François Boko : L’intellectuel en treillis qui n’aime pas les problèmes !

0

Où se trouve le Commandant François Boko ? Selon les sources recoupées de Lynx.info, l’intellectuel en treillis naviguerait entre le Cameroun et la France avec quelques petits voyages en Afrique…bien sûr au service de l’UE. La France le voulait ainsi. Si nous comprenons bien, la bourse « bien togolaise », donc du contribuable togolais pour aller chez les « blancs » étudié et tout le bagage intellectuel de l’homme servent désormais aux blancs.

Pourtant, si l’Afrique est le continent de toutes les richesses naturelles, il est aussi le dernier en ressources humaines. Curieusement, dirigeants comme dirigés ne se sentent même pas tétanisés par ce grand facteur du sous-développement qui a fait depuis son lit en Afrique.  D’ailleurs, en Côte d’Ivoire, Ouattara nous en donne l’exemple le plus illustratif. Dans ce pays, personne ne s’offusque de voir la colonne d’intellectuels dans les prisons et des chefs de guerre tarés minés par un analphabétisme chronique qui aux ministères, qui à l’Assemblée Nationale  qui comme préfets. Chez nous au Togo aussi, personne ne se gêne de voir des fils du pays aller vendre leur « Savoir » sous d’autres cieux. Pis, il y a le mercenaire Charles Debbasch qui choisit du haut de sa petite taille les Togolais qui doivent vivre chez eux et ceux qui doivent partir en exil.

C’est après le décès du général Eyadema que François Boko va apprendre à connaître celui que Faure Gnassingbé appelle « Notre ami » de longue date. Comme Foccart qui rectifiait qui il voulait et plaçait à la tête de nos Etats qui il voulait, Charles Debassach va sortir une idée pour chasser définitivement le kabyè du Togo. Il met dans son appartement des armes de guerre. Faure ne se fera pas prier pour acquiescer que l’enfant de Tchichao voulait le rectifier par un coup d’Etat. Ajouté à son coup de gueule qui disait clairement qu’il ne  fallait pas aller aux élections en 2005, lequel lui a donné raison après, l’homme avait fini par prendre la poudre d’escampette. Merci au ministre allemand des affaires étrangères Josker Fischer qui l’exfiltrera de l’ambassade d’Allemagne pour l’Europe ! Va s’en suivre des coups tordus contre l’homme via la presse proche du pouvoir La Dépêche qui le taxera  du  plus vendu des kabyè au service de l’opposition et d’officier félon…. Depuis, c’est un François décidé de vivre caché et sans problèmes qui se ballade entre continents pour gagner son pain quotidien.

Au demeurant, bien que Faure Gnassingbé ait dépêché le ministre Gilbert Bawara pour faire entendre à l’officier qu’il pouvait revenir tranquillement au Togo travailler avec eux s’il le voudrait ou créer son propre parti politique, l’officier  semble ne pas faire confiance en un pouvoir qui a la manie de la roublardise. Il vaut toujours mieux  vivre sans problèmes que d’avoir sur le dos un pouvoir cinquantenaire qui a une capacité de destruction légendaire. Et cela semble bien être aussi ce que pense le commandant François Boko du haut de ses galons !

Camus Ali Lynx.info

 

Laisser une réponse