Déclaration de OBUTS sanctionnant la rencontre de 18 Octobre

0

La formation politique OBUTS estime que la mise en œuvre de ces réformes s’avère inévitable dans un monde où la vitesse des mutations politiques impose de nouveaux défis à relever, pour le vivre ensemble, et le mieux-être de la collectivité nationale. 

DÉCLARATION DE OBUTS SANCTIONNANT LA RENCONTRE DU 18 OCTOBRE 2014 AU SIÈGE DU PARTI A DJIDJOLÉ 

Les membres du bureau politique de la formation politique OBUTS se sont réunis le 18 octobre 2014, en présence des responsables des bureaux des fédérations et sections du Grand Lomé, au siège du parti à Djidjolé pour une analyse approfondie de la situation sociopolitique de notre pays.

Au cours de son intervention liminaire, le Président National rappela aux responsables des bureaux des fédérations et sections du Grand Lomé que la réunion de ce jour a été régulièrement convoquée.

Il précise que conformément aux dispositions statutaires, la réunion ainsi convoquée peut valablement délibérer.

Le président National rappelle que l’ordre du jour est le suivant : Analyse approfondie de la situation sociopolitique de notre pays, puis il déclare la discussion fut ouverte.

Prenant chacun à leur tour la parole, les responsables des bureaux des fédérations et sections du Grand Lomé ont évoqué la vie du parti et la situation sociopolitique de notre pays.

À l’issue de ces riches échanges, personne ne demandant plus la parole, le Président National a proposé aux participants, l’adoption des conclusions suivantes Elles s’articulent autour des huit (8) points suivants :

I/DE LA VIE DU PARTI DANS LES STRUCTURES DECENTRLAISÉES

Conformément à la décision du Bureau Politique en date du mercredi 4 Juin 2014, une délégation du parti a effectué des missions d’information et de sensibilisation auprès des fédérations du parti dans de nombreuses préfectures, du mois de juin au mois de septembre 2014.

Ainsi, pour les cinq régions du Togo, les préfectures suivantes : Avé, Agou, Kloto, Amou, Vo, Bas-Mono, Ogou, Haho, Lacs, Tône, l’Oti, Assoli, Kozah, Binah, Tchaoudjo, Danyi, Kpélé, Zio, Yoto, Wawa, Akébou, Anié, Est-Mono, Moyen-Mono, Blitta et Sotouboua furent toutes à ce jour visitées par la délégation missionnée par la formation politique OBUTS.

Il est à retenir globalement de ces tournées que les militants à la base, ont bien compris la nouvelle vision du parti déclinée à travers le discours du président national à la fin de l’année 2013 et réaffirmée en février 2014. Les militants à la base ont par ailleurs réitéré le désir de voir le parti continuer à incarner une ligne politique républicaine en vue de l’émergence d’un Togo démocratique et réconcilié.

II/ SUR LES RÉFORMES CONSTITUTIONNELLES ET INSTITUTIONNELLES

La formation politique OBUTS rappelle que les réformes constitutionnelles et institutionnelles furent formellement actées dans le cadre d’un accord politique entre le pouvoir et l’opposition aux fins de solder le contentieux né de l’élection de 2005.

Dès lors, la concrétisation de ces réformes ne peuvent que s’imposer à tous d’autant qu’elles visent à concourir à l’ancrage de la démocratie, à la consolidation de l’État de droit et au progrès de notre Nation.

La formation politique OBUTS estime que la mise en œuvre de ces réformes s’avère inévitable dans un monde où la vitesse des mutations politiques impose de nouveaux défis à relever, pour le vivre ensemble, et le mieux-être de la collectivité nationale.

C’est pourquoi la formation politique OBUTS lance un appel pressant à toutes les formations politiques représentées à l’Assemblée nationale afin qu’elles fassent preuve de dépassement en privilégiant l’intérêt de la Nation sur les considérations partisanes.

