Kofi Yamgnane, le candidat de l´espoir et de la dernière chance.

0

Les élections approchent à grands pas et tout le monde va de son commentaire avant le jour J.
Les Togolais dans leur majorité rêvent d´un vrai changement de système dans leur pays martyrisé depuis près d´un demi-siècle. Des générations sacrifiées sur l´autel de l´interêt égoiste et mesquin d´un clan mafieux dont le comportement inhumain ne peut se résumer qu´en deux mots: la méchanceté humaine.
Tous les Togolais du Nord au Sud ont souffert et souffrent encore de plus de quatre décennies d´immobilisme, d´obscurantisme et de terreur et aspirent à la démocratie et à la liberté. Ils ont à jamais vomi ce clan de criminels dont les membres se recrutent dans toutes les éthnies du Togo.
Si les Togolais et les Togolaises dans leur ensemble sont d´accord pour reconnaitre que leur petit Togo est dans de mauvais draps et fait aujourd´hui la risée de la sous-région pour ne pas dire de tout le continent africain, il est paradoxal de constater que dans la recherche du remède pour soigner le mal togolais il y a divergence pour se mettre d´accord.
 Le bon sens et surtout l`amour qu´on a pour le peuple togolais auraient voulu que l´opposition ou ce qu´il en reste encore choisisse un seul candidat pour affronter le candidat des ennemis du peuple pour espérer enfin arriver à la victoire et à un véritable changement du système politique. Mais que constate-t-on à la veille de cette élection cruciale?
Des candidatures plus ou moins sérieuses ou fantaisistes sont annoncées ça et là, des discussions pour dégager un candidat unique au sein de l´opposition ont à peine lieu parce que la volonté n´y est pas. Tout se passe comme si les togolais à travers leurs leaders politiques rêvent de changement mais sont incapables de s´entendre au moment décisif pour le sprint final.

A un mois des élections présidentielles aucun dialogue entre les candidats de l´opposition pour dégager un challenger commun n´est en vue. Pourtant les appels à l`union ne manquent pas, mais qui fera le premier pas? et vers qui? Chaque candidat s´occupe de sa petite cuisine personnelle. Devons-nous pour autant perdre espoir? Je crois que non!

 A en croire les déclarations de M Agboyobo du CAR lors de son investiture comme candidat pour la prochaine présidentielle, son parti reste ouvert à un dialogue avec les autres partis de l´opposition en vue de désigner un candidat unique pour le rendez-vous du 28 Février 2010. Son successeur à la tête du CAR M. Apévon a abondé dans le même sens.

Il y a eu l´appel de M. Olympio et celui du candidat indépendant Kofi Yamgnane à l´union, mais pour l´instant toutes ces déclarations d´intention ne sont pas encore suivies d´actes concrets.

Si on entend de part et d´autre des appels à l´union de l´opposition, du côté de la CDPA c´est le silence et le flou. Peut-on encore considérer ce parti comme étant encore de l´opposition?  la CDPA vient certes de désigner Mme Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson comme candidate aux prochaines échéances présidentielles. C`est très louable et courageux d´avoir pensé à une personnalité de sexe féminin, mais est-ce que ce parti est-il prêt à participer à des discussions sincères et éventuellement retirer sa candidate au profit d´un autre candidat que l´opposition aura choisi?  Car, si la CDPA est encore du côté du peuple, elle doit savoir que l´heure n´est plus aux tergiversations et que la multitude de candidats figurants ne fait  qu´accentuer la dispersion des voix du peuple. Ou est-ce que les soucis de notre professeur sont ailleurs? Après être allé à la soupe des Gnassingbé est-il peut-être tellement corrompu et acheté qu´il tient à légitimer la mascarade d´élections que prépare le RPT?  Si tel était le cas ce serait vraiment dommage pour le combattant qu´il était.

La nouvelle qui fait couler beaucoup d´encre et de salive ces derniers jours est sans nul doute la prétendue maladie de M. Gilchrist Olympio cloué à Waschington et qui a décidé de renoncer à se présenter aux élections présidentielles!  L´UFC désigne alors M Jean Pierre Fabre comme son candidat de rechange.
M. Olympio est-il vraiment malade ou est -ce un alibi pour ne pas se présenter contre Faure Gnassingbé et lui laisser le champ libre comme murmurent déjà certaines mauvaises langues?  Pour ma part je n´ai aucune raison de douter de la maladie de M. Olympio, et je ne peux que lui souhaiter un bon rétablissement et regretter que la maladie nous enlève un candidat valable.

