Kofi Yamgnane /Aly Coulibaly: Il faut sauver le mercenaire Ouattara ..!

0

 

On le croyait à Lomé avec Jean-Pierre Fabre et le FRAC, il n’est plus de ce côté. On le croyait à Bangeli aux côtés des paysans de son village, il n’est pas non plus là bas. Alors où il est? Et pourquoi trompe t-il son monde d’aider à la lutte ? Le Lynx vous révèle le vrai visage de l’Homme. De ces patriotes, il faut se mettre sur les deux pieds et montrer leur vrai visage au peuple. » Lecture!

Kofi Yamgnane est déjà de retour ! Mais à Paris ! Oui, à Paris !

Tous ceux qui ont cru de bonne foi, que Kofi était revenu  pour entrer enfin dans la lutte très rude dans laquelle on prend souvent les coups des forces de sécurité, des irréductibles contestataires de la victoire de Faure Gnassingbé, qui occupent la rue à Lomé depuis un an, peuvent sortir les mouchoirs : Kofi est reparti sans avoir visité son fief du nord. Mais les marches en semaine à Lomé où à l’intérieur du pays sont réprimées… ! Courage Kofi !

DES SEJOURS TOGOLAIS BIEN PLUS COURTS QUE LES RETOURS AU BERCAIL FRANÇAIS !

Ce sont surtout ses frères de Bangéli qui continuent à pleurer, mais pas le départ de Kofi qui les a tristement abandonnés. Kofi a annoncé que c’est au Gouvernement togolais de s’occuper de ses frères de Bangéli, en sachant le sort que réserve Gouvernement à ceux qui sont sans défense. Ils pleurent de rage dans la souffrance et pour certains jusqu’à la mort, de leur impuissance à obtenir des soutiens contre cette société indienne qui exploite le fer de Bangéli, comme au moyen-âge africain. Il n’a même pas eu un mot de compassion pour eux. Kofi aurait-il peur de défendre les citoyens de Bangéli, sous pression du Gouvernement de Faure ?

Kofi Yamgnane semble meilleur pour faire des moulinets dans le vide à l’adresse des FAT, que pour défendre et soutenir activement les amis de son village natal, qui luttent au 21ème siècle sans être entendus, contre  des conditions de travail inhumaines et une condition sociale de misère. Sans doute pour Kofi c’est une autre histoire et c’est la faute de la loi du marché devant laquelle sa famille politique, la social-démocratie, a depuis longtemps capitulé !

Finalement et contrairement à ce qui fut annoncé le 2 avril 2011 sur la plage de Lomé, à grand renfort d’applaudissements, Kofi Yamgnane n’est pas revenu à Lomé pour le Togo et pour les Togolais. Son saut de puce fugitif c’était après tant de mois d’absence, juste pour faire acte de présence pour éviter d’être classé résident étrange par le gouvernement de Faure Gnassingbé. Il lui faut respecter les conditions minimum exigées par le Pouvoir pour ne pas l’exclure lors des prochains scrutins électoraux. Faut-il le considérer comme membre de la Diaspora togolaise ?

On ne sait jamais. Au cas où, par exemple, il aurait encore envie de se présenter à la Présidence de la République ! Mais comment peut-il critiquer le régime de Faure Gnassingbé quant au demeurant il a contribué en fait à réduire le nombre de manifestants du FRAC en conseillant aussi d’aller marcher en semaine, le jeudi, au lieu de laisser le mouvement s’amplifier le samedi pendant son absence. Au fil des longs mois d’absence, qui restera dupe de ses intentions consistant à prendre le pouvoir en tentant de ne pas se faire oublier par la rue ? Contrôler la rue depuis la France est bien difficile, mais il peut réussir s’il y met toute sa volonté.

Au-delà de cette considération les Togolais s’interrogeront peut-être sur la sincérité d’un homme politique qui déserte – pendant des mois et telles que les choses sont parties sans doute des années, jusqu’à la prochaine élection – le front du combat de la contestation des résultats d’une élection volée au candidat Jean-Pierre Fabre. Il était pourtant le porte-parole le 4 mars 2010 ! Quand on prétend être un leader politique, il est préférable de ne pas déserter le terrain et de participer au combat quotidien.

