Chérif Ousmane : J’ai trop tué, je ne veux plus avoir de mort sur ma conscience

0

Cet article est un rechauffé de votre journal préféré chers Lynxionautes. Alors que les vainqueurs du 11 avril 2011 dans leur chevauchée sur Abidjan jouaient encore aux héros de guerre et que Cherif Ousmane pouvait tout se permettre de tout dire au point de se compromettre le monde suivait le drame ivoirien comme dans une mixture d’un film de Gregory Peck et de Clint Eastwood. L’article a pour but de faciliter la CPI à s’interesser au rebelle Chérif Ousmane, filleul de Ouattara et parrain de son mariage qui a lui même reconnu avoir tué, sinon beaucoup tué et que sa conscience l’empêchait de dormir.  Les criminels aussi ont une conscience ? Ce jour, notre correspondant et pigiste Bob Konan nous disait qu’il quittait aussi son pays. Aurait-il été fauché? Depuis nous sommes sans nouvelles de lui. Seul restera ce reportage qui survivra au temps. Lecture !

Shérif Ousmane, aux jeunes de Yopougon : « Je ne veux plus avoir de mort sur ma conscience »

« Aucune structure ou institution ne peut accepter d’ouvrir ses bureaux à Yopougon sans la présence de la police et de la gendarmerie. Quand j’entends un coup de feu à Yopougon, j’appelle pour savoir qui en est l’auteur. Je ne veux plus entendre de coup de feu. Hier (ndlr : jeudi 21 Avril 2011), l’un de mes éléments a perdu un bras à cause d’une mauvaise manipulation d’une grenade. Et tous ceux qui avaient des grenades s’en sont débarrassés. J’ai retrouvé plein de grenades ici. Tout ceci pour vous dire qu’on doit mettre fin à la guerre. Au niveau de Yopougon, je prends un engagement sécuritaire. Le temps joue contre nous. Tous les CHU sont fermés et nos jeunes qui ont été blessés meurent parce qu’on n’arrive plus à les soigner. Il faut qu’on mette le peuple en confiance et qu’on arrête de piller les maisons des gens. Le président de la république a demandé au Premier ministre de vous recevoir. Aujourd’hui, il n’y a plus rien à la BAE et il faut des milliards pour reconstruire nos casernes. Regardez un peu nos collègues de l’Etat-major avec qui nous cohabitons. Ils ont tout perdu. Ils sont en civil pendant que nous sommes en treillis. J’ai reçu 835 plaintes pour vol de véhicules. Je ne suis pas policier et ce n’est pas mon rôle de faire la police. C’est pourquoi il faut rouvrir les commissariats et les gendarmeries. Nous nous sommes battus pour le peuple et aujourd’hui, le peuple en a marre de nous. Il faut mettre fin aux actes de pillages. Aucune banque n’est prête à ouvrir à Yopougon s’il n’y a pas une sécurité garantie. Nos hommes n’ont plus le droit de se promener en ville avec des armes, à moins qu’ils ne soient en mission. Je vous demande d’inscrire vos noms dans le livre d’Or de l’histoire. Si je demande un retrait de nos forces de Yopougon, cela nous emmènerait encore en arrière. Et comme vous voulez un début de confiance, nous pourrons envisager par exemple une brigade mixte appuyée par l’Onuci. Si on ne s’entend pas pour trouver une solution rapide au problème sécuritaire de Yopougon, vous et nous allons tuer au moins 500 mille civils. Nous avons des armes que nous n’avons pas voulu utiliser à notre arrivée à Abidjan. Nous avons voulu souffrir pour épargner des vies humaines. Je sais comment régler le problème des mercenaires Libériens qui combattent à vos côtés. A Danané, j’ai combattu Sam Bouckari. Une dame enceinte et l’un de mes éléments sont tombés sous les balles des Libériens. J’ai enterré mon élément, j’ai enterré la dame sans vérifier si on pouvait sauver l’enfant qu’elle portait. Et j’avoue que j’ai encore ce triste évènement sur ma conscience…Je ne veux plus avoir de mort sur ma conscience. Raison pour laquelle j’ai décidé de retourner à la terre et devenir planteur. Le président de la République demande que tout le monde regagne sa base. Nous devons unifier nos deux armées et nous ne voulons pas que restiez en marge de cette réunification de notre armée. J’ai donné des ordres et je ne veux plus voir des militaires en train d’ériger des barrages pour contrôler des véhicules. C’est le rôle des policiers. Le président de la République a donné l’ordre de ne pas tirer sur vous à Yopougon. La guerre est finie, il y a eu beaucoup de morts et de paralysés à vie. Certains sont morts en laissant leurs enfants derrière eux. Celui qui vous parle est un combattant. Moi je suis un combattant. Le vrai combattant c’est celui qui gagne une guerre en perdant moins d’éléments. Je ne serai pas maire ni député. Si on nous demande de déposer les armes, je les dépose et peut-être j’irai à la retraite ». Depuis, le tueur n’est pas à la retraite…mais promu pour avoir tué sinon beaucoup tué. Bienvenu en Ouattarandie !

Bob Konan  ce 12 avril 2011 depuis Abidjan pour Lynx.info

 

Laisser une réponse