Déclarations de M. Gogué sur LCF : Un drôle d´opposant !

0

Aujourd´hui M. Gogué tient presque le même raisonnement et il nous parle d´opposition. Qui trompe qui?

 

Déclarations de M. Gogué sur LCF: un professeur qui se trompe de combat.

Décidément nous aurons tout vu et entendu de la part de nos hommes politiques de „l´opposition“ depuis ces 25 dernières années. Depuis que la fièvre démocratique s´est emparée de notre pays, les togolais, non seulement ont vu mourir des parents qui leur sont chers, mais sont surtout obligés d´encaisser des coups de toutes sortes de la part de beaucoup de ces hommes politiques qui se disent de l´opposition au système en place.
Les uns, les masques étant devenus trop embarrassants, ont préféré s´en débarrasser pour rejoindre avec armes et bagages le pouvoir qu´ils dénonçaient naguère avec virulence.

Les autres sont restés pour „continuer la lutte“, mais à voir le comportement et les déclarations des uns et des autres, on a finalement de la peine à démêler le vrai du faux, on arrive même à se demander dans quel but certains se sont engagés en politique.

Les journalistes et autres analystes politiques sur le Togo ne doivent pas se plaindre du manque de sources d´inspiration ces dernières semaines.
Dans le cas d´espèce c´est M. Gogué, professeur de son état, et président du parti ADDI qui vient de faire des déclarations des plus étonnantes vu la ligne qui était la sienne au sein de l´opposition. Des déclarations concernant les réformes, la candidature ou non de Faure Gnassingbé qui ne laissent personne indifférent.

C´était sur les plateaux de la Télévision la Chaîne du Futur (LCF) dans l’émission hebdomadaire « L’œil sur l’actualité ».

Morceaux choisis: « J’aurais souhaité qu’il ne soit pas candidat. Mais si c’est le prix à payer pour obtenir les réformes, nous sommes prêts à le payer. Il peut être candidat, car les réformes sont beaucoup plus importantes ».

Non seulement M. Gogué prend le contre-pied des positions des leaders de la société civile, et du CAP 2015, mais il ne se prend pas lui-même au sérieux et il prend le peuple togolais comme un ensemble d´idiots qu´il faut manipuler comme on veut.

Faure Gnassingbé n´est pas le Dieu du Togo et tout le monde sait comment il est arrivé au pouvoir. Il est un criminel et ce n´est pas à moi d´apprendre à notre professeur qu´on ne ménage pas les états d´âme d´un dictateur, d´un criminel, on le chasse du pouvoir.
C´est une question de principe. Faure Gnassingbé, après avoir fait assassiner des Togolais et fraudé les élections en 2005 et 2010, nous pouvons dire que les Togolais l´ont toléré pendant 10 ans comme président de la République. Maintenant ça suffit.
M. Gogué, en quittant le conclave de l´opposition consacré au choix d´un candidat unique pour les élections présidentielles, avait fait savoir qu´exiger des réformes avant les élections était plus important que le choix d´un candidat unique.

C´est d´ailleurs son parti ADDI et le CAR qui étaient co-auteurs du projet de loi sur les réformes qui est actuellement à l´étude au parlement. L´ANC n´a pris le train qu´en marche.

Il avait démenti quand certaines mauvaises langues disaient qu´il était parti parce qu´il n´était pas d´accord avec le choix de Jean-Pierre Fabre comme candidat unique.

Et aujourd´hui le professeur n´est-il pas nu? Pourquoi avoir passé tout ce temps dans l´opposition si c´est pour offrir à la fin un boulevard à Faure Gnassingbé pour règner éternellement sur le Togo?

Le professeur Gogué peut-il encore regarder dans les yeux ses électeurs dans son Tône natal et dans les autres préfectures?
Donc selon M. Gogué les Togolais et les Togolaises sont obligés de suivre la volonté et les desiderata de Faure Gnassingbé et attendre le jour où il lui plaira d´accepter de démocratiser le pays. Aujourd´hui le dictateur nous pose une condition: « vous voulez les réformes, ok, si vous voulez que j´accepte, permettez-moi d´être candidat aux prochaines élections présidentielles, sinon vous n´aurez rien ».