Plus, il laissera couler le temps à St Coulitz et plus il risque d’avoir du mal à faire croire aux électeurs togolais et peut-être à ses alliés du FRAC, qu’il mène le bon combat à l’extérieur, comme une sorte d’ambassadeur de luxe de la résistance togolaise, alors qu’il semble qu’il manque d’argent, et donc n’a même pas les moyens de son combat et de sa politique ! Il faut espérer qu’avec le temps, ce ne soit pas le RPT qui lui octroie les moyens pour mener sa campagne, comme cela s’est vu au Togo et qu’il se fasse « manger » par Faure Gnassingbé comme Gilchrist Olympio. Mais le crocodile veille !

KOFI YAMGNANE DESERTE LE FRONT DE LA LUTTE AU TOGO POUR CELUI DE LA CÔTE D’IVOIRE

Aujourd’hui, oubliée l’élection présidentielle du Togo de 2010 ! Kofi n’est plus un homme politique togolais, il est très vite redevenu français à Paris et se présente comme ancien « Secrétaire d’Etat PS chargé de l’intégration. » C’est comme cela en tout cas qu’il était présenté dans l’émission : « Ça Vous Regarde » du 4 avril 2010 présentée par la Chaine française La Chaine Parlementaire (LCP) sur le thème « Côte-d’Ivoire : Ouattara va-t-il gouverner ? ».# Invités : Marwane Ben Yahmed, directeur de la rédaction de Jeune Afrique, Ally Coulibaly, ambassadeur d’Alassane Ouattara en France,  Jean-François Probst, consultant international et Kofi Yamgnane !

Afin que chacun puisse se faire son opinion regardons avec intérêt ce que raconte Kofi Yamgnane aux téléspectateurs de France ! Les termes repris entre parenthèses [ ] sont les interventions du journaliste de LCP.

Arnaud ARDOUIN : Vous avez été candidat, ou vous avez tenté de l’être…et pour des raisons obscures vous n’avez pas pu vous présenter.

Arnaud ARDOUIN : Kofi Yamgnane, vous croyez à cette hypothèse d’une capacité à se rassembler capacité à se rencontrer à négocier ? Là les armes sont sorties, on va revenir sur la question du massacre, dites-nous… !

Kofi Yamgnane : «…En réalité je n’y crois pas je n’y crois plus parce que depuis l’élection le Président Ouattara a attendu vous imaginez depuis le temps qu’il est élu il n’a pas bougé Moi j’ai vu des déclarations des forces républicaines disant nous n’allons pas rester longtemps les bras croisés. Donc que crois que Gbagbo aurait sauvé la Côte d’Ivoire et sauvé la région Ouest-Africaine en reconnaissant j’ai perdu, je me retire, c’est l’histoire qui est en marche. Il aurait pu sortir par le haut avec ça.  Je n’ai pas compris pourquoi il s’est agrippé à ce point puisque tout le monde est unanime pour reconnaitre qu’il a perdu les élections. Eh bien, s’il a perdu les élections il donne le pouvoir çà celui qui les a gagnées. Pourquoi en être arrivé là, comment en est-on arrivé là ? Simplement parce que le refus de négocier a été catégorique à tel point que aujourd’hui encore il se réfugie je ne sais pas où et que les civils se font massacrer comme ça. Ça n’a pas de sens ! Ça n’a pas de sens ! L’histoire de la Côte d’ivoire va nous ramener nous les Africains à je ne sais pas combien à trente ans en arrière. La Côte d’Ivoire c’est quand même un pays où [le fleuron de l’Afrique de l’Ouest]oui absolument. Vous imaginez dans toute la sous-région ouest africaine  l’économie ivoirienne c’est 40% [le  pétrole, le cacao] à elle seule c’est 40% de l’économie locale ! Ça n’a pas de sens, ça n’a pas de sens !…»

Chassez le naturel il revient au galop ! En effet en regardant l’émission le spectateur assiste à une scène quasiment surréaliste !  Pendant une heure, notre Kofi international, disserte sur le conflit postélectoral ivoirien  sans même évoquer une seule fois le cas du Togo et la victoire volée au candidat  de l’opposition Jean-Pierre Fabre dont il était le porte-parole !

Kofi Yamgnane ne semble pas manquer d’air mais semble beaucoup manquer de sérieux, et prend beaucoup de libertés avec la vérité lorsqu’il raconte que « le refus de négocier de Gbagbo a été catégorique » alors qu’il a très vite proposé un recomptage des voix auquel Ouattara s’est toujours refusé.

