La péritonite aigüe semble plus « F«au»rte » qu’Ahumez Zunu. Le plan B de Faure Gnassingbé !

0

Gilbert Bawara, ministre de l’Administration du Territoire et des Collectivités Locales à beau mentir que nous verrons le premier ministre avant la fin de l’année 2013, la péritonite semble être plus aigüe que les attentes sinon F«au»rte, très F«au»rte. Explication. Quand on passe cinquante ans au pouvoir sans avoir construit un bel hôpital et formé des médecins qui puissent diagnostiquer un début de péritonite, c’est bien normal que, celle-ci devienne aigüe et que, les jours du patient Arthème Ahoomey-Zunu clignotent du rouge vers le rouge. L’Etat clinique du Premier Ministre serait « inquiétant mais stable, le patient ne rejette plus les soins sans pour autant y répondre convenablement…. Il portera des séquelles graves s’il s’en sortait et aura besoin de plusieurs mois de convalescence. Il reste néanmoins exposé à de graves rechutes ». Ce rapport aurait été transmis à Emmanuel Tchouko, l’un des sulfureux conseillers de Faure de passage à Paris écrit un blogueur togolais. Passons. Alors, reviendra  t-il en bonne santé ou avec un pied cassé comme chef de gouvernement ? Le souci au sein du cercle fermé est de taille et les idéologues de Faure Gnassingbé peaufinent actuellement tous les scénarii  au cas où l’« idiot utile » d’Edem Kodjo et par ricochet homme à « tout faire » et grand « zélé » des temps modernes ne serait plus utilisable… alors jetable. D’ailleurs, quand il a été coopté par Faure Gnassingbé avec seulement 3000 voix aux élections législatives de 2007 loin derrière Isabelle Ameganvi  pour « le servir » et « se servir », nombreux étaient ces preux de la cour qui voyaient d’une mauvaise mine son arrivée. Comme le malheur du premier ministre (Ahoumey-Zunu est de la CPP) fait le bonheur de certains faucons proche du parti Unir, les appétits ont commencé par fuser de partout. Nos sources disent bien que le plan B est depuis sur la table de Faure et ce dernier aussi se serait mis dans la tête que, son premier ministre même vivant ; ne serait plus qu’une carcasse ambulante. Le hic, est qu’au Togo de Faure Gnassingbé, les oiseaux qui ont un plumage comme Ahoumey sont rares. Le prince veut absolument un  profil d’homme qui singe comme son gorille mourant. Il faut absolument trouver un premier ministre qui puisse avoir le même zèle, les mêmes frasques et surtout capable de tirer sur toute l’opposition sans se poser la question » martèle notre source. Mais qui ? Qui a le profil proche ? On se rappelle que la carte Gilbert Houngbo fut une aubaine, un vrai bazar… Faure n’en veut plus de ces Togolais en « tenue intellectuelle » et sortie des rets de l’international. «Trop de risques avec ces messieurs de l’international » ajoute notre source. On accuse même Gilbert Houngbo d’avoir voulu ternir l’image de Faure à l’extérieur avec l’aide des diplomates en poste à Lomé. Vrai ou faux, la fin de parcours du « Pnudiste » avait révélé des choses qui en disent long sur la marge de manœuvre qu’il avait comme chef de gouvernement. Faut-il rappeler à nos lecteurs qu’au Togo, la constitution avait été mise en pièces détachées donnant au président tous les pouvoirs et vidant du coup la primature des dernières prérogatives ?

Les mille et une cartes de Faure pour la nomination d’un premier ministre

La carte Gilbert Bawara. Dans le staff des faucons et des colombes du parti UNIR, qu’on l’aime ou pas, tout le monde sait que le juriste est actuellement la seule personne qui peut « mater » tous les opposants du prince dans un débat. Le dernier grand duel avec une cohorte d’opposants face à la « Grande gueule » avec les confrères d’ Africa 24 prouve bien que, l’opposition ferait mieux de chercher en son sein des chevronnés pour faire détaler pour une fois de bon ce pion de Faure qui a bien l’avantage de s’être entouré de réseaux les plus tordus que la politique internationale possède. Gilbert Bawara, voici une assurance tout risque pour tout chef de parti politique. Gilchrist Olympio aurait même lâché que, s’il avait Gilbert à la place des « troubadours » comme Jean-Pierre Fabre et Patrick Lawson, il serait depuis au pouvoir. Faure sait qu’il a bien besoin de cette pièce maîtresse de son système. Aussi, des diplomates en poste à Lomé lui reconnaissent des qualités qu’il faudrait bien prendre en compte.  L’exposé comme chef de gouvernement reviendrait à  se tirer la balle dans le pied. Faure ne prendra pas le risque de laisser son « trotter » maison dans les rôles qui exigent de lui beaucoup de retenue.

La carte du Pr Aimée Gogué

Longtemps considéré par Faure Gnassingbé et ses proches comme celui qui a le profil de « bon opposant » parce que très « non violent » dans le verbe comme dans les actes, les chances de l’économiste semblent être très maigres. Nos sources nous susurrent qu’il serait trop proche de l’ennemi premier de Faure qui est bien l’activiste de l’ANC, Jean Pierre Fabre.

 

 

La carte du célèbre économiste Kako Kossivi Nubukpo. Le choix de Faure Gnassingbé !

 

Ce n’est pas un hasard si  le secrétaire général  de la présidence ait bien pris soins de laisser des ratures pour ajouter le nom du célèbre économiste togolais Kako Kossivi Nubukpo dans le gouvernement  Ahoumey-Zunu II. On nous sussure que l’intelligence de l’économiste donne des complexes d’infériorité à Faure Gnassingbé bien que, le prince soit aussi sorti droit de Paris-Dauphine avec le désavantage que, la traçabilité de son parcours universitaire est si compliquée à un journaliste qui veut mieux savoir pour son travail. Selon notre source, les chances de Nubukpo restent intactes. En attendant, Faure n’est sous aucune pression. D’autant plus que, la primature est belle et bien une coquille vide. Toutes ces dérives à mettre dans les erreurs de ces « venus de France » qui nous gavait à la salle Fazao de l’hôtle du 2 Février de Savoir et de connaissances qui se sont relevés être une fiouterie intellectuelle. La Conférence Nationale Souveraine qui avait copié « bêtement » le model français sans s’en tenir aux réalités africaines, togolaises… a finalement été une rencontre de pieds nickelés sans véritable vision.

Au Benin voisin, l’absence d’une primature semble donner plus de bons points démocratiques que ce que nous voyons tous au Togo.

Certes, personne n’est à l’abri de la maladie. Mais vouloir faire d’un malade qui a depuis jeté l’éponge un incontournable, un indispensable, c’est ce que nous combattons à Lyxn.info. Dans le Togo moderne, la présence pour la construction du pays de toutes les filles et fils est souhaitée. Mais aucun Togolais ne saurait être indispensable pour les autres…. Il faut bousculer Faure afin qu’il lâche Zunu pour une fois de bon !

Camus Ali Lynx.info

Laisser une réponse