J´ai personnellement supporté la candidature de M.Gilchrist Olympio jusqu´aux élections législatives de 2007, car pour moi c´était  le seul opposant encore crédible qui faisait peur au RPT et qui pouvait nous emmener à la victoire et au changement de système. Entre-temps les données ont changé et la candidature de l´UFC á travers M Olympio ne faisait plus peur au RPT, au sein de ce clan de mafieux il était  même vivement souhaité que Gilchrist soit déclaré candidat.
La question qui se pose aujourd´hui est de savoir si le candidat désigné de l´UFC  M. Fabre est l´homme de la situation. De mon côté je condidère le secrétaire général de ce parti comme un opposant vrai et valable qui a fait ses preuves dans la lutte contre la dictature, mais il n´a ni l´envergure ni le charisme pour porter l´espoir de tout un peuple. Et l´appel lancé par M. Olympio pour l´unité de l´opposition, s´il est vraiment sincère, ne doit pas exclure que l´UFC renonce à sa candidature pour supporter le candidat qui a plus de chances de l´emporter, car, si on appelle à l´union et on y croit vraiment on ne doit pas toujours  attendre que les autres viennent  vers soi, mais on doit  aussi être capable d´aller dans le sens inverse. Si le RPT n´avait plus peur de la candidature de Gilchrist Olympio, ce n´est pas devant M. Fabre que ce parti de malheurs va se courber. Je ne dis pas que M. Fabre n´est pas populaire, il peut bien gagner les élections mais peut-il effectivement prendre le pouvoir?

Pour ma part s´il y avait consensus et qu´on devrait choisir un candidat qui aurait plus de chance de l´emporter et surtout qui pourrait effectivement prendre le pouvoir en cas de victoire ce serait M. Kofi Yamgnane. L´homme dont l´annonce de la candidature était au début acceuillie par des sourires moqueurs et par des commentaires comme: il ne connaît pas les réalités du pays, personne ne le connaît au Togo. En moins de six mois il a parcouru près 26 000 km de routes et de pistes pour aller parler à ses compatriotes au sud,à l´est, à l´ouest et au nord. Le franc-parler qui est le sien, le villageois qu´il est resté malgré son contact avec l´Europe depuis sa jeunesse le rapprochent plus des populations et font de lui aujourd´hui le candidat le plus crédible. En plus, son bagage intellectuel et son expérience sont connus de tous. Ceux qui soutiennent qu´il serait l´homme de la France et qu´il ne sera qu´une marionnette entre les mains de ses protecteurs doivent savoir que les situations ne sont plus les mêmes.
Au lendemain des indépendances africaines tous les nationalistes africains surtout fracophones furent éliminés et à leur place la France avait installé à l´instar d´Eyadéma des présidents non élus ou mal élus pour veiller sur ses intêrets.  De tels chefs d´état n´avaient aucune légitimité de leur peuple; ils n´avaient donc pas de choix, ils ne pouvaient qu`être marionnettes et compter sur le soutien de ceux qui les avaient placés au pouvoir pour que leurs peuples ne les en chassent pas.  A la mort d´Eyadéma son fils Faure fut installé comme président du Togo avec le soutien de Chirac donc de la France, Faure Gnassingbé n´a aucune légitimité du peuple et il le sait lui-même.

M. Kofi Yamgnane élu président du Togo l´aura été  par ses compatriotes, il aura les mains libres pour penser au développement de son pays car il n´aura de comptes à rendre à personne sauf à son peuple. Je ne dis pas que le Togo n´aura pas de relations avec les autres pays du monde, nos relations avec la France existeront toujours mais dans le respect mutuel.
Je ne soutiens pas la candidature de Yamgnane parce que je suis Kotokoli donc du Nord, j´aurais tenu les mêmes propos s´il s`était agi de quelqu´un du Sud ou de tout autre coin du Togo qui réunirait les mêmes qualités dans les mêmes circonstances.

