Faut-il un Rawlings pour le Togo ?

0

L’exemplarité de la démocratie ghanéenne fait des envieux au Togo où règne le désordre et l’incivisme. Les Togolais qui se rendent au Ghana sont émerveillés par le sens de civisme chez leurs voisins. On souhaite que la prochaine élection au Togo se déroule à l’instar de celle du Ghana. Il y a même quelques jours un groupe de femmes conduites par une responsable d’un parti de l’opposition est allé exhorter le capitaine Rawlings à s’impliquer pour soutenir le processus électoral au Togo. Il n’est l’ombre d’aucun doute que le Ghana récolte aujourd’hui les fruits de la politique menée de main de fer par le capitaine d’aviation.

On a vite oublié que pour y arriver il a fallu d’immenses sacrifices. Les Ghanéens ont payé cher ; Rawlings arrivé au pouvoir dans les années 80 dans un pays gangrené par la corruption et en proie à l’anarchie n’est pas allé de mains mortes. Avant d’entamer de réformes, des responsables politiques ont été fusillés et des ennemis de l’économie nationale mis hors d’état de nuire au mépris des principes élémentaires des droits humains qu’on brandit aujourd’hui contre ceux qui ne font pas pire. Bref à son début, Rawlings avait soumis les Ghanéens à un régime d’enfer. A l’époque, l’histoire de droits humains n’était pas en vogue. Une fois le pays sur les rails JJ a progressivement desserré l’étau. Le révolutionnaire s’est métamorphosé en porte flambeau d’un libéralisme pur et dur avant de se décider à jouer le jeu en acceptant de se retirer conformément à la loi pour favoriser l’alternance au Ghana. Les Togolais qui veulent aller au paradis sans passer par la mort accepteraient-ils aujourd’hui un Rawlings des années 80 pour les mettre au pas ?

A. S

Laisser une réponse