Congo-Brazzaville: Sassou Néguesso distribue de l’argent sans compter

0

 

Congo-Brazzaville : un Pays Pauvre très Endetté (PPTE) qui distribue des milliards sans compter

Depuis que le Congo est rentré dans le cercle très fermé des Pays Pauvres très Endettés (PPTE), Denis Sassou Nguesso est plus heureux que jamais. Toujours en mal de reconnaissance internationale, le dictateur sanguinaire et corrompu congolais ne cesse depuis quelque temps de multiplier des gestes de générosité à l’égard de certains de ses homologues africains (qu’il juge trop pauvres ?), quand il n’organise pas des sommets de prestige sur le fameux bassin du Congo qu’il ne cesse pourtant de détruire en donnant des dizaines de milliers d’hectares à ses enfants, synonyme d’une surexploitation sauvage et incontrôlée.

En effet, en bon petro-monarque, dont la richesse ne cesse de croître sous l’effet conjugué de la gracieuse annulation de la dette par le FMI et la Banque Mondiale et de la hausse exponentielle des cours du pétrole sur les marchés mondiaux, après avoir fait cadeau de 23 milliards de francs CFA à la Guinée Conakry, Denis Sassou Nguesso va prochainement doter tous les ministres de son filleul centrafricain, François Bozizié, de Mercedes flambants neuves en remplacement de leurs Peugeot 607 (après avoir initié son filleul à la Franc-maçonnerie, veut-il l’initier maintenant au goût du luxe ?).

De toute évidence, le Congo est un Pays Pauvre très Endetté (PPTE) où l’argent coule à flots. Alors le pouvoir se montre très généreux. Inondation en Chine, séisme en Haïti, catastrophe nucléaire au Japon…, toutes les occasions sont bonnes pour distribuer des milliards sans compter. Le Congo pratiquerait donc désormais la diplomatie de l’argent comme si le pays était en quête de la puissance (une puissance financière). L’objectif de cette stratégie étant bien entendu pour le dictateur sanguinaire et corrompu, Denis Sassou Nguesso, de soigner son image extérieure.     
Alors, le Congo, Pays Pauvre très Endetté (PPTE), un bon coup de main du destin pour ce dictateur sanguinaire et corrompu ou une grossière erreur de la part des institutions financières internationales ? Dommage que Dominique Strauss-Kahn ne soit plus aujourd’hui en situation pour répondre à cette question. A moins que son ex-dircab, Mathieu Pigasse, le neveu de l’autre Pigasse, nous aide à comprendre cette subtile énigme. 

Donc, vu de l’étranger, le dictateur sanguinaire et corrompu congolais, Denis Sassou Nguesso, apparaît comme un homme au grand cœur et très sensible aux malheurs des autres. Mais curieusement et aussi paradoxal que cela puisse paraître, s’il distribue généreusement des milliards à l’extérieur, Sassou Nguesso est cependant très avare quand il s’agit d’assurer le bien-être des Congolais. Ainsi, alors qu’il distribue des milliards sans compter à l’extérieur, il condamne paradoxalement les Congolais à vivre dans le dénuement le plus complet.
Par exemple, il n’est pas rare de voir des malades trouver la mort entre deux étages au CHU de Brazzaville à cause du manque d’ascenseurs ou encore de voir des élèves assis par terre à l’école faute de table-bancs. Et nombreuses sont des familles congolaises qui ne peuvent même pas s’offrir plus d’un repas par jour.
 
En quatorze années de pouvoir (depuis son retour aux affaires par les armes en 1997) et alors que les ressources du pays ne cessent de s’accroitre du fait notamment de l’envolée des cours du pétrole, Sassou Nguesso n’a concédé aux Congolais qu’une maigre augmentation des salaires des fonctionnaires, soit 10 000 francs CFA (15 euros) à compter du 1er janvier dernier. Les médecins gagnent à peine 120 000 francs CFA par mois (180 euros) tandis que son neveu Wilfrid Guy César Nguesso (Willy) qui n’a même pas le BEMG (actuel BEPC) et qui dirige la Société congolaise de transports maritimes (SOCOTRAM), chargée de prélever pour le compte de l’Etat congolais les taxes sur les tankers de pétrole, s’octroie un salaire net mensuel de 50 millions de francs CFA hors avantages en nature (75 000 euros) auxquels s’ajoutent 34 000 euros (plus de 20 millions de francs CFA) qui lui sont payés en sus chaque mois par la représentation parisienne de la SOCOTRAM ; sans compter ce qu’il perçoit tous les mois des trois autres sociétés dont il est également le véritable patron, à savoir : la filiale de la SOCOTRAM dirigée par Juste Mondélé, la Société de Gestion des Services Portuaires du Congo (SGSP-Congo) dirigée par Franck Eric Dibas et le Conseil congolais des chargeurs (CCC) dirigé par Eloi Epouery.

Voilà donc quelqu’un qui n’a jamais fait aucun effort à l’école et qui se trouve être aujourd’hui celui qui perçoit un salaire net mensuel cumulé de près de 200 millions de francs CFA, sans que personne ne bronche et tout simplement parce qu’il est le neveu du Cobra royal. Ça, il n’y a qu’au Congo qu’on tolère des choses pareilles. Franchement, dire aux gens que Sassou Nguesso est la solution pour le Congo, c’est véritablement une insulte à l’intelligence des Congolais.

Bienvenu MABILEMONO
S.G. du Mouvement pout l’Unité et le Développement du Congo (M.U.D.C.)

Laisser une réponse