Camus Ali : « Dans mon pays, cette situation politique chaotique arrange tout le monde. »

0

Mutations : Qu’est ce qui ne va au Togo votre pays ?

Camus Ali : Ce qui ne va pas, est que la classe politique n’a pas grandi donc est resté au stade de l’infantilisation. L’amour de la patrie à complètement disparu au profit de l’amour personnel. Je crois savoir que, c’est ce qui fascinait le président français Valérie Giscard d’Estaing chez les Africains au point qu’il en fasse de toute la Centrafrique son jardin privé. Vous vous rappelez de sa mythique phrase : « J’aime l’Afrique et le côté « éternels enfants » des Africains ». Malheureusement au Togo, ce décor n’a pas évolué. Quand pouvoir et opposition font plus de 14 dialogues en vingt deux ans sans compter les petits dialogues et que, les Togolais sont encore loin de voir une fumée blanche, cela veut dire que le mensonge sur cette escroquerie démocratique se trouve soit dans un camp ou dans l’autre ou purement nous assistons à une démission collective de tous les fils et filles du Togo. C’est un peu une honte nationale que de savoir que vos propres dirigeants n’aient encore rien compris de ce qui se passe dans le monde actuel qui ne pardonne pas les petites erreurs et les retardataires.

Les communiqués du PS avec  Jean-Christophe Cambadélis et de l’UE ne sont pas venus envenimés le climat politique déjà électrique ?

(Rires !) Idiot est ce Togolais qui croit à un communiqué  menaçant d’un parti politique comme le PS français ! J’aurais pu vous demander si ce communiqué n’est pas un piège et une façon très « sophistiqué» d’endormir l’opposition togolaise comme ce parti sait le faire depuis François Mitterrand. Je vais être franc avec vous : Quand j’ai lu le communiqué et écouté les foucades ridicules de Monsieur Jean-Christophe Cambadelis sur RFI, j’ai revu, Michel Rocard dans ses œuvres ou encore Bernard Kouchner entrain de mettre de l’alcool et du sparadrap sur les blessures de petits biafrais alors que de  l’autre côté, il avait des bombes et des grenades dans les soutes d’avions  qui tuaient ces mêmes enfants. Comment voulez-vous, qu’on respecte le PS qui a une idéologie socialiste et qu’en Afrique cette idéologie soit une malédiction pour les peuples ? Le seul discours mensonger de la Baule de leur patriarche François Mitterrand sur la démocratisation du continent aurait pu nous servir d’exemple pour nous méfier des socialistes français. Les Togolais comme beaucoup d’Africains n’ont pas pris la mesure du cynisme en compte. Je ne connais pas plus trois officiels socialistes français qui ont du respect pour les Africains. Même le maréchal Lyautey connu pour son cynisme à rectifier froidement  les Africains pour la grandeur de la France est devant la nouvelle garde de François Hollande un officier d’opérette. Pour l’UE, c’est bien devant elle que le patron de la Ceni, Tabiou Taffa avait bien dit en 2010 que le Vsat était tombé en panne. Il faut aussi apprendre à dire aux donateurs que leur double jeu au Togo est de mauvais goût et désormais connu de tous.

Alors vous refusez d’accepter que le PS évoque une dictature au Togo ?

Même l’ancien secrétaire de  François Mitterrand le franco-togolais, Kofi Yamgnane peut attester s’il est franc avec lui-même qu’il ne croit pas au communiqué de ses petits amis socialistes qui disent recadrer le pouvoir dictatorial  de Faure Gnassingbé. Comment peut-on nous dire au PS qu’on aime plus les Gnassingbé après avoir aidé cette famille à s’asseoir royalement et ce, depuis quarante huit ans au trône ? Ils sont d’un cynisme répugnant que je ne souhaite pas voir  les socialistes français mettre le nez moins encore les doigts dans le drame Togolais. L’ancien président de l’Assemblée ivoirienne, le Pr Mamadou Koulibaly a été le seul à avoir vu juste en disant que : « Le mot socialisme n’a aucun sens quand il s’agit de l’Afrique ». Mieux, il est de notoriété publique qu’un gouffre insondable sépare le Parti socialiste français du socialisme scientifique. J’ai moi-même donné une interview pour le compte de Lynxtogo.info à la présidente Odile Biyidi de la très sérieuse association Survie qui a planté le décor : « Certains socialistes, comme Hollande, après Mitterrand, ont toujours soutenu l’impérialisme français avant toute chose. C’est sous Mitterrand qu’un des plus grand leader d’Afrique francophone, Thomas Sankara, a été assassiné ». Que ceux qui ont des oreilles  pour comprendre comprennent et en prennent acte !

