Côte d’Ivoire : 2013, année des stratèges !

0

Nous voici à quelques heures de l’année 2013. Comme devant l’Eternel Dieu Tout puissant, un jour en vaut mille et vice versa, nous ne pouvons pas faire cette offense à Celui en qui nous plaçons notre combat, pour vous faire des vœux anticipés. Mais d’ores et déjà, vous avez le droit de savoir sous quel signe nous plaçons cette Année 2013. Pour la Révolution Permanente, « 2013 est l’Année des Stratèges ».

C’est pourquoi  les Dignes fils de la Côte d’Ivoire auront  à relever 3 grands défis en 2013.

Le premier défi : parachever le processus de déboulonnage enclenché depuis le deuxième semestre de l’année 2012. Cette phase se traduira par une action d’envergure d’une rare intensité lorsqu’elle sera lancée selon les consignes reçues de la Hiérarchie. En ces temps-là, notre langage se résumera à quelques mots : frappes chirurgicales, puissance de feu effroyable, protection des civils, libération totale, brutale et sans état d’âme.

Bien sûr qu’il ne s’agira pas d’une partie de plaisir. Ni pour les Guerriers ni pour les intrus pillards et génocidaires. Ce sera terrifiant. Mais il faudra un jour où l’autre que cela advienne car on a beau vouloir trier les dents pour les brosser, on se rend bien compte que cela ne fait que retarder les échéances et exposer certains éléments mobiles. Nous y allons donc.

Le deuxième défi : gérer les effets secondaires d’une action d’aussi grande envergure. Faire face à l’embargo qui frappera nos exportations de cacao et de café. Mettre immédiatement l’Administration révolutionnaire sur les rails. Engager la réorientation stratégique de la fonction militaire en Côte d’Ivoire. Résister à l’utilisation de la BCEAO comme arme de baroud d’honneur après qu’ils auront essuyé la plus grosse défaite de leur histoire. Gérer la pénurie de riz et d’autres produits de grande consommation parce qu’aucun navire fasciste ne sera autorisé à entrer dans ce qu’il restera des Ports d’Abidjan et de San Pedro. Bref. Nous serons à « l’An Zéro » de la Nouvelle Côte d’Ivoire.

Troisième défi : prendre le nouvel envol. Avec un peuple né de nouveau, débarrassé du vieux manteau de cadre tribaliste, d’homme politique représentant de son groupe ethnique, de fils malhonnête, de militaire, policier et Gendarme sans aucun sens de l’honneur militaire ; débarrassé de cet orgueil ridicule de cadre de l’Ouest spécialisé en construction de tombes en marbre de style pharaonique pendant que leurs parents dorment dans des cases avec la toiture en « papot » ; oui.

Prendre un nouvel envol avec un sens élevé du devoir citoyen, avec la conscience fortement aigüe de bâtisseur d’un pays libéré, libre et qui s’assume ; travailler comme et plus que dans les années 70 où 24 heures sur 24, il y avait des cadres concepteurs dans les bureaux en train de travailler parce qu’ils avaient un pays à bâtir. Oui, pour les plus jeunes, c’est ce qui se passa dans les années 70 où l’on parla du « Miracle ivoirien », un miracle qui fut aussitôt saboté par le Colon qui su freiner les ardeurs, lorsqu’il fit entrer dans la bergerie, les premiers suppôts de la françafrique, ces cadres-loups malhonnêtes qui servent l’imposteur mossi et ses maîtres blancs en pensant à leurs maudits ventres.

Voilà. Que ceux qui ne sont pas prêts à faire face à ces défis commencent à s’y préparer. Nul ne fait la Révolution en donnant dans la paresse, la folie des grandeurs ridicules, le non respect de l’argent public, le non respect de l’intérêt national, le manque de patriotisme, le manque de vision stratégique.

C’est pourquoi 2013 sera l’année des stratèges. Militaires, civils, cadres, ingénieurs, ouvriers, médecins, enseignants, etc. etc.

L’année de 2013 sera donc l’année pour démontrer le génie de l’Ivoirien. Elle sera ainsi une année de sélection naturelle. Pour les jeunes diplômés, pour les jeunes cadres en activité, pour les ouvriers qui ont toujours rêvé de meilleures conditions de vie, pour le paysan, pour tous, il y aura une sélection naturelle car une compétition intelligente naîtra entre les filles et fils civilisés de la Côte d’Ivoire libérée.

Que chacun le tienne donc pour dit. Après la tempête, le beau temps qui viendra sera le temps du réveil révolutionnaire, non celui du renouvellement des péchés.

On a tous parlé, 2013 nous met au pied du mur. On a tous critiqué, nous serons face à nos responsabilités. Chacun selon ce qu’il sait faire aura un défi à relever. Et comme le défi se relève dans l’action, dès les premières semaines de 2013, nous devrions montrer ce dont nous sommes capables. Sinon, nous devrions la boucler pour toujours. Et vivre en esclave soumis pour l’Eternité.

Mais le sacrilège de l’esclavage est vaincu aussi bien dans le spirituel que dans la conscience populaire. Il est en train d’être vaincu dans l’action qui atteindra l’intensité de délivrance en 2013. C’est pourquoi avec la tête haute, les Dignes fils de ce pays s’adresseront à leurs parents, au peuple de Côte d’Ivoire, sous le regard stupéfait et rempli de respect du monde entier !

A Très Bientôt.

Hassane Magued

Laisser une réponse