Côte d’Ivoire : ils ont lâché Soro Guillaume !

0

La Chronique que vous lisez vient en remplacement de celle qui avait été prévue. Les stratèges de la Révolution Permanente ont estimé que la Chronique initiale contenait des informations trop sensibles à l’heure actuelle pour être diffusée.

Nous avons alors produit la présente, afin qu’en lisant entre les lignes, vous appreniez à décoder l’actualité ambiante de la Côte d’Ivoire et celle qui sera servie par le régime Ouattara, sous la forme d’une offensive à la fois diplomatique et médiatique, dans un futur très proche.

Soro Guillaume est allé à Paris le même jour où devait prêter serment, Madame Bensouda à la CPI. Il y est resté avec femmes et enfants puis il a distribué sur les réseaux sociaux, les images de ces « innocents bouts de choux ». Les enfants étaient contents. Soro père aussi. Mais lui par contre savait qu’il y était allé faire ses adieux. Pendant que les enfants Soro et les ADO-sapiens pensaient qu’il était allé prendre des vacances à Paris.

Si Soro Guillaume est encore parmi vous Abidjanais, ce n’est parce qu’il n’a pas le feu dans le postérieur. Non. C’est parce qu’il est lié à Ouattara par le cordon ombilical du MPCI, le mouvement rebelle que l’un a créé et financé pendant que l’autre avait la charge de gérer.

Le sort de Soro est scellé sans que je ne puisse vous en dire davantage. Mais en scellant son sort, celui de Ouattara n’y échappe pas. C’est ainsi que les instruments de la communauté dite internationale souffrent depuis quelques jours sur les bords de la lagune Ebrié.

Comment séparer ces siamois du MPCI et faire la peau à l’un ou à l’autre. Comment gérer la réaction des 500 miliciens Sénoufo formant la Garde privée de Soro ? Comment contrer la réaction des FRCI pro-Soro dont le nombre a extrêmement grossi à Abobo ces derniers jours et qui de surcroit ont été mis en alerte ?

Les réflexions se poursuivent. Or le délai pour agir est court, presque très court. Car on le sait, il y va de l’honneur de la Communauté dite internationale. C’est pourquoi il s’impose d’agir. Mais comment éviter les grabuges et la conflagration ?

Soro pense tenir le bon bout parce qu’il tient l’âme de Ouattara entre ses mains. S’il crève, Ouattara le suit dans la tombe. S’il est jeté en prison, il n’y a pas de raison que Ouattara soit dehors. Et même s’il s’efforçait d’être dehors, il serait désincarné, sans âme, errant comme un zombi. A la merci de tous.

C’est toute la complexité du dossier. Mais la certitude demeure. Soro Guillaume, c’est une affaire déjà pliée.  Il ne reste plus que le jour et l’heure. Sauf que d’une pierre, il sera fait deux coups. Involontairement ou volontairement involontaires.

A Très bientôt.

Hassane Magued

Laisser une réponse