Au  Mali, Hollande est un héros…

Quand on a pas éduqué  son peuple à lire son histoire on en vient à ériger un drame shakespearien en faisant des bourreaux les libérateurs. Hollande qui loue la bravoure de ses barbus islamistes en Syrie et les aide en armes et en argent est le même qui combat les mêmes islamistes au Mali. Vous remarquez bien qu’il y a anguille sous roche avec le libérateur des Maliens. Vous voyez bien que le prix Houpheit Boigny de l’Unesco qu’il vient de recevoir pour la paix est une honte et que finalement les bourreaux sont ceux qui méritent bien les prix. Hollande sait pourquoi il a lâché les islamistes sur le territoire Malien. Hollande sait pourquoi Nicolas Sarkozy avait bousculé toutes les lois universelles pour faire la guerre à Mouammar Kadhafi. Comment expliquez encore aux derniers Africains qui ne veulent pas comprendre que la présence de la France au Mali est une filouterie quand  les troupes françaises qui ont occupé  le Mali, pendant des siècles d’une colonisation barbare, y reviennent cinquante ans après l’indépendance et sont accueillis comme des libérateurs. C’est frustrant de savoir que nous n’avions encore rien compris sur ce jeu de poker des Occidentaux qui se joue au détriment des pays africains.

Revenons au Togo. Les journaux de l’opposition on fait du communiqué du PS leur choux gras…

Vous savez, quand on a plus de repère dans tout ce qu’on fait dans la vie, que se soit au boulot, dans  les études, ou dans un apprentissage …bienvenu les dérapages. Les mêmes journaux qui applaudissent aujourd’hui le PS français sont les mêmes qui reviendront dire qu’ils ont été soigneusement roulé par les politiques français. Je crois savoir que pour moins que, ce qu’on voit au Togo ; ce sont des hélicoptères et des Mig 24 qui ont survolé le tout Abidjan pour extirper un chef d’Etat africain du palais présidentiel d’un pays souverain et indépendant. Souffrez  que je vous dise que les mêmes journaux qui applaudissaient cette France en Côte d’Ivoire sont les mêmes qui font de la France le premier ennemi à la démocratisation au Togo. Peut-on aussi être incohérent avec soi même ? Quand on a rien compris de la donne internationale, fait de jeux d’intérêts et d’intrigues, on reste aussi au stade de journalistes de caniveaux. C’est ce qu’on voit présentement au Togo. Les rares confrères qui pouvaient nous aider à éclairer le peuple sont, soit devenu des militants de partis politiques ou soit des amis de quelques représentants diplomatiques au Togo qui leur guide sur le chemin qu’ils doivent écrire. Le résultat de tout ce bordel est ce que vous voyez avec la presse togolaise. C’est frustrant de voir que rien ne bouge chez nous sur le plan de l’information

Et pourtant l’opposition Togolaise est galvanisée par le communiqué ?

On pourrait ajouter que ce sont tous les Togolais qui se frottent les doigts. C’est triste de voir qu’un communiqué d’un simple député qui s’exprime au nom de son  parti puisse faire autant d’effets dans un pays souverain. Je me rappelle que, en 1993 quand le très  corrompu et ministre de l’intérieur Charles Pasqua avait dit à Lomé devant le défunt président que les « Togolais avaient beaucoup de  chance de l’avoir à la tête de leur pays », c’était la même satisfaction, la même euphorie que nous avions lu des journaux proches du pouvoir. Quand  un peuple refuse de grandir, chaque imbécile peut se présenter au nom de son pays et dire ce qu’il veut. Vous voyez bien, que le philosophe Bernard Henri Levy dans sa croisade contre la Libye était pour bon nombre d’Africains un Dieu, un monument pour toutes les tueries dont il est auteur actif. En Allemagne, il n’y a pas longtemps le ministre de la Défense Thomas de Maizière le traitait de philosophe de bistrot. Je vais être claire, c’est ce philosophe de bistrot qui est sous les tropiques un homme qu’on magnifie pour son talent à nous faire reculer de quelques années en arrière. Tout dépend de la manière dont vous voulez qu’on vous respecte. Je crois que, nous Africains avions refusé qu’on ait un peu plus de respect pour nous.

« C’est un groupuscule qui dirige le Togo » pouvait-on lire sur Lynx.info dans une interview que vous aviez accordée…

Les mots ne sont pas de moi. Mais du Pr Aimée Gogué de l’Université de Lomé. Par contre, ce que  je vois et sais, est que, c’est ce groupuscule qui nous a dit par l’intermédiaire de son vice président Georges Aïdam, un transfuge du Comité d’Action pour le Renouveau (CAR) de Me Yaovi Agboyibor qu’il venait en moins de huit mois d’existence d’enregistrer plus de un millions d’adhérents. Ou est le sérieux ? C’est ce même groupuscule qui a entrepris de mettre tous ceux qui les dérange en prison. C’est ce même groupuscule qui pille à tout va et en toute impunité les ressources de l’Etat.  C’est encore ce groupuscule qui a la capacité de s’acheter intellectuels de renom, industriels corrompus à l’instar des Bolloré et surtout journalistes pour le sale boulot. Enfin, c’est ce groupuscule qui a fait de la jeune fille togolaise, la prostituée et du jeune garçon un éternel chômeur. La liste de leurs forfaits est longue et cette interview ne peut la contenir.

