Cojep : Charles Ble Goudé invite Jesse Jackson

0

A l’annonce de l’arrivée du Révérend Jesse Louis Jackson, en Côte d’Ivoire -sur invitation spécial du président du congrès des jeunes et des patriotes (Cojep), Charles Blé Goudé, à l’occasion du 4e sommet de son mouvement panafricain-, l’opposition ivoirienne avait vu en cela, un coup de pousse au camp présidentiel. Mais ils ont vite déchanté. Tant le comportement de l’invité de marque a agréablement surpris. Mettant en avant sa capacité d’homme conciliant, le Révérend Jesse Louis Jackson ne s’est pas seulement contenté de sa place parmi les jeunes patriotes. L’homme est sorti du cercle des congressistes, pour partager son expérience avec les autres leaders et acteurs de la vie socio-politique en Côte d’Ivoire.  » Je ne suis pas venu soutenir un candidat « . S’est-il empressé de dire aux Ivoiriens, qui le suivaient depuis leurs postes téléviseurs. Dès qu’il a eu l’occasion de s’adresser à eux, devant le Président Laurent Gbagbo, au Palais de la Culture, le mardi 11 août 2009.

Une adresse qui a sans doute sonné comme une leçon politique, dans les oreilles de l’opposition ivoirienne. Prête à coller des étiquettes partisanes à tous ceux qui s’asseyent à la même table que le chef de l’Etat, pour parler de l’avenir de leur propre pays. Et qui ne pensaient certainement pas que ce grand homme puisse répondre à l’invitation d’un Ivoirien, de surcroît proche du chef de l’Etat. Comme si le message qu’il a lancé à travers les médias ne suffisait pas, la légende vivante de la lutte pour les libertés humaines, est librement allé à la rencontre des responsables du Rdr d’Alassane Dramane Ouattara, à la rue Lepic. Avant d’échanger avec Henri Konan Bédié, président du Pdci-rda et le Premier ministre Guillaume Soro. A qui il a donné son accord pour revenir en tant que superviseur de la présidentielle. Honte en a donc pris ces deux partis, membres du Rhdp (opposition), lorsqu’ils l’ont entendu déclarer :  » Je suis venu endosser un processus. Le processus de la démocratie juste, équitable et ouverte.

La démocratie ne garantit pas le succès. Elle garantit les opportunités. Faisons donc bon usage de ces opportunités. Et participons-y avec vigueur. Et lorsque ce processus viendra à bout, respectez le gagnant. Mettez-vous ensemble et allez de l’avant avec espoir et ne revenez pas en arrière, par la peur. Permettez donc que la démocratie soit écoutée aujourd’hui « . Mais le compagnon de feu Dr Martin Luther King ne s’est pas arrêté là. Avec la classe politique, il a partagé son attachement aux valeurs démocratiques, qu’il souhaite fleurir en Côte d’Ivoire, au lendemain du 29 novembre prochain.  » Lorsque vous votez dans la transparence, vous assumez votre position. Le pouvoir tient compte du vote.

Le pouvoir n’est pas de se tirer là-dessus. Le pouvoir est dans le pardon, dans la rédemption et bien sûr, en allant de l’avant (…). Soyez de la classe royale, dans votre effort interne, dans votre éducation et votre héritage dans votre lignée, vaincra le colonialisme (…). Et le monde se réjouira avec vous. (…). Côte d’Ivoire, c’est votre moment de sortir de votre crise. Si vous pouvez faire ceci, faites-le de votre mieux (…). Continuez le combat et continuez le sacrifice. Ne vous laissez pas endormir. Ne baissez pas les bras (…). On tombe un moment et on se relève encore, encore et encore. Parce que rien n’est trop difficile pour Dieu (…). Un changement arrive. Gardez l’espoir… » Puisse Dieu faire que la paix soit vraiment l’inspiration de la classe politique ivoirienne. Parce que son Apôtre, le Révérend Jesse Jackson voit en la nouvelle Côte d’Ivoire, « une nouvelle Afrique. Le 29 novembre est votre victoire ! Allez-y de l’avant avec espoir. Ne revenez jamais en arrière avec la peur. Ne retournez jamais par peur. Ne vous détruisez pas. Evitez la colère ».

Frimo K. Djipro  Lynx .info

Laisser une réponse