Et voici l’intégralité du discours plat, creux et vide de Faure Gnassingbé pour le 27 avril !

0

Togolaises, Togolais,
Mes chers compatriotes,
A quelques heures de la fête de notre indépendance, je m’adresse à vous, pour souligner à nouveau, la communauté de destin qui nous lie.
Les liens indissolubles qui nous unissent depuis 54 ans, en tant que citoyens d’une même nation, nous commandent aujourd’hui et plus que jamais de nous rassembler, dans un même élan et au- delà de tous les clivages, autour des valeurs républicaines et dans un esprit de cohésion nationale.

Je souhaite donc vivement que ces valeurs qui fondent notre commune appartenance à la nation togolaise ravivent aujourd’hui en nous le souvenir de nos compatriotes qui sont tombés au champ d’honneur pour la libération du peuple togolais.

Qu’il me soit ainsi permis de rappeler avec solennité, notre dette de reconnaissance à l’égard de tous ceux qui, par leur sacrifices, ont forgé notre identité nationale et contribué à asseoir notre indépendance.
Après tant d’années de lutte acharnée pour l’essor d’une nation togolaise libre, nous avons le devoir de nous montrer dignes de leur héritage. Pour cela nous devons rester unis, pas seulement dans les moments de joie mais aussi face aux défis et aux épreuves de la vie. Je saisis l’occasion qui m’est offerte ce jour, pour m’incliner devant la mémoire de toutes les victimes des drames qui ont endeuillé la nation togolaise depuis le début de cette année.

Mes pensées vont plus particulièrement vers nos frères et sœurs que nous avons perdus tragiquement, il y a quelques jours, dans le terrible accident de circulation survenu à l’entrée de la ville d’Atakpamé.
Je partage le deuil des familles éplorées et leur et réitère toute ma solidarité et ma compassion dans cette douloureuse épreuve qu’elles traversent.

Je renouvelle mes sincères condoléances aux familles togolaises et étrangères qui ont perdu des parents dans ce tragique accident et souhaite un prompt rétablissement aux nombreux blessés.
Ce drame nous rappelle une fois encore, combien il est urgent de renouer avec les valeurs civiques et notamment le respect en toutes circonstances, des prescriptions du code de la route, car ce sont avant tout des vies humaines qui sont en jeu.

Compte tenu des pertes immenses que nous avons subies sur nos routes ces dernières années et afin de renforcer la prévention à tous les niveaux, cette année 2014 est décrétée année de la sécurité routière au Togo.

 

Les usagers de la route tout comme les agents de sécurité sont ainsi conviés à conjuguer leurs efforts pour préserver les vies humaines, en mettant notre pays à l’abri des trop nombreux drames qui se nouent sur nos routes.
Mes chers compatriotes,

La fête nationale que nous commémorons, est aussi un moment propice pour célébrer la vaillance de nos Forces de défense et de sécurité.
Je me fais donc le devoir, de rendre en votre nom à tous, un hommage particulier aux militaires, aux gendarmes et gardiens de préfecture.

Qu’ils soient au pays, ou à l’étranger, en mission de maintien de la paix, je tiens à leur redire solennellement toute notre reconnaissance pour leur sens du sacrifice et leur engagement au service des idéaux de paix, de sécurité et de prospérité que notre nation chérit au plus profond d’elle-même.

Nos forces de défense et de sécurité sont résolument engagées aux côtés des citoyens, dans la quête du développement économique et social. Cet engagement nous impose d’adapter constamment notre système de défense et de sécurité aux nouveaux défis économiques et sociaux et à l’évolution des menaces contre la paix et la sécurité.

Ces défis sécuritaires qui se sont malheureusement amplifiés ces dernières années, appellent une vigilance de tous les instants, à nos frontières comme à l’intérieur du territoire national.
Parallèlement, nous devons faire l’effort de sortir des sentiers battus pour préserver la stabilité que, grâce à Dieu nous avons su restaurer et qui est si vitale pour notre avenir.
Compte tenu de tous ces enjeux, j’ai donné mandat aux services concernés afin qu’ils engagent une réflexion profonde sur les pistes que nous devons emprunter pour refonder notre système de défense et de sécurité sur de nouvelles bases.

Cette refondation passe par une réforme de grande envergure. Celle-ci débouchera sur une réorganisation complète de nos Forces de défense et de sécurité.

Togolaises, Togolais,
Mes chers compatriotes,

En ces heures si particulières, où la ferveur de la fête de l’indépendance gagne tous les foyers, j’ai choisi de vous parler essentiellement d’avenir. De cet avenir que nous devons construire ensemble, dès aujourd’hui. Après presqu’une décennie d’efforts et de dur labeur, le Togo a retrouvé la stabilité. Il a renoué avec la croissance. C’est un pays plein de promesses, à tous égards.

