François Boko : Mange et tais-toi !

0

 

Les Togolais voient  le commandant François Boko tous les cinq ans et quand il y a un parfum électoral  au ciel. Celui  qu’on a appelé au Togo «  officier patriote » ou « intellectuel en habit militaire » est depuis dans l’ombre de lui-même. Pour avoir seulement pris la poudre d’escampette au lieu de chercher des éléments pour chasser la pègre,les Togolais ont naïvement pensé qu’un héros de la trempe du géneral malien Toumani Touré ou du capitaine burkinabè Thomas sankara venait de naître. Alors que l’officier avait été un homme de paille dans le braquage des élections de 2003, en 2005, il rendra le tablier par une petite lettre envoyée à l’ex-chef d’Etat autoproclamé Abass Bonfoh et se  réfugie  à l’ambassade d’Allemagne. Depuis, c’est par un avion allemand qu’il regagnera la France.

 Et en France, Boko aura compris qu’il ne sert à rien de combattre le régime de Faure soutenu par la France. Les officiels français lui auraient selon nos sources fait remarquer que c’est en la « bouclant » qu’ils peuvent lui assurer sa sécurité. L’éternel chantage adressé à tous les politiques africains indésirables sous les tropiques. Lors du retour d’un voyage en Corée du Sud avec escale à Paris, Dahuku Péré nous conseillait de dire au commandant François Boko, qu’on ne lutte pas de « l’extérieur ». Et le kabyè,  patron du parti Alliance, semble avoir eu raison. La dernière fois que le commandant est apparu au public, s’était pour réunir les opposants afin qu’ils affrontent Faure Gnassingbé qui selon ses dires n’aurait que 10 % comme base électorale. Mais selon les recoupements du Lynx, bien que l’initiative du commandant  fût salutaire, il paraît que les officiels français l’auraient roulé dans la farine sans que lui-même ne s’en rende compte. Au Tchad où il était en mission pour le compte de l’UE, des officiels français avient approché François Boko afin qu’il organise une table ronde entre opposants Togolais. Claude Guéant, actuel ministre de l’intérieur  et bras droit de Nicolas Sarkozy savait pourtant tout le coup qu’Olympio allait préparer par une maladie imaginaire, sinon fabriquée de toute pièce. Ainsi, quand Pascal Bodjona avait envoyé  Kofi Yamgnane se balader pour cause d’un acte de naissance, les politiques de droite ont choisi de regarder ailleurs. La gauche  avec sa championne, Martine  Aubry s’est contenté d’un communiqué qui en dit long sur l’aide ambiguë que le PS a apporté à leur ami socialiste au moment où il vait plus besoin de leur intervention.  Dès lors, il fallait affaiblir totalement l’opposition afin qu’elle ne trouve pas rapidement une personne de taille en son sein avant l’élection de février qui ont été reporté à mars. C’est dans ces conditions que la France a joué sur la naïveté de François Boko en l’aidant à organiser une conférence inter-togolais que les officiels savaient qu’elle finira par un échec retentissant. Dans les faits, le but de la France était de montrer au monde entier l’incapacité de l’opposition togolaise à se réunir pour faire échec à quelqu’un qui avait une base électorale de 10 % et dans le même temps, faire passer le message que Faure devrait gagner les élections parce que son opposition était émiettée. Secundo, l’objectif  était d’effacer  l’héritage du nationaliste Sylvanus  Olympio définitivement au Togo. Résultat, au soir des élections de mars 2010, France 24 ne se donne même plus de la peine. Comme une routine quinquennale, la chaîne d’Etat est plus que claire : «  Le président Faure Gnassingbe vient d’être réélu devant son opposition incapable de se réunir. Et avec un Jean-Pierre Fabre qui ne fait pas le poids devant Gilchrist Olympio……  le candidat de l’ancien parti a pu faire beaucoup d’électeurs dans le sud». Tout se passe comme sur des roulettes. François Boko qui savait aussi que sa réunion pour « unir » les Togolais les avait plus « diviser » se mure dans un silence incompréhensible. Par la suite, c’est par articles interposés qu’il dira comment les émissaires de Me Yaovi Agboyibor du CAR étaient venus dans son cabinet faire les pieds et les mains afin que le nom de leur champion soit retenu comme candidat unique de l’opposition. Pour être moins bavard, le piège français était bien passé sous les pieds du commandant sans qu’il ne voit et du haut de sa toge noire d’avocat il n’a vu que du feu. Ce fut son premier baptême comme homme politique en terre française !

François : mange et tais-toi !

Grandi au Togo,formé au Togo et en France,le citoyen togolais François Boko fait finalement le bonheur des blancs de l’UE. Et ceci s’explique. Toutes les fois, qu’un africain détient autant de secrets d’Etat, le rôle que joue les blancs est d’avoir la personne pour eux et non contre eux. Dans la foultitude des avocats qui trainent à Paris sans emplois, Me François n’a pas eu à se faire des soucis. Le job était déjà comme une carte téléphonique prépayée. Et apparemment, l’homme semble avoir aussi pris goût. Il faut assurer la progéniture et chercher aussi à ne pas mourir pour les Togolais. Ce peuple atypique avec des hommes aux comportements atypiques. Le reste, il fallait manger selon les employeurs de l’UE et se taire. Une source jointe par le Lynx à Bruxelles est plus que claire « Dans les conditions de François Boko, l’UE vous donne une ligne claire. Nous vous envoyons pour mission avec le droit de réserve sur tout ce qui a trait à la politique ». Hier s’était nos têtes fêlées que les blancs voulaient pour balayer leurs rues et nettoyer les culs de leurs parents du troisième âge. Aujourd’hui c’est nos têtes bien pleines qu’ils viennent chercher pour aider à piller le continent et à le quadriller davantage. Pauvre Afrique ! Pauvre Togo !

Anicet Moutouari Lynx.info

Laisser une réponse