvreté, on ne sens pas la puanteur de la misère, on n’entend pas la voix des laissés- pour-compte.

 Mais vous savez que ça existe, et vous êtes fier de votre haie»…(in Kapuscinski, in le Négus) La haie, excellente idée, en effet! Notre démocratie est derrière une haie fleurie. En considérant les élections présidentielles togolaises de mars 2010, il n’y a plus de doute: l’argent fait désormais office de programme politique au Togo. C’est le meilleur argument pour tout politicien qui veut des voix. Et les politiciens le font sans scrupule en se présentant comme des nantis qui, pour cela, méritent le pouvoir. Mais d’où tiennent- ils leur fortune? Ils ne le disent pas aux Togolais! C’est la règle générale sauf quelques rares exceptions … Ah oui l’argent c’est l’argument au pays de Tavio Amorin! C’est pourquoi après 7 ans de règne, le jeune monarque n’a pas même atteint seulement 2% de ses fameux «vingt plus» en référence à ses promesses électorales de 2005.

Le Togo n’est certes pas le seul pays où l’argent absout tous les crimes. Ici comme ailleurs, il n’a pas d’odeur. Mais ici, ni le sang qui gicle à flot des corps par les trous faits par les kalachnikovs et autres mitrailleuses, ni la bave des persécutés, ni les urines des torturés à mort…rien au Togo n’atteint la haie. La haie demeure fleurie. L’argent ici plus qu’ailleurs, est sans odeur, je vous dis !

Cependant, toutes les fleurs ne vivent que l’espace d’un matin. Le soir venu, elles se fanent. Et les fleurs togolaises vont se faner, elles aussi. Tel est leur destin. Parce que ce genre de haies qui abritent nos parvenus ne résistent pas au temps. Parce que tous ceux qui ont bâti leur avenir politique sur l’achat des consciences, sur la terreur, ont toujours partout échoué lamentablement.
L’argent, comme tous les autres biens matériels, crée chez l’homme un besoin inassouvi, car l’homme est insatiable. Plus, plus, toujours plus, encore plus. L’homme corrompu est un maître chanteur. Les dons passés ne comptent pas. Il attend  L’ARGENT, LA HAIE DE LA HONTE…

«Savez-vous ce que représente l’argent dans un pays pauvre? L’argent dans un pays pauvre et l’argent dans un pays riche, ce sont deux choses bien différentes. Dans un pays riche, l’argent est un bout de papier avec lequel on fait ses courses… Dans un pays pauvre, l’argent est une haie toujours fleurie, merveilleuse, qui fait rêver et qui vous sépare de tout. A travers la haie, on ne voit pas ramper la pauvreté, on ne sens pas la puanteur de la misère, on n’entend pas la voix des laissés- pour-compte. Mais vous savez que ça existe, et vous êtes fier de votre haie»…(in Kapuscinski, in le Négus) La haie, excellente idée, en effet! Notre démocratie est derrière une haie fleurie. En considérant les élections présidentielles togolaises de mars 2010, il n’y a plus de doute: l’argent fait désormais office de programme politique au Togo. C’est le meilleur argument pour tout politicien qui veut des voix. Et les politiciens le font sans scrupule en se présentant comme des nantis qui, pour cela, méritent le pouvoir. Mais d’où tiennent- ils leur fortune? Ils ne le disent pas aux Togolais! C’est la règle générale sauf quelques rares exceptions …

Ah oui l’argent c’est l’argument au pays de Tavio Amorin! C’est pourquoi après 7 ans de règne, le jeune monarque n’a pas même atteint seulement 2% de ses fameux «vingt plus» en référence à ses promesses électorales de 2005.

Le Togo n’est certes pas le seul pays où l’argent absout tous les crimes. Ici comme ailleurs, il n’a pas d’odeur. Mais ici, ni le sang qui gicle à flot des corps par les trous faits par les kalachnikovs et autres mitrailleuses, ni la bave des persécutés, ni les urines des torturés à mort…rien au Togo n’atteint la haie. La haie demeure fleurie. L’argent ici plus qu’ailleurs, est sans odeur, je vous dis ! Cependant, toutes les fleurs ne vivent que l’espace d’un matin. Le soir venu, elles se fanent. Et les fleurs togolaises vont se faner, elles aussi. Tel est leur destin.

