Faure à New-York : La ballade des hommes heureux !

0

Dans la foultitude des chefs d’Etats du monde qui parleront aux Nations Unies  des droits de l’homme dans leurs pays se trouvent aussi un « cancre » qui se moque éperdument de la torture qu’il fait subir à ses concitoyens : Faure Gnassingbé. Devenu depuis quelques années le pape de la « confusion du bien et du mal », faire souffrir les Togolais tout en souriant est devenu le ciment de son pouvoir. De ses propres demi-frères aux citoyens lambda, il aura  fait passer tout le monde sur les braises ardentes de l’ANR. Au Togo, l’ANR est un pavillon et haut lieu de la torture.  L’histoire est ainsi faite. Ce sont  les pires calamités sur la planète terre qui ont aussi les privilèges et les honneurs de parler des douleurs qu’ils font subir à leurs victimes. Eux étant les bourreaux, donc intouchables ! Alors qu’au Togo le tableau sur les droits de l’homme est passé du noir au noir goudron, c’est un Faure qui arrive à New-York avec une pléthore de subalternes tout souriants. Le site de propagande www.republicoftogo.com  ne manque pas d’humour : « Cet après-midi, il devrait assister à la réunion de haut niveau sur l’état de droit ». Autant réveiller Hitler, Idi Amin Dada et Mobutu afin qu’ils soient eux aussi de la partie. On a envie de s’arracher les cheveux quand on est Togolais de ce cynisme révoltant de Faure ! L’année dernière, lors de  la messe onusienne, il avait tenu à  contourner l’invitation laissant au très cher premier ministre, Gilbert Houngbo aller s’embrouiller. A  cause des Togolais qui disaient être décidés à en découdre avec lui selon des informations recoupées. Le temps en politique peut être un ami comme un ennemi de taille. Depuis, la diaspora togolaise aux Etats-Unis a disparu dans les rues et l’enfant de Sabine peut se la jouer « gentleman » et « dandy » dans les rues de New-York.

Sinon, à part faire un shopping, rencontrer les grands noms de la finance internationale afin que ses comptes soient sécurisés, dire merci aux Frères Maçons et se moquer à la tribune de l’ONU des Togolais qui sont dans ses fours crématoires, que fait Faure à New-York ? Si ce n’est pas une ballade de santé ? Il sait que sur les rues de Lomé c’est « maïs» si nous empruntons l’expression si chère aux Ivoiriens qui veut dire : « il n’y a personne en face ». Dans la suite présidentielle, il paraît que  la « Ballade des Gens Heureux » de Gérard Le Normand était chanté et reprise en chœur. Bonnes ballades tout de même ! Au pays des hommes sans couilles, ceux qui ont les deux *grenades en place peuvent faire à leur guise….

Et au Togo, c’est bien Faure qui a ses deux grenades bien portantes. Du moins, depuis sept ans qu’il a succédé à son propre père !

Anicet Moutouari Lynx.info

 Note de Lynx.info *Deux grenades. L’expression vient de feu Eyadema qui désignait les deux petits testicules que portent les hommes de grenades. Il l’utilisera alors que Djolé Yovodevi et ses amis étaient invités par le dictateur afin de les corrompre à s’aligner derrière sa politique. A la Conférence Nationale Souveraine, ces derniers rappelleront à Barry Moussa Barqué qui tentait de nier ne les avoir jamais vus lors de la rencontre. Vous vous rappelez Mr le ministre de ce jour. Quand nous avions refusé de boire la bière, Mr Eyadema nous a demandé si on avait pas deux grenades et un bâton ! Barqué caler se mis à rire. Applaudissements et rires dans la salle Fazao.

 

Laisser une réponse