Général Assani Tidjani : « J’avais servi le père, j’ai imposé le fils en 2005 au peuple togolais »

0

Quelques mois bien avant la mort du Général TIDJANI Assani en France, nous avions eu l’occasion de le rencontrer et d’échanger avec lui sur tous les plans. Il nous a fait beaucoup de confidences et de révélations, dont voici quelques extraits.

Jusqu’à son dernier souffle à Limoges en France où le Général TIDJANI Assani a rendu l’âme le vendredi 7 décembre 2012 à 20h07mn dans sa 68ème  année, cet officier supérieur de l’armée togolais, ancien chef d’état major et ancien ministre de la défense et des anciens combattants  a regretté beaucoup de choses mais surtout d’avoir cautionné et imposé le fils de son ami feu  Général Gnassingbé Eyadéma. Il n’a pas du tout digéré les comportements et agissements de certains officiers de l’armée togolaise.

Sa décision  en février 2005, d’avoir imposé Faure Gnassingbé comme Président de la République n’a pas plu à plusieurs officiers supérieurs de l’armée dont nous taisons les noms.

« Certains parmi eux voudraient prendre la place et comme je me suis opposé compte tenu de ma parole d’officier que j’avais donnée à feu Général Gnassingbé Eyadéma de son vivant. Ils m’en ont voulu y compris Kpatcha Gnassingbé qui voulait aussi le pouvoir.  Ils ont créé cette affaire de coup d’état dont je ne suis pour rien quelques années plus tard pour me régler des comptes en m’humiliant de la sorte devant le peuple togolais et le monde entier. »

« Après notre condamnation dans ce faux coup d’Etat comme d’habitude, j’ai partagé la même cellule avec le Capitaine Adjinon avant mon évacuation sur la France. Ce jeune et brillant officier de l’armée de l’air est persécuté tout simplement parce qu’il n’est pas Kabyè. Je pense qu’un jour il sera libéré et évacué pour des soins. »

« Dans l’armée togolaise il y a plusieurs clans, et beaucoup ne sont pas d’accord  pour la prise du pouvoir héréditaire. Leur souhait c’est d’en finir une fois pour de bon avec la famille Gnassingbé et régler des comptes à certains dans l’armée et dans le système. Mais moi j’avais voulu bien faire pour éviter ces genres de règlements  au sein de l’armée et dans le pays. »

« J’ai fait certainement l’erreur d’avoir cautionné de toutes mes forces l’accession de Faure au pouvoir. J’avais cru et j’avais confiance en lui  pour éviter le chaos dans le pays. Mais hélas ! »

« Au décès du  Président Général Eyadéma, si je voulais être Président de la République, je le serais sans problème suite à la proposition de prendre le pouvoir qui m’avait été faite par  le Président Français à l’époque Monsieur Jacques CHIRAC, pour faire la transition, ramener la paix, la sérénité et la sécurité dans le pays. Mais j’ai décliné  l’offre de ce dernier  pour  certaines raisons. C’est moi qui  ai demandé à Monsieur Jacques CHIRAC et imposé Faure, car pour moi, il était comme mon fils. Feu le Général Eyadéma n’avait laissé aucun testament désignant qui que se soit pour sa succession. Nous avons tous trompé le peuple. Du vivant de Eyadéma, il n’avait jamais accepté, ni voulu que Faure son fils lui succède. Faure même est conscient de cela.»

« J’avais servi le père, j’ai imposé le fils en 2005 au peuple togolais. Mais hélas je pensais à l’époque bien faire. Aujourd’hui, j’ai connu mon sort. DIEU fera le reste, car je n’ai pas trahi la mémoire de leur père, ni la famille Gnassingbé et ni le régime que j’ai servi tout au long de ma vie. Mais le système m’a humilié et détruit. »

« En avril 2005, la main sur la conscience je ne suis pour rien des massacres perpétrés par des bérets rouges depuis l’hélicoptère et autres dans la ville d’Aného. »

« Faure doit savoir que les ¾ des officiers  de l’armée ne le portent pas dans leurs cœurs, ils ne lui font pas confiance pour une bonne gestion du pays. »

« Moi Assani je n’en veux pas personnellement à Faure. Son entourage et certains officiers supérieurs le trompent. Tôt ou tard, ils finiront avec lui. »

Voilà quelques propos parmi tant d’autres du Général TIDJANI Assani. Bien qu’il soit né sur le sol togolais et d’une mère togolaise du nom de famille AKAKPO et a passé toute sa vie au Togo, tout cela ne suffit pas. Et le site propagande du gouvernement et du régime trouve que ce Général qui leur a permis d’être là où ils sont tous maintenant, devient «  Militaire au visage marqué par de larges scarifications … ». Cela veut tout dire qu’il n’était pas Togolais.

Que direz-vous alors des autres serviteurs du régime : tels que Etienne Eyadéma avec des scarifications enlevées par des soins esthétiques, Barry Moussa Barqué, Kokou Tozoun, Kasséré Pierre Sabi pour ne citer que ceux-là, et de l’international footballeur chouchou des togolais Emmanuel  Adébayor?

Que le sort et la triste fin de ce brillant Saint Cyrien qui a servi un homme, un système et un régime  avec zèle et vaillance, serve de leçon aux autres.

Le Général TIDJANI Assani a laissé beaucoup d’écrits sur le Togo, qui servira au moment venu comme livre./.

Propos recueillis par Lawson Bonero

(Journal La Nouvelle N°0005 du 15 mars au 15 avril 2013)

Laisser une réponse