Faure : Créé ton parti et casses-toi !

0

 

Que va-t-il apporté de nouveau que le Togo n’a pas encore vu ? Apparemment rien !  Si ce n’est une suite de menteries à déverser à la population togolaise, on ne voit et ne sait quelle valeur ajoutée la création à la sauvette d’un parti politique apporterait au Togo. Alors sur 82 partis déjà existants, pour une population d’à peine 6 millions d’âmes, Faure a pensé greffer un autre panier à crabes sur les autres déjà existants. Avec les milliards et le carnet d’adresses épais qu’il a comparé aux autres chefs de partis, l’idée salvatrice de réunir plutôt ses petits partis et d’en faire un grand creuset n’a pas non plus germée dans sa petite tête qui ne fait que blanchir quand il multiplie gaffes politiques et confond caisses privées et caisses publiques. Une analyse minutieuse permet de montrer que le clou du RPT lui perçait l’anus jusqu’à la tête. Il voulait jeter le legs ô combien abominable que lui a légué son ogre de père défunt mais avait tellement peur de la vieille garde, des vieux crocodiles de la maison RPT…

Depuis qu’il a eu l’idée de les montrer le sabre de « ses juges » avec les peines requises tout azimut contre son frère cadet Kpatcha et bon nombre d’officiers, il est clair que le chemin est désormais libre pour une aventure politique qu’il est conscient de ne pas mener à bon termes. Et pour cause, beaucoup de pestiférés qui grugent autour de lui sont plus mercantiles qu’accoucheurs d’idées nobles. S’il est vrai que le national doit tout au RPT, il est plus aisée de rappeler à son nouveau camp, qu’on ne crée pas un parti à la veille d’une élection  et espérer une transhumance moutonnière des Togolais parce que le chef signerait le nom « Gnassingbé » et serait assis sur les milliards de la douane comme du port appartenant à tous les Togolais. Tout autre arrangement d’angles pour convaincre les uns et les autres que Faure a bien travaillé et qu’il mérite reconnaissance du peuple est une filouterie politique qu’on mettra sur le compte des observateurs blancs et les apparatchiks proches de lui qui pensent qu’on peut tromper le peuple et tout le temps.

Mais l’héritage du RPT, Faure en a bien profité pour braquer par deux fois les urnes en 2005 et en 2010. Et depuis, il sait que des Togolais dont on a tué innocemment des parents lui en veulent et beaucoup. Il sait qu’il n’a rien apporté aux Togolais, à part un semblant d’apaisement. Ces derniers eux-mêmes déjà fatigués d’être la viande pour la boucherie  « Faure Gnassingbé ». Mais que fais-courir le préfet de la république ? Une source proche de lui raconte : « Le temps presse, et Jean-Pierre Fabre est en train de s’implanter dans les faubourgs, villes et villages du pays ». Et avec un RPT, que le vieillot et ex-ministre, Bitokotipou Yagninim, décrit de « caduque et de pervers », la fronde sociale est bien depuis à la porte de la cité. Le fils de la nation a bien compris, que le mensonge qu’il servait sous le paravent de ce parti quarantenaire est bien troué. Il fallait qu’il trouve la parade avec la création sur le tas d’un nouveau parti pour servir de béquilles à la nouvelle dicature qu’il tente vaille que vaille d’asseoir au Togo. Mais Faure qui est par monts et vaux pour la création de son parti, rassemble tous les ingrédients qui font de lui selon les langues un « zozo » sans expériences aucunes pour l’implantation d’un parti politique porteur d’espoir.

Faure : Il est dépassé par les évènements !

La vie carcérale de Kpatcha est devenu un enfer pour le président togolais. L’armée qui est très affaiblit avec le coup de massue des Togolais lors des audiences à la commission de Mgr Barrigah Nicodème ne trouve plus de repaire. Et c’est tout naturel qu’il se sente désormais menacé dans ta tanière. Il a suffi de voir la suite de « pépés » du RPT que Faure a débauché et fait déverser dans les villages et villes avec pour but d’annoncer « la bonne nouvelle » pour s’en rendre compte qu’il n’a rien de positif en termes d’idéologie à apporter de plus aux Togolais. Et comment cela pouvait être possible pour un garçon qui a violé plusieurs étapes de la vie et fait tuer des personnes afin de s’asseoir, tel Nabuchadnazor sur le fauteuil de la république. Ici, on raconte volontiers comment ses sbires sont arrivés le week-end dernier dans les villages et avaient de la peine à convaincre d’abord les chefs de village sur la création d’un parti. Ils sont bien arrivés comme éclaireurs disent-ils à qui veut les entendre. Le nom, la philosophie, le logo, les têtes pensantes, l’organigramme du parti sont dans les secrets des dieux au palais de la Marina. La ripaille est chargée seulement que de véhiculer le message de création de parti à la population. On raconte comment, la pagaille fut totale. « Un parti encore ? Quoi en faire se demande cet instituteur ». Mais le pauvre, il n’a pas compris, que c’est la politique qui nourrit Faure et le rend plus « Faure » contre ses propres frères, et  sa population. Créer un parti politique au Togo, ce n’est pas une nouveauté, mieux c’est du déjà vu  pour pomper l’air déjà pollué de chômages, de prostitution de la jeune fille, de corruption endémique sous le ciel togolais. Alors Faure ne provoque pas les Togolais, crée ton parti et casses-toi !

Djima Matapari Lynx.info

 

Laisser une réponse