La pauvreté au Togo, un bon filon pour Victoire Tomégah Dogbé et ses amis pour s’enrichir [Lynx Invest’G]

0

Au nom de la lutte contre la pauvreté endémique au Togo, Victoire Tomégah Dogbé, la ministre en charge du Développement à la base et ses amis ont conçu des projets et programmes les uns ressemblant à quelques exceptions près aux autres. En l’absence des élus locaux à qui il revient d’impulser le Développement à la base, Dame Victoire Dogbé et ses potes ont tout pris. La nature a horreur du vide. Ils occupent le terrain et s’y accrochent au point de voir d’un mauvais œil l’appel à l’organisation des locales au Togo. Ces locales qui viendront mettre fin à leur garde manger. Projet de soutien aux activités économiques des groupements (PSAEG), Projet d’appui aux plates formes multifonctionnelles (PTFM), Projet de soutien aux microprojets communautaires (PSMICO), Projet conjoint communes du millénaire (PCCM), Projet de développement communautaire (PDC), Projet de développement communautaire et des Filets Sociaux (PDC plus), Projet de développement communautaire dans les quartiers vulnérables de Lomé (PDCL), Programme d’appui au développement à la base (PRADEB), Projet de renforcement du maillage du territoire en structures à base communautaire, Projet d’appui à l’autonomisation de la jeunesse, Projet de développement des filières des plantes à racines et tubercules (PRT), Programme d’entrepreneuriat et d’auto emploi des jeunes, Programme de promotion du volontariat national (PROVONAT), Programme vacances citoyennes et utiles, Projet d’appui à l’insertion socioprofessionnelle des jeunes artisans, Projet d’appui aux petites entreprises artisanales de l’UEMOA (PAPEA-UEMOA). Les derniers nés sont le Fonds National de la Finance Inclusive (FNFI), Accès des pauvres au service financier (APSEF), Accès des Jeunes au service financier (AJSEF), Accès des agriculteurs au service financier (AGRISEF). Dans la foulée, une agence en charge du développement à la base (ANADEB) est mise sur pied. Comme on peut le constater, la lutte contre la pauvreté au Togo préoccupe à un haut point Victoire Tomégah Dogbé et ses amis qui ne voient pas que cette même pauvreté contre laquelle ils disent s’armer, ne recule pas. Celle-ci continue d’ailleurs à galoper au point où le prince lui-même est obligé de monter au créneau pour créer le Programme d’Urgence pour le Développement Communautaire (PUDC). Un programme qui l’a conduit au siège du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) où il est allé obtenir un financement à hauteur de 155 milliards de F CFA. Tout ceci doit faire réfléchir. Le programme d’urgence pour le développement communautaire alors qu’il y a déjà un autre programme de développement communautaire piloté jusque-là avec des résultats loin d’être satisfaisants. Programme de développement communautaire et Programme d’urgence pour le développement communautaire ; Projet de développement communautaire et des filets sociaux, Projet de développement communautaire dans les quartiers vulnérables de Lomé. Tout ceci embrouille les Togolais dont le quotidien ne change pas.

Soit les nombreux projets conçus par dame Victoire Tomégah Dogbé et connaissances se révèlent inefficaces, soit une comédie qui ne dit pas son nom a pris corps sur la tête des pauvres togolais. Commençons par les responsables cooptés pour administrer ces projets qui ne finissent pas de germer tels des champignons. Ceux-ci ont des salaires à la taille du Kilimandjaro dans un Togo où le quotidien des pauvres ne s’améliore pas. Au moment où les conditions de vie des Togolais demeurent les mêmes ou s’empirent, ces amis et proches de dame Victoire Dogbé parachutés à la tête des projets et programmes se la coulent douce. Actuellement, une campagne médiatique est menée sur la réussite du Fonds national de la finance inclusive (FNFI). Alors que tout le monde sait que ce produit passe à cause de la pauvreté endémique au Togo. Il y a tellement de pauvres que toute offre à caractère financier est vite prise. Plus nous à la pléthore de projets et programmes conçus et exécutés à coups de milliards de F CFA au Ministère chargé du Développement à la base et plus nous nous rendons compte de la supercherie. Pourquoi tant et tant de projets et programmes dans un Togo à 56600 km2 si ce n’est pour se sucrer et caser des amis entre-temps au chômage ?

Dans le cadre du programme national de volontariat (PROVONAT) par exemple, il est prévu la somme de 90.000 F CFA comme indemnité mensuelle des titulaires de BTS, Maîtrise et autres. Mais ceux-ci ne perçoivent que 60.000 F par mois. Dogbé et ses services disent garder les 30.000 restants par mois pour les aider à s’insérer à la fin de leur passage comme volontaire. La première vague de volontaires recrutés en 2011 arrive au terme de ses 5 ans d’exercice en octobre 2016. Nous verrons bien si la promesse sera tenue.

Et puis, pour la gouverne de dame Victoire Dogbé et tous ceux qui feignent de le savoir, il n’y aura pas de développement à la base au Togo sans les élus locaux. En l’absence de conseils municipaux et préfectoraux, il faut s’attendre toujours aux actions non solides et à effets non durables comme celles que posent le Ministère du Développement à la base et ses nombreux projets. Actions à effets éphémères qui font que certaines têtes, suivez nos regards, trouvent une issue favorable à leur problème de chômage et se développent seuls au détriment de la majorité des Togolais qui continuent à végéter dans le dénuement. Mais pendant combien de temps faudrait-il supporter cette comédie grandeur nature ?

Taffa Biassi Lynx.info

{fcomment}
 

 

 

Laisser une réponse