La pleine réalisation de ces promesses requiert l’engagement résolu de tous les Togolais et surtout une vision commune et partagée de l’avenir.
J’ai pour ma part l’intime conviction que l’heure est venue de libérer tout notre potentiel, dans un grand sursaut qui nous propulsera vers un nouvel horizon.

Je veux, avec vous, faire du Togo un pays prospère. Je veux pour cela, engager les citoyens de tous horizons, dans une union sacrée pour l’ancrage de la croissance économique dans l’avenir. Cette entreprise exige de l’audace et même le dépassement de soi. Mais ces vertus ne peuvent être fécondes que si nous nous fixons dès à présent, des objectifs clairs ainsi que les caps essentiels que nous devons franchir vers ce nouvel horizon.

Les étapes de notre essor économique, telles que nous les envisageons, doivent se situer dans le prolongement des phases que nous avons déjà franchies.
La stabilité étant restaurée et la confiance de nos partenaires et des investisseurs rétablie, il nous revient en priorité durant les prochaines années, de consolider les bases de notre économie. Pour y parvenir, il nous faut impérativement poursuivre les investissements dans les infrastructures, tout en accompagnant activement la mutation du secteur agricole.

La modernisation de l’agriculture balisera la voie pour l’essor des industries de transformation et la multiplication des PME-PMI. Le défi à relever dans ce domaine, consiste à favoriser la création de véritables filières de transformation, allant jusqu’aux produits finis.
Cette première étape de la feuille de route vers la prospérité positionnera le Togo comme une force d’exportation dans la sous-région et bien au-delà. Bien entendu, la structuration des filières existantes notamment, le secteur agricole, artisanal et industriel et leur réorientation vers l’exportation des produits finis et semi-finis, aura le triple avantage d’accroître la création d’emplois, de redonner confiance à la jeunesse togolaise et de tirer les revenus vers le haut.

Une fois cette première étape franchie, il s’agira d’accélérer la marche vers nos objectifs, en concentrant nos efforts sur les activités de services, en mettant un accent tout particulier sur la logistique. Fort de sa longue tradition des échanges commerciaux, le Togo aura ainsi toutes les cartes en main pour se positionner comme le hub d’affaires par excellence, d’une sous-région en pleine croissance. Enfin, dans la troisième phase de cette feuille de route vers la prospérité, je vois le Togo s’affirmer dans la construction d’un label de qualité et d’un pôle de compétitivité.

Togolaises, Togolais,
Mes chers compatriotes,

Ainsi se présente à grands traits, ma vision de l’avenir. Pour concrétiser cette vision, il est vital que nous nous entendions sur certains principes de base.

Tout d’abord, la voie vers la modernité ne se construira pas au détriment du bien-être des citoyens. Bien au contraire, elle va de pair avec une prise en compte effective des préoccupations sociales des populations. Ils sont légitimement en quête d’un meilleur pouvoir d’achat et nous devons en tenir compte en toutes circonstances. Chacun sait que le phénomène de la vie chère n’épargne aucun pays. Néanmoins, des efforts doivent être continuellement déployés afin d’en atténuer les effets, en accordant une attention toute particulière aux investissements à fort impact social. En partant du constat que l’accès à un logement décent constitue l’une des bases fondamentales d’une vie sociale épanouie, le Gouvernement a décidé de faire de la construction des logements sociaux un des axes prioritaires de son action.

Des études ont déjà été réalisées et le Gouvernement planifie d’ores et déjà la construction de nombreux logements sociaux à partir de 2015. Un site a déjà été identifié pour la construction de 1000 logements, dans le cadre d’un projet pilote qui va démarrer avant la fin de l’année 2014.

Dans le sillage de cette orientation résolument sociale de la politique du Gouvernement, je voudrais insister sur notre ferme détermination à conduire notre pays vers la modernité, tout en œuvrant à la construction d’une société togolaise beaucoup plus inclusive.

Le Fonds national de la finance inclusive que nous avons lancé en début d’année s’inscrit dans cette dynamique. Il prend en compte la situation préoccupante de ces nombreux concitoyens qui ont du mal à accéder aux services financiers de base.
Le démarrage effectif, ce matin même, du Programme d’appui à l’accès des pauvres aux services financiers témoigne de notre ferme engagement à changer la donne.

Pour le compte de l’année 2014, ce programme qui est le tout premier produit du Fonds national de la finance inclusive, permettra à 300,000 personnes vivant dans la précarité, d’accéder au microcrédit, à la petite épargne et à la micro assurance. C’est un bon début. Mais il y a du chemin à faire.
J’en appelle au sens des responsabilités des uns et des autres pour que le Programme que nous venons de lancer atteigne pleinement les résultats attendus.