On sait que le conflit ivoirien est aujourd’hui nourri par deux éléments essentiels, l’absence de « vérité des urnes » selon le terme même repris in-extenso par Gbagbo dans une interview à LCI du 6 avril 2011, et les velléités bellicistes de Ouattara depuis qu’il a commencé à payer en 2000 les armes des rebelles en côte d’ivoire et sans interruption jusqu’à maintenant. Mais Kofi reste muet. Il n’évoque même pas la ressemblance avec l’élection volée par Faure Gnassingbé au Togo qui est de même nature, dont il a été lui-même victime et son candidat Jean-Pierre Fabre également ! Surréaliste ? Le mot est peut-être faible !

Arnaud ARDOUIN : Kofi Yamgnane je veux vous entendre et vous allez répondre… sur ce qui se passe et sur ce massacre, l’ONUCI parle de 330 personnes massacrées est-ce que ce n’est pas un mauvais coup porté au clan Ouattara,  au camp Ouattara ou en tout cas à ceux qui soutiennent le président Ouattara. Une manière finalement de jeter le discrédit de le mettre en porte à faux de la même manière. Comment vous regardez cette situation ?

Kofi Yamgnane : «…Manifestement il  y a de ça, ce qu’il faut se dire c’est que c’est trop tôt de dire c’est un tel, c’est un pas tel etc…Je crois qu’il y a une enquête qui a été demandée il faut qu’elle aille jusqu’au bout. On verra qui a massacré les gens et à partir de ce moment-là, on pourra porter des jugements. C’est trop tôt aujourd’hui de dire c’est les forces républicaines qui ont commis des massacres ou bien c’est je sais pas qui ? En le disant comme çà c’est manifestement une volonté de discréditer le camp Ouattara. A moins que… [Alassane Ouattara qui incarnait ce camp de la paix]… Il l’a montré pendant des mois et des mois.

Kofi Yamgnane n’en est pas à une contradiction près. C’est bien l’ONUCI qui a dénoncé les exactions des hommes de Ouattara et le Secrétaire général de l’ONU a adressé une lettre en ce sens à A. Ouattara et non à Gbagbo pour « maîtriser » ses hommes !

Kofi Yamgnane,…juste cette question, j’espère qu’on aura le temps de le voir puisque vous l’avez déjà relaté avec vos mots ces péripéties électorales, mais est-ce que Alassane Ouattara peut gouverner, est-ce qu’il légitime indépendamment, je me permets de poser la question, indépendamment de son résultat électoral dont on parle est-ce qu’il est légitime pour gouverner ?

Kofi Yamgnane : «…Ecoutez si on se réfère aux résultats des élections il est tout à fait légitime pour gouverner, c’est à lui de prendre les mesures qu’il faut pour avoir autorité sur le pays et gouverner démocratiquement la Côte d’Ivoire. Parce que ça va être vraiment un vrai symbole pour l’Afrique de l’Ouest. Si la Côte d’ivoire échoue dans cette affaire-là, c’est-à-dire que si Gbagbo reste au pouvoir c’est mort pour tous les pays d’Afrique noire. Ça je peux vous le dire. Il faut que çà ça serve d’exemple. [C’est mal parti monsieur Yamgnane, excusez-moi mais] Si vous voulez [l’exemple, les choses dont la manière se passent… ?] C’est un honneur pour Gbagbo d’avoir organisé des élections transparentes. Je ne sais pas pourquoi il ne surfe pas là-dessus…»

Kofi surfe lui sur un océan de ridicule et démontre son piètre sens de l’analyse politique. Ouattara peut diriger dans le désordre. Mais pourquoi accuse t-il  Faurede ne pouvoir jamais diriger le Togo parcequ’il a tué 500 Togolais? Il faut chasser Kofi de la politique Togolaise. L’homme a un insinct de mensonge exagéré.

A l’interpellation d’un téléspectateur qui affirme que Ouattara n’est pas crédible pour gouverner la Côte d’Ivoire et qui concerne directement l’ambassadeur Ally Coulibaly, on voit paradoxalement Kofi Yamgnane répondre à sa place. Il faut croire que la partie de duettistes a été bien huilée dans la coulisse, ou avant au niveau des réseaux occultes…

Kofi Yamgnane : «…Il ne suffit pas de dire il n’est pas légitime, il faut nous démonter pourquoi, allez-y…»
Réponse du téléspectateur : «…Parce que tous les deux ont triché…»
Sur la question du comportement mystique de Gbagbo Kofi Yamgnane va se faire épingler comme un jeunot par Jean-François PROBST.

