La pitoyable capitulation d’un maréchal

0

Il voulait la Présidence de son Togo natal mais il a fini par se consoler des strapontins dans le gouvernement made by Gnassingbé fils. Embourbé dans un vieux contentieux l’opposant aux Gnassingbé et ne sachant plus où donner la tête, le vieux maréchal a rendu les armes et s’est livré à l’ennemi en compagnie de certains de ses lieutenants.  D’autres ont refusé de le suivre dans sa chute vertigineuse et suicidaire.  Mais, ceux d’entre ses lieutenants qui avaient des tas de problèmes de survie et qui salivaient rien qu’en voyant la table du clan n’ont pu s’empêcher de faire le pas que d’aucuns qualifient d’historique, du coup du siècle. Même lorsqu’on sait que dans un combat, ses chances de l’emporter sont aussi minces que les fils d’une boutonnière, on ne se rend pas aussi facilement comme l’a fait Gilchrist Oympio.

Au lieu de faire sauter le pont pour sauver sa troupe comme l’a fait le général Lee dans une des chansons  populaires françaises, le commandant en chef a préféré capituler. Triste fin pour un maréchal qui  se voulait brave et déterminé. C’est très ridicule quand même ce comportement de Gilchrist aujourd’hui. Dire que pour la même chose, un certain Amah Gnassingbé de Lama, oh, le pauvre vieux, il avait souffert dans sa chaire d’être vilipendé  et traité de tous les noms d’oiseau par Gilchrist et ses sbires. Oh Dieu, pardonne leur tout !

Gilchrist Olympio a toujours abreuvé les Togolais de sa volonté farouche de venir à bout du régime obsolète du RPT quoi qu’il arrive. Aujourd’hui, la symphonie a changé et le « maréchal » a aussi changé de cadence. Nous ne sommes plus  à l’heure des « guérillas » et  opérations « Togo mort » que Gilchrist promettait à ses fidèles. Non, les temps ont changé et il faut s’y adapter au risque de passer le témoin sans avoir jamais eu à profiter au moins  des miettes que laissent souvent  les Gnassingbé aux autres Togolais. Après tout, nous sommes dans un no man’s land où seule la volonté du clan Gnassingbé passe avant toute autre chose. Tu collabores ou tu passes de l’autre côté de la rive. Beaucoup ont choisi la plus courte voie, celle de la collaboration foulant aux pieds leur conviction et idéologie.

Gilchrist a enfin compris que s’il doit attendre son heure, il va espérer aussi longtemps. Il ainsi couru avec armes et bagages pour rejoindre l’ennemi. Même si cette option du vieux leader est bien pour la paix et la détente dans le pays, il convient de souligner qu’avant lui, d’autres notamment, les Edem Kodjo, Zarifou Ayéva, Yawovi Agboyibo, Léopold Gnininvi avaient tenté une telle aventure suicidaire vu sous l’angle politique, mais ils avaient été tous vilipendés et traités d’être des vendus. Le terme approprié était la « mangeoire ». A l’UFC, Gilchrist et ses lieutenants trouvaient que ceux-ci étaient allés souper avec les Gnassingbé, qu’ils étaient à la « mangeoire ». Que dire aujourd’hui  de la branche du palmier Détia tombée dans le champ de maïs pourri ?

Entre nous, avec quel projet de société les ministres UFC vont-ils gérer les affaires publiques ? Assisterons-nous à un gouvernement dans un gouvernement ou à un nouveau jeu de chaises musicales dont les Gnassingbé ont la maestria ? La politique au Togo est devenue si dérisoire que chacun dans son coin peut s’auto-proclamer roi. Eyadema disait qu’il est imortel. Gilchrist lui vient de signifier via la politique qu’il neigera un jour au Togo. Il reste seulement de savoir comment sera la couleur de cette neige….

Mabizo Kiri Lynx.info

Laisser une réponse