Faure nomme son « beau » frère Félix Abalo Katanga chef d’Etat major des FAT

0

Au Togo, les Forces Armées Togolaises (FAT) ont désormais un nouveau  chef qui n’est autre que, le mari à la sœur du prince. Son nom, Félix Abalo Katanga. Beau frère, dernier rempart et cuirasse de Faure Gnassingbé, on se souvient que, s’était au « beau frère » Félix qu’il revenait  d’aller  extirper Kpatcha Gnassingbé demi frère de son mentor à son domicile lors du fameux coup de Pâques en 2009. Ici rien n’est fait au hasard. D’un coup, Faure pouvait bien opposer Félix à Kpatcha et du coup, attirer la confiance et la fidélité du soldat. Le secret, il vient de son père défunt. Le général Bonfoh Bassabi qui a connu le sérail raconte : « Il nous arrivait de nous croiser sur les marches pieds de la présidence entre officiers sans se saluer. C’est  finalement après que nous avions tous compris que la tactique du général était de nous opposer les uns contre les autres ». Faure ne fera pas économie de cette stratégie. D’ailleurs, au soir du coup d’Etat, Rock Gnassingbé et Félix Kadanga ont bien failli se « rentrer dedans » devant le portail du député quand le deuxième lâchait encore ses grenades dans le salon du député avant qu’une issue soit trouvée. La suite du western est connue. C’est un Kpatcha Gnassingbé errant dans le tout Lomé à la recherche d’asile dans une ambassade qui sera rattrapé par le beau frère Félix Kadanga et sa troupe avant d’être livré au tortionnaire Massina Yotroféi du goulag appelé ANR entendez, Agence Nationale de Renseignements. Dans leur jargon, le « beau frère » Félix Kadanga  a bien travaillé et mérite bien le fauteuil comme chef d’Etat Major ô combien tant rêvé par chaque militaire .

Pour faire court, en cas d’attaque d’un Gnassingbé contre Faure Gnassingbé puisque le terroriste d’hier Gilchrist Olympio est depuis dans les rangs, il revient à Félix Kadanga dont le frère n’est autre que l’ambassadeur du Togo aux Etats Unis de sortir les plans de guerre, l’artillerie lourde et la troupe pour défendre les restes de ce qu’on peut appeler l’Akazu version kabyè. Ici, on ne reviendra pas sur le cynisme et la brutalité de l’homme. On ne reviendra pas aussi sur l’or et l’argent que le député Kpatcha Gnassingbé dit qu’il a fait main basse lors de sa mini guerre privée à son domicile. On reviendra sur sa célèbre phrase devant « leur » juge à « eux » lors du procès Gnassingbé contre Gnassingbé. Alors que, leur juge Abalo Pétchelibia précipitait les choses pour une condamnation musclée, Félix Kadanga trahira tous les plans en lâchant une phrase qui en dit long : « Monsieur le président, Kpatcha se débat pour sortir, mais il ne sortira pas ! ». La suite du drame on la connait. Kpatcha est condamné comme le voulait l’officier et son mentor Faure Gnassingbé pour vingt ans de prison. Quant à Félix Kadanga qui avait commandité en amont comme en aval l’incendie de l’institut Goethe à Lomé selon Kpatcha Gnassingbé, ex ministre de la Défense, il vient d’être promu chef des Armées Terre, Mer et Ciel du Togo .

Bienvenue au royaume de la médiocrité !

Taffa Biassi Lynx.info

 

Laisser une réponse