Arnaud ARDOUIN : Vous êtes d’accord Kofi Yamgnane
KY : «…Oui…»

Arnaud ARDOUIN : Kofi Yamgnane, un mot pour conclure ce débat ?

Kofi Yamgnane : «…J’ai entendu comme tout le monde j’ai compris cette dimension messianique qui poursuit, qui habite Laurent Gbagbo, ce pasteur qui vit là-bas et son épouse qui fait prier le président de la Côte d’Ivoire huit heures par jour parce que Dieu l’a désigné pour gouverner le pays. Mais c’est absolument invraisemblable…»

J.F PROBST : «…Tu as assisté à ces prières pendant huit heures ?…»
Kofi Yamgnane : «…Moi non…»

JF PROBST : «…C’est dommage… !»

Yamgnane est pris en flagrant délit. C’est donc finalement comme un colporteur des « menteries » de la pensée unique de la communauté internationale sur la Côte d’Ivoire tout en soutenant la position collective des réseaux occultes qui veulent diriger l’Afrique francophone.

Il ferait mieux de montrer les qualités d’un homme politique qui se livre à l’analyse, mais cet exercice n’est peut-être pas à sa portée ? Et il prétend gouverner demain le Togo ? Si les français décidaient de le retenir, que perdraient finalement les Togolais ?

Finalement Kofi Yamgnane, peut-être en service commandé, semble être venu assurer ce jour-là le service après-vente du clan Ouattara, en compagnie de son « ami » d’obédience Ally Coulibaly, aujourd’hui Ambassadeur de Ouattara à Paris, hier journaliste et ancien directeur de la Télévision ivoirienne (RTI). Ce n’est pas pour rien que Ouattara a délégué un homme de communication Ally Coulibaly à Paris, au plus près de Sarkozy, pour tenir d’une main de fer son service après-vente et orienter l’information, qui pour emporter la compassion des braves peuples occidentaux, est aussi essentielle que la lourdeur de l’artillerie engagée sur le terrain par le camp Ouattara depuis 2000. Mission qu’Ally Coulibaly exerce avec une arrogance et une violence dans le verbe (très commune finalement dans ce milieu ésotérique) aussi hautes que celle des rebelles financés par Ouattara, rebaptisés Forces Républicaines.

Après tout c’est le droit de Kofi Yamgnane de rouler à fond pour Ouattara et d’accompagner les moutons bêlants de la communauté internationale, qu’il ne faut pas confondre avec l’opinion publique internationale qui croule aujourd’hui sous la désinformation et n’a sans doute pas encore pris la mesure de ce qu’est le vrai visage de Ouattara.

Mais là où il faillit à tous ses devoirs de « soi-disant » leader politique, c’est qu’invité d’une émission politique qui traite d’un sujet similaire à celui de la contestation postélectorale du Togo depuis un an, il ne dit même pas un mot pour éclairer l’opinion publique internationale et soutenir les togolais qui luttent au pays pour leur liberté !

A ceux qui seraient tentés de faire la fine bouche en disant que nous nous trompons de cible, nous n’aurons qu’une seule réponse : l’information, la vraie, est dans une société moderne un droit inaliénable pour chaque citoyen. Un droit qui permet, en connaissance des choses, de se faire une opinion et d’en tirer les enseignements  utiles ! Au nom de la déontologie, quand un leader de l’opposition dit blanc à Lomé et noir à Paris, la contradiction doit être relevée et mise à disposition des citoyens togolais.

C’est fait ! Nous continuerons si nécessaire, cette patiente quête de l’éthique.

Anicet Gomaro  Lynx.info

MOTS-CLES : Kofi Yamgnane, Jean-Pierre Fabre, LCP, Ça Vous Regarde, Côte d’Ivoire, Ouattara, Arnaud Ardouin, Jean-François Probst, Ally Coulibaly, Marwane Ben Yahmed,
NDLR : Nous avons noté que Kofi Yamgnane au cours de ce débat était en col roulé noir. C’est parait-il un signe pour certains !

 

 

Laisser une réponse