La nouvelle géopolitique monétaire de la Chine va affecter la zone cfa

0

«Ce n’est plus dans l’intérêt de la Chine d’accumuler des réserves en devises étrangères». Ces paroles fortes ont été prononcées par Yi Gang, un vice-gouverneur de la Banque centrale populaire de Chine, à l’occasion d’un discours devant le China Economists 50 Forum, le 20 novembre 2013 à l’université Tsinghua. La Banque centrale populaire de Chine va «mettre un terme à ses interventions sur le marché des devises étrangères et élargir le champ des échanges quotidiens en yuan», a renchérit le gouverneur Zhou Xiaochuan dans un article paru après le dernier congrès du Parti Communiste chinois, qui s’est tenu en novembre dernier. Mais aucune indication n’a été donnée quant à la date d’entrée en vigueur de ces nouvelles mesures dont parlent Yi et Zhou selon Bloomberg News.

Au troisième trimestre 2013, les réserves en devises étrangères de la Banque centrale chinoise étaient estimées à environ 3,66 trillions d’équivalents dollars et une grande partie de ces réserves sont en dollars américains. La Chine, qui depuis longtemps accumule des dollars américains pour maintenir la faible valeur du renminbi (la monnaie chinoise) par rapport au dollar, aurait-elle décidée de changer de doctrine en la matière?

La Chine dispose dans ses coffres de près de 1,3 trillions de dollars des dettes américaines. Si la Chine arrête d’accumuler le dollar monétaire, alors il est fort probable qu’elle cesse également d’accumuler le dollar dette.

Quelles pourraient être les conséquences de ces choix chinois sur les économies développées d’Europe et d’Amérique du nord? Quelles en seraient les conséquences sur les économies africaines, surtout celles des pays de la zone cfa ?

LIDER invite chacun en Afrique à réfléchir et à anticiper l’impact inéluctable qui s’annonce avec ce changement notable de la géopolitique monétaire et financière chinoise.

Lider

*http://www.bloomberg.com/news/2013-11-20/pboc-says-no-longer-in-china-s-favor-to-boost-record-reserves.html.

Laisser une réponse