Dominique Ouattara : « Troc odieux » en Eburnie, bonbons contre café cacao des ivoiriens

0

  

Quand elle  atterrit pour la première fois en Côte d’Ivoire, elle a le titre de secrétaire à l’ambassade du Canada à Abidjan. Elle, c’est bien Mme Dominique Fouloroux Fadiga Houphouët Boigny Ouattara. Son nom seul, fait le nombre de nègres qu’elle a eu à engloutir sous ses jupes. Les amants,  ne nous  laissés pas vous compter. Depuis le 11 avril 2011, c’est cette fée de minuit qui est censée être une référence morale pour la jeune fille ivoirienne. Place de première dame de Côte d’Ivoire oblige ! Alors qu’elle écume encore les hommes, son bourreau de mari est par monts et vaux pour trucider et clouter sur son passage, ces ivoiriens et ivoiriennes qui s’hasarderont à lui faire ombrage. Quand on est pas fils d’un pays, il y a bien des ingrédients qui ne parlent pas pour vous. Et le Boucher d‘Abidjan, il paraît le sait depuis qu’il a capté magistralement le pouvoir bien sûr avec le concours des chars et des hélicoptères de l’armée française. Même le socialiste pris dans les rets des ultralibéraux hexagonaux et américains, le  franco-togolais Kofi Yamgnane qui avait pris sur lui de se ridiculiser à la face du monde en défendant bec et ongles un homme indéfendable comme Alassane Ouattara a fini  par virer à 180 degré : «…sur le plan purement africain, ce ne sont pas des choses que nous faisons chez nous. Entre frères, on se réconcilie. Prenons l’exemple de Mandela. Il aurait pu envoyer tous les blancs à la CPI, mais il a simplement dit, on discute et on se pardonne’. C’est ce qui est arrivé et c’est pour cela que l’Afrique du sud est là où elle est aujourd’hui. A côté de cet exemple, il y a le Zimbabwe. Eux, ils ont dit, on va jusqu’au bout’. Ils y sont allés et voilà, le Zimbabwe est resté en retard. C’est à tout cela qu’il faut réfléchir. (…). Ce débat-là va être ouvert au sein du Parti Socialiste», martèle t-il à Paris devant le président par intérim du FPI, Miaka Oureto.

Dominique Ouattara: Childreen of Africa et des bonbons  pour votre café cacao !

Pour la petite histoire, il faut être naïf pour ne pas savoir pourquoi cette espionne de la CIA a préféré que son foutoir à blanchissement d’argent appelé Childreen of Africa  porte un nom anglais plutôt que français, quand son pays la France est prête à brimer tout contestataire de la langue française. Le réseau sur lequel fonctionne la blonde de Ouattara est si grand et a des tentacules dans toute  l’Afrique en passant par l’Europe pour faire sa chute aux Etats-Unis. Dans une Afrique ou les yeux brillent d’une misère révoltante, un terreau fertile pour des affairistes de tout acabit et des femmes prêtes à donner jusqu’au dernier carré de leur corps pour avoir la main sur le commerce juteux, fruit de mois de travail des paysans. Et Dominique ne semble pas faire exception à la règle. La stratégie est simple. Utiliser un prête nom d’une ONG pour engranger un commerce illégale qui a toutes les formes de l’égalité surtout que le système ivoirien est aussi moribond que personne ne pourra un matin lever le petit doigt et dire la «Colombe blanche », nom flambant de toutes les nègreries que les journaux pro Ouattara et pro Bédié ont donné à cette broyeuse d’hommes.

« Troc odieux » en  Eburnie !
 

Dominique a des bonbons et du chocolat ajoutés aux poupées pour enfants, ça fait un peu trop pour ce « troc odieux ». Quand le carême musulman est aux portes, elle fait déverser des cartons de sucre dans les mosquées. Pour une femme dont le mari est entre petites bougies, épée et toque noire de la franc-maçonnerie, tout un symbole ! En contrepartie, le cultivateur Wê de Duekoué doit lui revendre, à elle et son fils Loïc Folloroux, le kilos de cacao et de café à 250 FCFA. Le troc en Ouattarandie est en marche. Et c’est tout ce bordel autour de Ouattara qu’une grappe de ses analphabètes appelle ADO SOLUTIONS. On a envie de rire ! La ripaille à laquelle il a ouvert un sanctuaire pour une session de rattrapage assiste aussi à ce banditisme d’Etat sans broncher. Et qui à dit les Ivoiriens et la presse qui sont si proches de cette dévoreuse d’hommes voyaient encore? Ivoiriens ne VOIENT plus RIEN depuis le 11 avril 2011.

Sincèrement entre nous Africains, où cette secrétaire a-t-elle trouvé une fortune si colossale pour faire son show médiatique toutes les fois que l’occasion s’y prête dans le quartier chic de Cocody ?  Quelle entreprise de transformation son ancien mari Folloroux, professeur de formation a-t-il laissé en Côte d’Ivoire pour que la secrétaire se sente en territoire conquis au point de menacer le pouvoir central d’un Etat comme la Côte d’Ivoire par sa puissance financière? Plusieurs livres ont parlé et reparlé de son ascension fulgurante par le truchement de petites passes entre banquiers ivoiriens et banques africaines. Plusieurs écrits ont parlé des accointances très dangereuses entre son premier fils et les milieux mondains de la finance internationale, sans que les Ivoiriens ne prennent sur eux de voir claire, ce qui se passe au sommet de leur Etat. Ici, le souci est de dénicher cette femme en dénonçant ce braquage de la Côte d’Ivoire  qui a tous les semblants de l’humanitaire. Il y a de bonnes raisons pour refuser à Dominique de continuer par humilier la petite fille et le petit garçon ivoirien avec son ONG insultant à leur intelligence et plus loin, l’empêcher de ridiculiser toute la Côte d’Ivoire avec sa boîte bidonne appelée Childreen of Africa qui avilit la femme et rend la jeune ivoirienne dépendante des caprices d’une femme qui a eu la malice de vendre ce qu’elle a de plus chère sur son corps pour engloutir tout un pays.  Même blonde fusse telle !

Djima Matapari Lynx.info

 

 

 

 

 

 

Laisser une réponse