« Affaire Bodjona » : A la fin, ce sont les nègres que les nègres condamneront !

0

Tenez-le pour dit ! A la fin de ce rodéo judiciaire appelé encore « Affaire Bodjona », les juges corrompus de Faure auront pour proies leurs propres frères nègres. D’ailleurs, il n’y a pas de prison pour blancs au Togo. Et quand on s’appelle Loïc le Floch-Prigent, il vaut mieux avoir l’homme de son côté que de l’avoir pour ennemi. Faure qui a été éduqué et grandi dans le milieu très françafricain le sait mieux que n’importe quel Togolais. Monsieur l’ambassadeur de France au Togo est aux petits soins de Loïc depuis qu’il est dans les mains des  « sauvages», selon l’expression très discrète en France. Faure sait aussi que le réseau socialiste ne fonctionne que, grâce à cet ex PDG du fleuron francais Elf. Ce dernier a un carnet d’adresses très épais avec les satrapes africains et sa capacité de nuisance est dévastatrice . Donc « Monsieur mallettes à billets de la gauche française ». Blaise Compaoré  alias « Djembé » sais de quoi le Lynx parle. Alors que le Français qui n’est pas à sa première sortie judiciaire a été très convainquant dans son témoignage contre le très « flou » Emiratie Abass Al Youssef qui aurait d’ailleurs eu des liaisons amoureuses très « serrées» avec la fameuse veuve, une pression monstre des réseaux français s’est déjà mise sur orbite. La hiérarchie togolaise est sommée de laisser le français tranquille. Nos enquêtes tablent sur une libération conditionnelle de Loïc le Floch-Prigent.

 

Son avocat qui est arrivé en catimini à Lomé avait émis des réserves sur la justice très « tordue » au Togo en demandant que son client soit plutôt jugé en France. Comme si les juges togolais avaient étudié le droit dans la jungle avec des animaux ! Résultat, très affaibli après l’enlèvement d’Abidjan de son client, l’avocat de Loïc le Floch-Prigent est monté de la défensive à l’offensive ce dimanche : « Le plaignant se contredit beaucoup, en particulier sur le montant du préjudice. Il tente de se venger de ses difficultés financières sur Loïk Le Floch-Prigent » raconte t-il.

Faure : Il a des comptes personnels à régler avec Bodjona et son cousin Bertin Agba !

Liberté pour Pascal Bodjona et son cousin Bertin Agba affaiblirait définitivement le pouvoir de Faure. Et il le sait le prince. Ainsi, Pascal Bodjona au départ dans la posture de témoin se retrouve aussitôt devant les « juges de Faure » dans la posture d’accusé. Il vaut mieux trouver d’autres plaintes dans la plainte au cas où une pression extérieure amenait ses juges à « avaler la honte» en disant le droit. Il faut remarquer que, l’accusé a le droit de mentir autant de fois que ceci ne se retourne pas contre lui. En  droit, le mensonge peut aussi tirer l’accusé d’affaires. Faure connait ses petites notions  et sait avec quel renard ses juges se retrouveront nez à nez. Quant à Bertin Agba, les millions de dollars qu’il a dans les mains serviraient à corrompre à tout va les officiers togolais déjà corrompus pour mettre en mal le pouvoir de Faure. Toutes ces inquiétudes ont été étudiées au millimètre près au point qu’un proche du prince a lâché à Lynx.info que « Ni le blanc, moins l’Arabe. Nous voulons deux. Nous les avons avec nous ». Pour dire que, la sentence tombera. Mais elle ne touchera pas Loïc-Le Floch-Prigent. Faure ne prendra pas surtout le risque de laisser mourir un faucon « socialiste » de la trempe de l’ex PDG de Elf, Loïc Le Floch-Prigent dans ses prisons inhumaines. Le reste, on assistera à une fiesta des nègres qui se dévoreront entre eux avec des condamnations tout azimut qui n’auront aucun effet sur Loïc. L’exemple parfait est celui du général Assani Tidjani. Extirpé des prisons togolaises grâce aux réseaux français à cause de son rôle très « pointu » pour les rebelles ivoiriens, donc pour la France, c’est en bordure de la Seine qu’il se moque des autres prisonniers de Faure. Au plaisir de la France bien sûr !

Djima Matapari Lynx.info

 

Laisser une réponse