Comment vous voyez Jean-Pierre Fabre ?

Quand on veut allez loin en politique, il y a des actes qu’on pose et qui parlent d’eux mêmes. Jean-Pierre Fabre n’a pas encore posé un de ces actes. Voilà quelqu’un qui n’est pas élu mais « choisi » par son parti. Si on le laisse faire, il file droit vers la dictature. Concernant son parti l’ANC, je ne sais pas sur quoi, il se fonde pour penser être majoritaire sans être allé une fois aux élections. Voilà un parti qui aurait pu s’entourer d’une jeune classe intelligente et bien structurée. Jean-Pierre Fabre est un fanatique de la vieille garde.

Et Faure Gnassingbé ?

(Rires) Quoi dire d’un garçon qui est né avec une cuillère d’or dans la bouche ? Quoi dire d’un garçon qui n’a jamais tenu un coupe-coupe et ne connait pas la rosée matinale du champ ? Il y a  des expériences que tout Africain devrait connaître et faire pour diriger les autres Africains. Faure n’a pas cette éducation. Comment voulez-vous que, quelqu’un qu’on a servi du beurre et du cacao chaud tous les matins s’en rende compte qu’il y a des Togolais qui vont à l’école sans avoir déjeuné ? Il a l’argent sinon beaucoup d’argent et un carnet d’adresses épais de son père défunt. Il a crée un parti après avoir démoli celui de son père. Huit mois après, les mêmes qui avaient conduit son père en erreur, sont venus lui dire, qu’il venait d’enregistrer plus de un million d’adhérents à UNIR son parti. Si je comprends bien ; il est tellement aimé que chaque semaine des centaines de milliers de Togolais marchent pour dire non à sa gestion calamiteuse. Vous savez, je vis en Allemagne et je n’ai pas vu un seul de mes amis allemands réussir sa vie sans travailler. Pour moi ; tout part du travail et revient par le travail. Je suis désolé de vous dire que je ne côtoierai jamais un président paresseux. Même les réformes pour le bien être de sa population, vous l’avez vu passé huit bonnes années à tourner en rond. Quel est ce président jeune qui a si peur du travail ? Je ne comprends pas. Quand j’ajoute à la liste cette lutte fratricide qui viendra le consumer un matin et ceci tôt ou tard, je me dis, on ne peut travailler avec un tel type. On sent qu’il refuse de se faire violence partout où il aurait dû le faire.

Faure a de grands intellectuels à ses côtés…

Oui ! Mais des intellectuels nuisibles pour le Togo. Quand on s’entoure d’un Robert Dussey, universitaire de son état et incapable de regarder ses étudiants dans les yeux pour sa perfidie ou d’un Charles Debbasch repris de justice pourchassé par les juges en France et grand bandit de renommée internationale, cela veut dire que  qu’il y a des choses qui tanguent chez quelqu’un qui veut sortir son pays de la misère. Je revois Robert Dussey entrain de convaincre les étudiants que la Maybach achetée à des millions de nos francs était la propriété de tous les Togolais et qu’il ne voyait rien de mal pour un chef d’Etat de l’utiliser sur des nids de poule au Togo.

Pourquoi opposition et pouvoir n’arrivent pas à s’entendre sur un code électoral consensuel ?

Je vais vous dire la vérité. Dans mon pays, cette situation politique chaotique arrange tout  le monde. Vous avez vu des politiques togolais hommes d’affaires ? Dites-moi comment peuvent t-il faire des affaires avec un régime brutal, s’ils ne sont pas tard le soir à table avec celui qu’ils disent combattre ? Idem pour ces femmes qui crient à la dictature de Faure. L’anecdote raconte comment une femme proche de la CDPA  qui avait un enfant avec Eyadema disait combattre le papa de son enfant. Faut-il aussi vous dire les relations très personnelles entre Faure et tous les opposants qui disent le combattre ? Arrêtons d’amuser les Togolais. Chacun tire profit du drame à des degrés différents. Je crois savoir que, c’est en temps de guerre que circule bien l’argent pour une minorité. C’est dans ce cas le Togo se trouve actuellement. Personne ne veut que la situation politique s’améliore. L’opposition sinon les patrons de tous ces partis politique que vous voyez qui, avec dix  militants qui avec mille, travaillent et mangent avec Faure Gnassingbé. Je suis journaliste et je sais qui fait quoi, qui a pris quoi, qui visite qui pour trahir et qui voudrait aussi prendre quoi chez celui que tous disent combattre. L’heure venue, nous prendrons nos responsabilités en mettant pour le bonheur du Togo tout à nu.

Je vous remercie confrère

Bonjour à Dakar.

Interview retranscrite par Lamine Gueye

 

 

 

Laisser une réponse