Gbagbo-Ouattara, un « face-à-face » courtois de haut niveau

0

 

La presse ivoirienne ne manquait pas vendredi de superlatifs pour qualifier le débat contradictoire radiotélévisé jeudi entre les candidats Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara en lice pour le second tour de l’élection présidentielle prévu dimanche. 

« Du grand art! », s’exclame le journal gouvernemental Fraternité Matin qui souligne que le « face-à-face » s’est déroulé dans « le respect et la courtoisie ».

« Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara sont en train d’entrer dans l’histoire. Ils ont presque refusé de polémiquer. Ils ont respecté les règles du jeu de bonne conduite, du bon ton. Courtoisie, mesure, modération et pondération auront été au rendez- vous », écrit encore Fraternité Matin.

Pour le quotidien indépendant Soir info, « Gbagbo et Alassane créent la surprise ».

Selon le journal, les Ivoiriens et la communauté redoutaient ce « face-à-face », tant les deux candidats avaient échangé des propos houleux dès l’ouverture de la campagne électorale.

« Ils ont certainement été agréablement surpris par le comportement des deux personnalités », se réjouit le quotidien.

Même constat du quotidien indépendant L’inter. « On l’avait prédit avec beaucoup de frayeur mais les deux candidats ont gratifié les Ivoiriens d’un débat de haut niveau empreint de courtoisie, de convivialité et même d’humour parfois », observe-t- il.

Le quotidien Notre Voie, proche du camp présidentiel, ne dit pas autre chose.

« Plus de peur que de mal. Le débat s’est déroulé dans un bel esprit de courtoisie » même si, relève le journal, « chaque camp jugera certainement que son champion a été le meilleur ».

Le quotidien proche de l’opposition se hasarde à ce jeu avec ce titre à la une « Gbagbo-Ouattara: le gagnant est … », laissant chacun juger non sans avouer que les deux candidats « ont offert un spectacle haut en couleurs ».

Le « face-à-face » Gbagbo-Ouattara, à un jour de la fin de la campagne électorale, s’est présenté comme « une forte invitation aux partisans des deux camps à rectifier le tir et faire ainsi baisser la tension de plusieurs crans », conclut Fraternité Matin.

La campagne électorale qui prend fin vendredi nuit à été émaillée d’affrontements parfois meurtriers entre partisans de Laurent Gbagbo et ceux d’Alassane Ouattara.

XINHUANET 

  

 

Laisser une réponse