Parce que ce genre de haies qui abritent nos parvenus ne résistent pas au temps. Parce que tous ceux qui ont bâti leur avenir politique sur l’achat des consciences, sur la terreur, ont toujours partout échoué lamentablement. L’argent, comme tous les autres biens matériels, crée chez l’homme un besoin inassouvi, car l’homme est insatiable. Plus, plus, toujours plus, encore plus. L’homme
corrompu est un maître chanteur. Les dons passés ne comptent pas. Il attend les L’ARGENT, LA HAIE DE LA HONTE…

«Savez-vous ce que représente l’argent dans un pays pauvre? L’argent dans un pays pauvre et l’argent dans un pays riche, ce sont deux choses bien différentes. Dans un pays riche, l’argent est un bout de papier avec lequel on fait ses courses… Dans un pays pauvre, l’argent est une haie toujours fleurie, merveilleuse, qui fait rêver et qui vous sépare de tout. A travers la haie, on ne voit pas ramper la pauvreté, on ne sens pas la puanteur de la misère, on n’entend pas la voix des laissés- pour-compte. Mais vous savez que ça existe, et vous êtes fier de votre haie»…(in Kapuscinski, in le Négus)

La haie, excellente idée, en effet! Notre démocratie est derrière une haie fleurie. En considérant les élections présidentielles togolaises de mars 2010, il n’y a plus de doute: l’argent fait désormais office de programme politique au Togo. C’est le meilleur argument pour tout politicien qui veut des voix. Et les politiciens le font sans scrupule en se présentant comme des nantis qui, pour cela, méritent le pouvoir. Mais d’où tiennent- ils leur fortune? Ils ne le disent pas aux Togolais! C’est la règle générale sauf quelques rares exceptions …

Ah oui l’argent c’est l’argument au pays de Tavio Amorin! C’est pourquoi après 7 ans de règne, le jeune monarque n’a pas même atteint seulement 2% de ses fameux «vingt plus» en référence à ses promesses électorales de 2005.

Le Togo n’est certes pas le seul pays où l’argent absout tous les crimes. Ici comme ailleurs, il n’a pas d’odeur. Mais ici, ni le sang qui gicle à flot des corps par les trous faits par les kalachnikovs et autres mitrailleuses, ni la bave des persécutés, ni les urines des torturés à mort…rien au Togo n’atteint la haie. La haie demeure fleurie. L’argent ici plus qu’ailleurs, est sans odeur, je vous dis ! Cependant, toutes les fleurs ne vivent que l’espace d’un matin. Le soir venu, elles se fanent. Et les fleurs togolaises vont se faner, elles aussi. Tel est leur destin. Parce que ce genre de haies qui abritent nos parvenus ne résistent pas au temps. Parce que tous ceux qui ont bâti leur avenir politique sur l’achat des consciences, sur la terreur, ont toujours partout échoué lamentablement. L’argent, comme tous les autres biens matériels, crée chez l’homme un besoin inassouvi, car l’homme est insatiable. Plus, plus, toujours plus, encore plus. L’homme corrompu est un maître chanteur. Les dons passés ne comptent pas. Il attend les suivants et il les attend avec toujours plus d’impatience.

Certes, une myopie intellectuelle peut déboucher sur ce raisonnement dans un pays de plus en plus pauvre comme le Togo. Il suffit et suffira d’avoir de l’argent pour faire taire tout le monde et avoir tout le Togo dans sa poche: juges, journalistes, citoyens ordinaires et même ces vacanciers occidentaux baptisés «observateurs des élections» qui ne sont en réalité que des complices des hold-up électoraux…et le cas du Togo est un cas d’école.

Rappelons que c’est à coup de milliards de nos francs que celui qui est devenu l’un des plus célèbres prisonniers de l’ère Faure (Kpatcha Gnassingbé, député de la Kozah et demi frère du jeune monarque) a acheté la conscience des Togolais du nord. C’est aussi le prix qu’il paie aujourd’hui, alors que le Togo pleure encore ses enfants dont le massacre en 2005 a ouvert la voie à la monarchie des Gnassingbé. Une référence de la médiocrité et un symbole de la honte attachés à l’Identité togolaise, notre Identité!

Nombreux étaient ceux qui étaient septiques du prétendu pluralisme dès les années 90
qui ne l’est que dans la forme car rien n’a changé! Oui le règne de l’argent, prospérant sur le fumier de la paupérisation quasi générale de nos populations. Mais n’oublions pas d’ajouter que la ploutocratie qui se bâtit sur la misère du plus grand nombre, est toujours obligée de s’appuyer sur la violence pour
exister. Et le passé récent est très douloureux pour être oublié: les violences macabres des années 90, les taxis de la mort, les morts de la lagune de Bè, les massacres de 2005. Elle est elle-même violence. Or la violence est le premier signe de la faiblesse.

Quand les forts sont faibles, ils s’abritent forcément derrière une haie, la haie de la violence. On affirme souvent détenir le pouvoir au moment où l’on commence à le perdre. La haie, sous la pression du plus grand nombre, s’écroule alors. Une haie, fleurie ou pas, ça se brise toujours.

Derrick Tamandja, [email protected]
     

Laisser une réponse