Au nom de cette vision républicaine, la formation politique OBUTS regrette la marginalisation des formations politiques extra-parlementaires au cours du dialogue politique initié par le Gouvernement qui aurait dû réunir l’ensemble de la classe politique.

Pour l’ancrage d’une démocratie apaisée au Togo, la formation politique OBUTS émet le vœu de ce que la recherche de consensus national, prime sur toutes autres considérations toutes les fois qu’il s’agira de débattre de grands sujets d’intérêt général comme celui des réformes constitutionnelles et institutionnelles.

III/ SUR LA COMPOSITION DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE ET DE LA CENI

La formation politique OBUTS prend acte de la composition de ces deux institutions indispensables au processus électoral. L’histoire des élections dans notre pays indique que les principaux contentieux relatifs au déroulement et aux résultats du scrutin impliquent généralement ces deux institutions.

La formation politique OBUTS invite par conséquent la Cour Constitutionnelle et la Commission Électorale Nationale Indépendante à une grande impartialité dans la conduite de leur mission respective pour le triomphe de la vérité des urnes, et pour la préservation d’un climat de paix.

La formation politique OBUTS regrette néanmoins que ceux qui par des manœuvres déloyales l’avaient privée d’un siège à la CENI en 2010, n’ont pas crû devoir lui rendre justice en lui concédant une place au sein de la nouvelle CENI qu’elle pense largement mériter en comparaison de ceux qui y ont été cooptés.

IV/ LES RELATIONS OBUTS AVEC LE CST

Pour des raisons liées à des méthodes et des pratiques qui sont contraires à notre philosophie politique, la formation politique OBUTS s’est retirée du Collectif Sauvons le Togo dont elle fut pourtant membre fondatrice, après le fâcheux traitement qui lui fut réservé lorsque d’aucuns ont cru devoir confisquer le fruit du travail collectif que [nous]avons réalisé lors des élections législatives de Juillet 2013. Nous avons attiré l’attention de l’opinion publique nationale sur les dysfonctionnements internes au CST mais la force de la manipulation et la campagne de désinformation orchestrée par ceux qui ont choisi l’hégémonisme, et une vision courtermiste de la lutte ont eu raison de la vérité. Les dissensions nées récemment au sein du Groupe Parlementaire abusivement baptisé ANC/ADDI à l’Assemblée nationale ont éclairé l’opinion sur les motifs de notre rupture avec le CST. Conséquemment, la formation politique OBUTS n’entretient aujourd’hui aucune relation avec ce regroupement citoyen de formations politiques issues des rangs de l’opposition.

La formation politique OBUTS échange en temps que de besoin avec plusieurs formations politiques sur les sujets importants de la vie de la Nation, et sur les sujets d’actualité. Elle est disposée à soutenir toute initiative transparente qui milite en faveur de la démocratie et de la concorde nationale.

V/ LA CONVENTION NATIONALE OBUTS.

Le Bureau Politique de la formation politique OBUTS convoquera par application des disposions statutaires dans le courant de la première décade du mois de Décembre 2014, une [convention nationale]pour exprimer sa position relativement aux problèmes économiques, sociaux et politiques du pays.

En opportunité, la formation politique OBUTS indiquera et précisera l’identité de son candidat qui recevra l’investiture de notre formation politique pour la prochaine élection présidentielle, au cas où rien de sérieux et de crédible n’apparaîtra au niveau de l’ensemble de l’opposition politique pour se donner un candidat commun.

Fidèle à sa doctrine, la formation politique OBUTS contribuera à l’émergence d’une société de confiance, de paix, de concorde et de prospérité partagée. Elle ne constituera aucun problème pour la Nation, mais cherchera toujours à être de ceux qui apportent la solution.