Si les togolais s´aiment vraiment et veulent l´unité de leur pays comme ils l´affirment dans les discours et dans les écrits, ils doivent cesser de se comporter en tribalistes. Que nous soyions du Nord ou du Sud nous sommes tous originaires de ce petit bout de terre surnommé Togo, nous devons laisser de côté nos considérations régionalistes, éthniques et tribalistes et savoir que le hasard du destin et les circonstances font aujourd´hui de M. Yamgnane l´homme de la situation et le candidat à même de nous emmener à la victoire.
A quoi ça sert de promouvoir et supporter des candidats qui n´ont aucune chance parce que tout simplement ils sont de mon éthnie, de ma région?  Ne sommes- nous pas fatigués de plus de quatre décennies d´injustice, de discrimination dans notre propre pays et de crimes de toutes sortes? Allons-nous encore commettre la même faute et remettre le doigt, comme on dit chez nous, pour la deuxième fois dans le même trou et être encore mordu par le même serpent?

Je suis du Nord et je pense qu´un homme du sud ne doit pas prendre le pouvoir car j´ai peur que les gens du Nord ne soient lésés par lui, c´est stupide d´avoir une telle réflexion.  Mon ami Kodjo est  originaire du Sud et il croit que c´est à leur tour de prendre le pouvoir, et que ce  n´est pas la peine de supporter un candidat du Nord, c´est bête et suicidaire de raisonner de cette façon-là. Eyadéma a utilisé ce discours diviseur pour rester au pouvoir pendant quatre décennies parce qu´il n´avait aucune légitimité du peuple, il ne pouvait donc que diviser pour règner. Il était Kabyè donc du Nord, certes, mais pendant son règne il n´avait fait que servir les intérêts d´un club dont les membres se trouvent dans toutes les éthnies du Togo comme je l´ai déjà écrit plus haut.

Parmi tous les partis d´opposition l´UFC est le seul parti à avoir plus de vingt députés à l´assemblée nationale, c´est le parti le plus populaire au Togo si on soustrait le RPT qui est un parti d´exception. A plusieurs reprises, ce parti, à travers M. Olympio, a gagné les élections mais a été empêchée de prendre le pouvoir. Comme on le voit notre pays le Togo est un pays dont la situation est exceptionnelle. La démocratie n´est pas encore une réalité. Nous sommes encore au stade du combat pour notre libération et pendant la lutte pour recouvrer la liberté, la vraie indépendance et la dignité on ne se comporte pas comme si on était dans un pays où la démocratie est profondément ancrée. La politique égoiste des partis doit céder le pas aux décisions réalistes et faire confiance à tout leader qui réunisse les meilleures conditions selon les réalités du moment, qu´il appartienne à un parti politique ou non. Il ne peut pas y avoir de leader ou de parti politique incontournable. A quoi ça sert d´être un parti populaire si on n´a pas les moyens de prendre le pouvoir au moment venu?
 Cessons chers fréres et soeurs de considérer tous ceux qui critiquent l´UFC ou supportent un autre leader en dehors de ce parti comme des faux opposants ou des RPT-istes. Les traîtres que nous avons connus depuis 1990 et qui ont été les fossoyeurs de la liberté du peuple à commencer par M.Koffigoh sont originaires de toutes les régions de notre pays. La situation est grave et je ne sais pas si les compatriotes aussi bien au Togo que dans la diaspora le réalisent. Méditons une seule minute ce que sera notre pays si au soir du 28 Fevrier 2010 la prise en otage du peuple togolais n´a pas pris fin.

« Le candidat doit être en mesure, au lendemain du scrutin, de prendre les devants de la défense de la victoire de l´opposition et d´avoir des atouts personnels, nationaux et internationaux qui lui permettent d´amener le pouvoir en place à reconnaitre sa défaite. »
Je crois que parmi tous les candidats déclarés c´est M. Kofi Yamgnane qui répond le mieux à ce profil défini par M. Apévon, président du CAR, lors de l`investiture de M. Agboyibo. Tout le monde connait son histoire, son expérience et c´est le seul qui peut se prévaloir d´une certaine virginité politique vis-à-vis du RPT.

Même si aujourd´hui les démarches pour désigner un candidat unique se font timidement ou ne se font pas, je ne veux pas perdre l´illusion que l´union se fera. Le slogan de campagne de M. Yamgnane « ESSOUNENE » (ça suffit comme ça!) doit être le slogan de l´opposition unifiée et de tout le peuple.
Qu´on me comprenne bien: M. Kofi Yamgnane est mon candidat préféré mais je supporterai n´importe quel candidat choisi dans le consensus que tous les démocrates togolais auront le devoir de pousser jusqu´à la victoire finale.     ESSOUNENE!

Samari Tchadjobo
33824 Werther/Bielefeld
Allemagne

Laisser une réponse