Et la crapule peut aisément bouffer « ses » 72 millions pour 1,06% comme score, argent du « contribuable » togolais ! [Camus Ali]

0

Leur rôle : « Faire reculer les frontières de l’inconnu »

Il est écrivain, St-cyrien, homme d’affaires et tutti quanti… Les titres pleuvent mais l’étoffe de l’homme est encore plus légère que sa moralité. Quand il s’agit du pouvoir, de leur pouvoir, les Gnassingbé ne font pas de la dentelle dans leurs dépenses. Ce n’est pour rien que, quand Gilbert Bawara voit le désamour pour aller aux élections il demande à Faure Gnassingbé d’ouvrir le robinet et du coup faire jaillir la liquidité sur le ciel togolais. Résultat, les quatre mousquetaires montreront un intérêt de qualité à aller mordre davantage et pour la nième fois la poussière, bien que chacun dans son for intérieur pensait à la fin qui sera aussi nulle que le début. On sait aussi désormais les raisons pour lesquelles après qu’il ait perçu sont chèque de 72 millions de Francs CFA, il a évité d’envoyer ses observateurs dans les bureaux de vote. En effet, l’homme avait tout calculé. Et le résultat est là. Un proche de Gerry Taama laisse ce courriel à Lynx.info qui dit tout : « Gerry nous a tous embourbés. Dans les 9000 bureaux de vote, nous n’avions pas envoyés plus de 200 personnes sur toute l’étendue du territoire pour le compte de notre parti. Gerry voulait tout mettre dans sa poche… il voulait mettre l’argent reçu dans sa poche….notre campagne ne ressemblait à rien ». Le reste du courriel, le Lynx vous l’épargne et reviendra abondamment sur cette filouterie d’un genre nouveau érigée en principe démocratique par un jeune au service de la nébuleuse françafricaine. Même si aucun togolais ne comptait sur sa sincérité et qu’il jouait un rôle nauséabond voire dangereux aux côtés de l’opposition, on pouvait attendre qu’il fasse la cinquantaine, âge requis au Togo pour rentrer dans la ligue des politiciens « cons », des politiciens « dangereux ». Que nenni ! Désormais, le Losso ou le Nawda-kabyè prenez tout ce que vous voulez est dans le club de ceux que, l’écrivain Pascal Boniface dans un magnifique livre appelait les intellectuels faussaires. Leur rôle : « Faire reculer les frontières de l’inconnu ». D’ailleurs, perplexe, l’écrivain se pose cette question dans son livre : « Pourquoi les « faussaires » ne sont-ils pas démasqués mais bénéficient, au contraire, d’un avantage comparatif par rapport à ceux qui sont trop scrupuleux pour oser s’affranchir des règles de l’honnêteté intellectuelle ? » La réponse, Gerry semble la détenir et avec une arrogance dont-il maitrise bien les contours.

On se rappelle qu’avant même les élections, l’homme de sa main droite et par le truchement de sa page facebook décrivait comment le pouvoir a petit à petit étouffé ses affaires jusqu’à ce qu’il se retrouve endetté jusqu’au cou. Non seulement endetté, il se fera même plaisir d’écrabouiller un enfant au volant de sa voiture. Le procureur de la république comme la justice regarderont ailleurs. C’est cette crapule qui exhibait ses boubous pour dire aux Togolais qu’il était aussi prêt à les diriger. Gerry en liberté est plus utile qu’un enfant dont les parents souffrent la perte, la douleur et le martyr dans l’âme. Grosso modo, l’affaire restera sans suites judiciaires. Bienvenue sous les tropiques ! Au bon vouloir des protecteurs de Gerry Taama ! Mieux, scruter ce visage de pierre de l’enfant de Siou, et dites-moi chers Togolais s’il y a un regret après qu’il ait tué impunément ? L’ancien sociétaire de la force de l’ONUCI en Côte d’Ivoire, on le sait est un fruit, un pur produit de la françafrique. D’ailleurs quand il dit entre « guillemets » avoir démissionné de l’armée, il nous disait qu’il est « réserviste » et reviendra mettre en genoux tout d’un travail commencé par les Tavio Amorin, Marc Atidepé….Non content, et après qu’il se soit rapproché du pouvoir après qu’une certaine opposition aussi naïve que ma fille de six ans, se soit laisser gangrénée comme un ver dans un fruit par ce faux type pour celui qu’il travail, l’homme peut du haut de ses galons nous rappeler qu’il a belle et bien appelé Faure Gnassingbé pour le féliciter : « Malgré toutes les incohérences de forme et de fond relevées par Monsieur Taffa, qui remettent en cause la nature même de la présidentielle du 25 avril, il arrive tout de même à dégager un vainqueur. » écrit-il. Ce qui est ahurissant est la bêtise humaine sous fond d’arrogance que l’homme érige en valeurs cardinales faisant de sa filouterie imbibée d’un mépris pour les Togolais une LOGIQUE, sa logique à lui. Et oui ! Gerry, sommes-nous ici dans quelle logique ? La logique qui te permet après avoir tout perdu de rebondir dans les affaires en aidant la dictature à renaître de ses cendres ou la logique qui fait de toi un homme dangereux de la nation, un vulgaire type dépourvu de toute moralité ? Pis, et plus dur à avaler : en 2020, on verra encore cette crapule sur la scène nationale crié à hue et à dia, chevaucher villages et hameaux et souffler dans les oreilles naïves, donc des plus faibles, s’approcher « Faurtement » de l’opposition qu’il est une solution pour le Togo, une voix pour les Togolais et aller prendre son pactole pour avoir de nouveau tirer la republique vers le bas.

Vivement que cette bidasse de soldat soit fiché dans chaque tête togolaise comme ennemi du peuple…au même titre que Faure Gnassingbé et apparatchiks.

Camus Ali Lynx.info
 

Laisser une réponse