Faure : Il déterre les vieux dossiers pour occulter le règne des nouveaux voleurs

0

L’ex-premier ministre Eugène Adoboli, devrait selon toute vraisemblance aller en prison pour cinq ans et payer 100 millions de Francs CFA selon « le tribunal de Faure» à Lomé. Les chefs d’accusation retenus : abus de biens publics et fausses écritures. Une bonne manière de dire Grand Merci à un homme de carrure internationale et très respecté dans le monde très fermé de la finance internationale qui a pris sur lui de dépoussierer un régime que même les dignitaires de la Corée du Nord avaient honte d’approcher. Il fallait braquer ses yeux goguenards sur des pères de familles qui ont depuis quitté la politique, version togolaise, faite de machettes et de gourdins cloutés, c’est ce que le prince des machettes de 2005 n’a pas hésité de faire.  On le croyait plus réfléchi et plus stratège. Que nenni ! C’est Eugène Adoboli qui doit aller en prison quand le général Atcha Titikpina refuse toujours de retourner aux Togolais 600 millions qu’il a englouti dans  l’effort de guerre pour que Faure soit assis sur 500 crânes innocents, des Togolais dont le seul tort est d’avoir dit non à l’imposture. Le commandant François Boko dans un discours fleuve dans la ville de Hambourg, est on ne peut plus claire et déculotte le général, aujourd’hui chef d’Etat-major d’une armée qui se veut respectable : « D’ailleurs faut-il le souligner, le zèle dans le maintien de l’ordre amena cet officier à solliciter et à obtenir 600 millions de F CFA afin d’acheter des canons à eau pour gérer les manifestations publiques en lieu et place des armes. L’intention est louable. Seulement voilà, une fois cette somme débloquée, ce matériel n’a jamais été livré. En lieu et place, ce sont 2500 coupe-coupes qui ont été achetés. Pourtant l’homme d’affaires chez qui ces canons à eau ont été soit-disant commandés est connu. Il s’agit tout simplement du beau-frère par alliance de ce Colonel qui incessamment espère prendre le commandement des armées. On peut comprendre aisément alors le zèle de ce Colonel qui, je l’espère pourra un jour retourner les 600 millions au Trésor pour éviter que le crime ne l’expose.»

Le règne du droit  sur la force  qui devrait être le ferment du « jeune » a depuis quitté la République, laissant le pays dans une débauche économique où les proxénètes sont aussi les amis du PNUD et les petits copains d’enfance et de vieux loubards du vieux parti qui ont fait leur preuve dans le ratissage de tout ce qui est patrimoine public. Au lieu de lancer le grand filet qui doit engloutir tous ces requins dans la nasse, c’est Eugène Adoboli qui devrait s’asseoir en prison, quand Ferdinand Tchamsi  qui a dilaté les coffres forts du  Fonds d’Entretien Routier (FER), emportant comme dans un jardin privé près de 8 milliards peut représenter le Togo aux Nations-Unies, et menace même les Togolais de les pendre si on venait à lui faire voir de toutes les couleurs.

Pis, et comble de la bêtise, c’est Eugène Adoboli qui devrait s’asseoir ou dormir dans les geôles de Faure qu’on décrit comme les plus inhumaines de la sous-région, quand toute la police des frontières française avait eu tout le mal à  déshabiller l’égérie de la cour, Ingrid Awadé afin de savoir combien de liquidité elle avait encore dans ses petites jupes, quand dans la valisette Mme, avait des coupures dû à son rang de « Dame de Fer » ou « Intraitable avec le Fisc » lors d’une visite d’emplettes à Paris. C’est Eugène Adoboli qui doit aller en prison quand Pascal Bodjona, a lui tout seul peut cracher par terre et dire à Zeïna, sa femme bien aimée : « Chérie prépares-toi pour enfanter un Togolais aux Etats-Unis ». Le coût de cette saga de mauvais goût 100.000 dollars. Allez du côté ouest de Lomé où vit Antoine Bodjona son père. Le nationaliste vous dira qu’il n’a jamais laissé autant d’héritage à un de ses rejetons, fûsse-t-il Pascal Akoussoulelou !

Quand on retire à Sam Pikassam des tampons et des stylos, le temps qu’il fasse des workshops et des formations accélérées pour piller sans laisser les traces à TogoTelecom, c’est encore Eugène Adoboli qui serait le bandit au point qu’on lance des mandats internationaux à son encontre.

Dans le jardin secret du RPT, les coups fourrés se font à mains levées. Les ministres hier décrit comme l’avenir du parti sont depuis dans le collimateur des nouveaux maîtres. Ainsi, Issa Samarou et Agbobli Hope, qui eux, devraient faire plus longtemps dans le Guantanamo local, 8 ans pour chacun des pestiférés disent aussi se trouver face à une justice inique. Signe des temps, le ministre Samarou avait déjà fait l’expérience carcérale avec toutes les injustices et les humiliations que cela comportent. Bien plus, Faure réclame par le truchement de « ses juges », 500 millions. De quoi donner du tournis dans une population où on vit avec moins d’un dollar par jour.

 Mais qu’est ce qui qui fait courir Faure ? Quand il fait des calculs par un cynisme révoltant, il faut aussi s’attendre à voir dans les jours à venir ce qu’il veut faire, où il veut aller….. Il ne faut plus se laisser surprendre si le Togo veut sortir des ténèbres dans lesquels Faure et compagnie l’ont depuis enfoncé !

Djima Matapari Lynx.info

Laisser une réponse