Faure : Pardon, il faut retourner au PNUD son «Houngbo »!

0

 

La première fois que le Lynx l’a rencontré, c’était bien lors de la table ronde des partenaires pour le Togo à Bruxelles. Pantalon avec veste serré comme tenue d’apparat. Cheveux gris-blancs d’un intellectuel qui n‘a jamais écrit un livre. Flanqué d’un recherché par la justice belge Louis Michel. Tout sourire, l’homme reluisait d’une parfaite assurance devant les journalistes. Dans le fond, il n’en était rien ! Ils ont comme toujours cherché et ont trouvé un des leurs qui pouvait se plier en dix voire en vingt pour eux. Et quand, on voit l’économiste du PNUD qui a fait ses preuves et l’économiste de Paris-Dauphine qui peine à prouver ses diplômes, on peut dire Jah ! la terre tourne. Et à Bruxelles, il fallait bien parler pour ne pas donner l’impression qu’on servait un jeune de 43 ans qui avait encore du sang frais de ses compatriotes dans ses petits souliers. C’était la belle époque. Faure est là. L’esprit nouveau pour un Togo nouveau. Maman Sabine est du sud et papa Gnassingbé est du nord. Le fils sert de pont entre le sud et le nord.

Houngbo dans son rôle de lèche cul devant Faure

Au Togo, personne ne respecte les quatre points cardinaux. L’ouest et l’est forment un tout dans le nord. Pour le besoin de la cause, on feint de reconnaître que le bassari à l’ouest et le Tchamba à l’est n’ont rien avoir avec le kabyè pratiquement au centre. Au sud, les esprits tordus confondent tout, jusqu’à confondre que le Moba ne comprend aucun mot kabyè et que le Kotocoli ne comprend aucun mot bassar. On inonde le ciel togolais des reliquats du Fond Européen de Développement (FED) avec l’aide du belge Louis Michel. Les mêmes millions des contribuables européens serviront à d’autres de s’enrichir impunément et immensément au Togo (Le Lynx reviendra sur ses FED disparus dans la nature et qui attirent la curiosité du PS Français). On arrose les Togolais de toutes sortes de menteries. Et on fini sa course par une nomination farfelue avec un Gilbert Houngbo qui aurait bénéficié d’une bourse de la  Société Togolaise de Coton (SOTOCO) saignée en blanc par Gnassingbé et fils . C’est l’époque, où les Togolais font même la paresse intellectuelle de hisser un fonctionnaire d’une boîte aussi corrompue des Nations-Unies comme le PNUD. D’ailleurs, Nicolas Lawson du PRR reconnaîtra que : « Le Togo est dirigé par les corrompus venus droit des caves du PNUD » . On trouve tous les attributs nécessaires pour faire de Houngbo un incontournable. Lui-même viendra faire l’erreur fatale de dire qu’il va résoudre le problème togolais, vieux de 37 ans en six mois. Comme s’il avait jamais pu résoudre les problèmes de sa petite famille en six mois ! Tout se passe de commentaires. Et Houngbo se fera même plus petit. Sa primature n’a pas un budget. Et dans ce décor, il faut se rappeler que de tous les temps, seul le premier gouvernement dirigé par Me Joseph Kokou Koffigoh au sortir de la conférence nationale souveraine avait eu les coudées libres avec un budget consistant. D’ailleurs la femme de ce dernier aussi mettra les directeurs de sociétés au pas d’autant plus qu’il fallait passer par elle pour être maintenu ou viré. Depuis que les mécaniciens autour de feu Eyadema ont mis en pièces détachées la constitution togolaise, s’il faut acheter du côté de la primature un bic, un crayon, une rame de papier, il faut voir l’enfant à papa Gnassingbé à la présidence. Le reste, on a plus besoin de dire à Gilbert Houngbo quoi faire. On l’autorise in fine à prendre ce qu’il peut prendre avec une idée bien huilée de faire de lui un lèche cul, un bon à rien. À part, les missions dites de moins d’importances, quelle patte d’économiste Houngbo a t-il laissé aux Togolais. Rien ! Il est venu, a vu et a pris ce qu’il pouvait prendre. Aidez les Togolais à sortir de la misère et son corollaire, l’enfant de Blitta aura été aussi un incapable comme ses prédécesseurs. C‘est la malédiction togolaise !

L’ex premier ministre Agbéyomé Kodjo  n’avait-il pas averti qu’on « rentrait au RPT avec ses facultés intellectuelles et on ressortait dénaturer » ?

Seule fausse note, quand le Lynx a demandé à un ancien fonctionnaire des Nations Unies si Houngbo pouvait retourner au PNUD , celui-ci nous a fait entendre que : « Le système des Nations Unies ne le permet pas. Il y a des cas où pour aider un pays, les Nations Unies envoient leurs  propres hommes. C’est le cas d’ Elias Kpétigo (ministre de l‘économie sous Koffigoh). Après son mandat au service du Togo il est rentré aux Nations-Unies. Le cas de Houngbo est différent. Le Togo devra s’apprêter à le supporter pour toujours » . Quand on sait que Gilbert Houngbo n’est pas un homme de terrain, on se demande si une ONG trouvera en lui les qualités requises pour qu’il ne soit pas au chômage un matin. Peut être qu’il prendra la tête d’une association pour le soutien à Faure… C’est aussi une option. Pauvre Togo !

Anicet Moutouri Lynx-info

Laisser une réponse