Et le professeur Gogué accepte, car pour lui c´est le prix à payer, et il nous demande de le suivre dans cette logique.

Un drôle d´opposant !

Les autres africains peuvent continuer à se moquer de nous.

Si M. Gogué avait des propositions à faire et qu´il sait que ces propositions vont dans l´intérêt du peuple, pourquoi ne pas rester au sein de l´opposition et le faire?

Donc si M. Faure Gnassingbé est candidat et il manipule pour rester au pouvoir, en 2020 lorsque nous aurons d´autres exigences, l´enfant d´Éyadéma nous dira alors qu´il y a un prix à payer et tout le monde sait que le plus grand prix pour Gnassingbé est de rester au pouvoir. Comme son père Faure restera donc au pouvoir comme il voudra.

Et c´est pour ça que le professeur Moba s´est battu depuis des décennies.Oh pauvres togolais, qu´ont-ils fait pour mériter un tel sort? Qu´ont-ils fait pour mériter de tels hommes politiques? Du vivant d´Éyadéma on a vu des hommes politiques se comporter de cette façon.Certains avaient préféré que le sanguinaire de Pya reste et meure au pouvoir si ce n´était pas eux qui pouvaient prendre sa place. »Si c´est un tel qui va devenir président, donc Eyadéma n´a qu´à rester. » Et il était resté.

Aujourd´hui c´est son fils qui lui a succédé comme dans une monarchie et nous retrouvons des personnalités politiques qui tiennent le même raisonnement: « Si c´est c´est X qui est candidat unique et qui risque de devenir président, alors le petit Faure ne va pas bouger. »
Ce problème de personnes, cette haine stupide, elle n´est pas contre Jean-Pierre Fabre ou un autre bien placé de l´opposition, mais elle va directement au peuple togolais.
C´est le peuple togolais que des leaders qui raisonnent de la sorte, trompent. C´est le peuple togolais qu´ils prennent comme un peuple de connards.
Et ce peuple doit comprendre qu´il ne doit compter sur personne pour le sortir de la situation dans laquelle il se trouve. Il est temps qu´il se lève pour prendre ses responsabilités et prendre le pouvoir.
Et si elles sont déterminées, soudées, nous savons que les populations togolaises peuvent arracher le pouvoir et le remettre à qui elles veulent.
Elles avaient montré à plusieurs reprises dans le passé qu´elles en sont capables.

« Qu’il soit candidat, mais cela n’est pas synonyme d’un troisième mandat. Il faut que l’opposition s’organise pour le battre ».

Mais il parle de quelle opposition encore? Celle dont il cherche à affaiblir les positions ou une autre oppostion?
Nous avons déjà la bande au roublard légendaire Agboyibo qui nous dit que l´unité de l´opposition n´est pas la solution, qu´il faut aller en rangs dispersés et qu´il faut accorder un autre mandat à Faure Gnassingbé.

Aujourd´hui M. Gogué tient presque le même raisonnement et il nous parle d´opposition. Qui trompe qui?

Ces applaudisseurs que certains appellent assemblée nationale peuvent adopter le projet de loi sur les réformes sans amendement demain matin, mais si on arrive pas à faire partir Faure et qu´il est candidat il n´y aura jamais d´alternance et de changement de système politique au Togo.
On vous dit que les instruments de terreur et de fraude sont toujours en place et l´intention de ces gens c´est de règner éternellement. Donc ils useront de tous les subterfuges possibles pour que le pouvoir reste au sein du clan.

Si la fraude ne marche pas ils ouvriront le tiroir de la terreur. Ils ne reculeront devant rien. Et M. Gogué le sait mieux que moi. Pourquoi alors se comporte-t-il de cette façon?

Nous savions que le professeur Gogué est proche de Gilchrist Olympio, du moins en privé, un homme qui a renié ses principes, craché sur la mémoire de son père à cause de l´argent. Et il ne serait pas étonnant que le vielllard l´ait approché pour le convaincre de rejoindre le camp des ennemis du peuple.

Mais malgré tout j´espère être allé trop vite en besogne et que le professeur Gogué n´a fait qu´un lapsus qu´il regrettera bientôt!
Sinon ce sera dommage, très dommage!

Samari Tchadjobo
Allemagne
 

Laisser une réponse