La rigueur est donc de mise afin que les espoirs légitimes qui ont été suscités ne soient pas déçus.
Je voudrais par ailleurs, souligner que notre marche vers une modernité pleinement assumée devra suivre la cadence de la bonne gouvernance économique et financière.

L’aboutissement du processus de mise en place de l’Office togolais des recettes devrait être
accueilli comme un des signes tangibles de l’évolution de la société togolaise. L’OTR est en effet, la dernière illustration en date, des avancées que nous réalisons en matière de bonne gouvernance. Je tiens toutefois à rassurer les agents des douanes et des impôts. Ils ne seront pas sacrifiés sur l’autel de la réforme. Les agents des douanes et des impôts ne sont aucunement visés par les mutations que nous devons opérer dans nos régies financières pour améliorer la mobilisation des recettes de l’Etat.

Bien au contraire, il est important que les conditions de travail soient préservées et la sécurité de l’emploi garantie autant que possible. C’est pourquoi je voudrais vous convier tous, mes chers compatriotes, à contribuer, chacun à son niveau au succès de la mission importante que nous avons confiée à l’Office togolais des recettes.

Mes chers compatriotes,

Il me paraît fondamental de ne pas oublier que dans un pays comme le nôtre, qui fonde davantage son développement sur le labeur de son peuple que sur l’abondance de ses ressources, il n’y a pas de petites économies. Chacun peut contribuer, quelle que soit sa position dans l’échelle sociale, à affermir notre essor économique et social naissant, en respectant et en faisant respecter autour de lui tout ce qui relève du patrimoine de l’Etat.

Je vous engage ainsi à mener une lutte sans merci contre les dépenses improductives dans les administrations publiques comme privées. La lutte contre les dépenses improductives doit se doubler également d’un véritable culte du bien public pour tous les citoyens.
Il est temps de considérer les ouvrages publics, les bâtiments administratifs, les plages, les jardins publics, les monuments, les voitures de fonction, et les édifices publics comme des biens communs dont la protection et l’utilisation à bon escient sont des devoirs sacrés. La vraie indépendance est aussi à ce prix et elle est une conquête de tous les jours.

Togolaises Togolais,
Mes chers compatriotes,

Depuis quelques mois, la vie politique nationale est largement dominée par le débat sur les réformes institutionnelles et constitutionnelles. A moins d’un an de la prochaine élection présidentielle, il n’est pas étonnant qu’un tel débat soit si animé.

Toutefois et comme je l’avais déjà dit, le débat doit être utile et fécond. Il doit faire avancer la communauté de destin que nous nous efforçons de construire ensemble. Dans cet effort qui nous mobilise depuis plusieurs décennies, notre force ne peut résider que dans notre aptitude à savoir ce que nous voulons pour nous-mêmes et pour notre pays.
C’est pourquoi, face aux enjeux majeurs liés au reliquat des réformes politiques en cours, je voudrais inviter toute la classe politique à dépasser les calculs partisans et les préoccupations électoralistes immédiates.

Je voudrais inviter chacune et chacun à dépassionner le débat. A ne se laisser guider que par le souci primordial de doter notre pays d’un édifice institutionnel propice à son plein épanouissement.
La démocratie représentative pour laquelle nous avons opté, a légué à nos sociétés, des mécanismes qui permettent dans un esprit d’ouverture, de prendre en compte, la volonté du peuple souverain dans les choix importants et déterminants que nous sommes appelés à opérer.

Adaptons ces mécanismes à nos réalités. Mais tâchons surtout d’avancer, en ayant à l’esprit notre responsabilité historique de préserver le climat d’apaisement que notre pays a su retrouver après tant de péripéties.
Cette exigence fondamentale n’est pas au-dessus de nos forces. J’en suis pleinement convaincu.

Nous pouvons même être fiers du chemin que nous avons parcouru ensemble en l’espace d’une décennie. Il ne nous reste qu’à consolider les fondements de notre nation, en poursuivant avec ardeur, sa construction sur des bases stables, avec des institutions qui remplissent leurs missions, dans un climat apaisé.

Forts de nos récents progrès, nous pouvons et nous devons aborder l’avenir avec confiance. Je convie donc chacune et chacun à prendre la juste mesure des efforts qu’il nous reste à consentir pour parachever les réformes dans tous les domaines et engager résolument le Togo sur la voie de la modernité.

Au fond, l’enjeu est de transmettre aux générations futures, un pays dans lequel elles vivront mieux que nous n’avons vécu, avec cette même fierté d’être Togolais mais aussi des citoyens d’un monde dont ils seront des acteurs à part entière, dans la paix et la fraternité.

Bonne fête de l’indépendance à toutes et à tous.

Vive le Togo Vive la nation

Laisser une réponse