Côte d’Ivoire CONARIV – Archevêques et Evêques ne sont « comptables des actes » de Mgr Ahouanan

0

Les clercs s’abstiendront absolument de tout ce qui ne convient pas à leur état, selon les dispositions du droit particulier

Le mercredi 25 mars 2015, Mgr Paul Siméon AHOUANAN DJRO, Archevêque métropolitain de Bouaké, a été nommé Président de la Commission Nationale pour la Réconciliation et l’Indemnisation des victimes (CONARIV).

Les Archevêques et Evêques de Côte d’Ivoire tiennent à informer les membres du clergé, les religieux, les religieuses et les fidèles laïcs qu’ils n’ont été associés ni de près ni de loin par leur confrère à cet engagement. C’est pourquoi dans l’esprit du Canon 285 du Code de Droit Canonique de 1983, ils tiennent à préciser qu’ils ne sont pas comptables des actes qu’il posera dans l’exercice de sa nouvelle charge à la tête de la CONARIV.

Fait à Taabo, le 10 mai 2015

Les Archevêques et Evêques Catholiques de Côte d’Ivoire

Canon 285

1. Les clercs s’abstiendront absolument de tout ce qui ne convient pas à leur état, selon les dispositions du droit particulier.
§ 2. Les clercs éviteront ce qui, tout en restant correct, est cependant étranger à l’état clérical.
§ 3. Il est interdit aux clercs de remplir les charges publiques qui comportent une participation à l’exercice du pouvoir civil.
§ 4. Sans la permission de leur Ordinaire, les clercs ne géreront pas des biens appartenant à des laïcs ni des charges séculières comportant l’obligation de rendre des comptes; il leur est défendu de se porter garant, même sur leurs biens personnels, sans avoir consulté leur Ordinaire propre; de même, ils s’abstiendront de signer des effets de commerce par lesquels ils assumeraient l’obligation de verser de l’argent sans motif défini.

Laisser une réponse