Enlèvements d’enfants en Côte d’Ivoire : Farida Nabourema écrit à Alassane Ouattara

0

Vous avez fait des meurtriers analphabètes et sauvages comme Wattao …

Mr Alassane Ouattara,

Je vous adresse cette lettre ouverte après avoir vu des images que même l’horreur ne saurait décrire. Il est question des images de pauvres enfants sans vie démembrés dans votre pays qui circulent ces derniers temps sur les réseaux sociaux. Depuis quelques temps, le ravissement des enfants grandit en Côte d’Ivoire et l’on n’a pas besoin d’être ivoirien ou de résider en terre ivoirienne pour le savoir et encore moins pour compatir à la douleur de ces parents dont les enfants ont été enlevés et assassinés par des délinquants en quête du gain facile.

Il n’est point mon intention de jouer à l’avocat du diable mais j’ose dire que ces jeunes criminels qui pour la plus part sont des ados et des post-adolescents sont le reflet de la société dans laquelle ils vivent. Je vous accuse Mr Ouattara d’avoir hérissé le meurtre et les massacres en vertu quand vous avez récompensé des milliers de rebelles qui ont massacré des communautés entières comme celles de Duekoué pour vous installer au pouvoir. Vous avez fait des meurtriers analphabètes et sauvages comme Wattao des élites qui exhibent avec fierté leurs voitures de luxe, pistolet en or massif, leurs châteaux et autres richesses acquises grâce au sang des milliers d’ivoiriens que vous avez tué pour vous accaparer du pouvoir. Alors comment s’étonner quand les jeunes s’inspirent de vos actes insipides et choisissent de s’enrichir par tous les moyens comme vos rebelles et vous le faites ?

Durant votre campagne lors des élections présidentielles de 2010, « Ado Solution » était votre slogan. Vous aviez promis du travail à tous et les ivoiriens ont obtenu plus de chômage en retour. Vous aviez promis l’assistance médicale à tous et des Awa Fadiga meurent par manque de soin. Vous avez promis des logements pour tous et des milliers d’ivoiriens se font expulser par vos autorités de leurs domiciles sans aucune assistance sociale. Et enfin, vous avez promis la paix et la sécurité mais que Diantre ! Quand ce ne sont pas vos rebelles qui pillent les maisons des citoyens ayant déjà presque tout perdu, ce sont les jeunes désœuvrés et désespérés qui tuent leurs petits frères en pensant pouvoir s’enrichir par des voies occultes.

Il serait malhonnête de ma part de vous faire une quelconque doléance dans l’intérêt de vos concitoyens car vous et moi savons qu’ils sont les derniers de vos soucis. Mais je souhaite vous faire comprendre que qui sème le vent récolte la tempête et vous êtes présentement assis sur un volcan. Quand on prend les armes pour conquérir le pouvoir, il faut tout faire pour gagner la confiance du peuple conquis et ce conseil ne vient pas de moi mais de Niccolo Machiaveli. Si le prix de presque dix années de guerres que vous avez imposé à la Cote d’Ivoire pour arriver au pouvoir est plus de misère, plus de souffrance et plus d’insécurité, laissez-moi vous dire que même les bombes de vos amis occidentaux ne sauront mettre fin à la révolte d’un peuple martyrisé.

Je vous conseille donc de faire appel à votre expertise en rébellion pour vous rebeller contre ces atrocités qui se déroulent sous vos yeux ; auquel cas, préparez-vous au pire.

Farida Nabourema

Laisser une réponse