VI/ LA PROBLEMATIQUE DE LA CANDIDATURE UNIQUE

La formation politique OBUTS a toujours milité pour l’émergence d’une candidature unique et consensuelle de l’ensemble de l’opposition politique en vue de se donner les moyens d’un vrai challenge avec le pouvoir pour l’avènement de l’alternance politique au Togo. C’est ainsi qu’en 2010 la formation politique OBUTS fut le seul parti politique à avoir accepté de sacrifier une candidature issue de [ses]rangs dans le but de donner une chance à la dynamique unitaire. La formation politique OBUTS considère que dans le contexte actuel, si l’opposition veut réellement répondre aux aspirations du peuple, elle ne peut faire l’économie d’une démarche responsable destinée à clarifier la confrontation politique de 2015. La formation politique OBUTS se félicite de la volonté affichée par le CST, et ARC-EN-CIEL pour mutualiser leur énergie en vue de parvenir à l’alternance en 2015. OBUTS prend le peuple à témoin, et espère que cet engagement ne relève pas d’une simple communication politique.
Pour La formation politique OBUTS il est primordial de travailler à un Programme Commun de gouvernement avant de s’atteler au choix d’un candidat unique. Car le peuple adhère à un programme avant de choisir le candidat.

Candidature unique OUI, mais le Programme Commun de gouvernement d’abord.

VII/ LE DEFI SECURITAIRE ET SANITAIRE

Avec la mondialisation économique, se développe la mondialisation de l’insécurité et du crime organisé. Notre sous région portée par une forte dynamique de croissance est aussi la proie des formes d’insécurité graves qui menacent l’intégrité de notre pays et la paix de nos populations. Le défi pour nos États notamment pour le Togo, c’est de construire des réponses efficaces et adéquates dans un cadre institutionnel renforcé qui ne porte atteinte ni à la démocratie, ni aux libertés individuelles et collectives.

La formation politique OBUTS invite le Gouvernement à prendre toutes les mesures nécessaires pour éviter la réitération des actes récents de braquages et d’assassinat La formation politique prend acte des remaniements opérés au sein des forces armées et sécurité et espèrent qu’ils permettront d’améliorer le climat de sécurité dans notre pays et d’y préserver la démocratie dans un cadre républicain intangible.

Enfin s’agissant de la maîtrise du risque de propagation de la fièvre hémorragique à virus Ebola, la formation politique OBUTS tout en saluant les efforts déployés par les autorités sanitaires de notre pays, les encourage à une réadaptation des mesures de prévention relativement à l’ampleur que prend la propagation de ce virus au niveau de la sous-région ouest africaine.

VIII/DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE A L’ÉMERGENCE

La formation politique OBUTS se félicite de la politique d’équipement et d’infrastructures modernes conduite par le Gouvernement dans le domaine portuaire, aéroportuaire et routier . Elle estime que le nouveau Terminal à Conteneurs et la darse en cours d’achèvement renforcent les capacités du Port de Lomé dans une dynamique de croissance rapide et lui donnent les moyens en plus de ses capacités nautiques de devenir la meilleure porte océane du sahel et d’être le centre privilégié d’intenses échanges commerciaux et de réexportation.

La contribution du secteur primaire moteur de la croissance économique, des mines et de l’industrie devrait conduire à un meilleur taux de croissance que les 6% attendus en 2014.

Des efforts cependant restent à conduire dans le domaine de l’assainissement, de l’aménagement des routes secondaires transversales, et la protection des zones urbaines exposées à des inondations.

Aussi, le Gouvernement doit veiller à lutter contre la corruption et assurer la bonne gouvernance pour une meilleure répartition des richesses nationales.

La formation politique OBUTS reste convaincue de ce que les travaux du Ministère de la prospective serviront de boussole pour assurer l’émergence de notre pays à l’horizon 2030, s’ils sont appuyés par une forte volonté politique.

Fait à Lomé le 18 Octobre 2014

Pour le Bureau Politique,

Le Président National

Agbéyomé KODJO
 

Laisser une réponse