Clash dans la diaspora Tem en Allemagne

0

 

Le Lynx  l’avait déjà  écrit, les Tems ne nous ont pas démentis. Dans un article: Paix des braves ou paix définitive du peuple Tem ?, que le lecteur peut lire sur la rubrique Société du Lynx, l’auteur avait trouvé qu’un parfum de vrai-fausse union se dégageait dans la plus grande communauté Togolaise en Allemagne. On ne se réconcilie pas sans avoir remis au préalable les couteaux  et les flèches de la discorde  au roi si on se réfère à la sagesse du peuple Bambara au Mali. Les Tems ne l’ont pas fait. Mieux ils ont préféré les solutions intermédiaires, des raccourcis et le résultat il est bien là : le clash.

Des deux côtes (ADT.ev et le groupe Communauté), les Tems en Allemagne viennent de prouver que ce qui les sépare dépasse de loin ce qui les unis. Le mariage de Nuremberg n’aura duré que moins de 15 jours. En pays Tem un évènement ! Les causes de ces brouilles sans fin et inexplicables sont à élucider ailleurs semble dire tous les aînés de la peuplade Tem en Allemagne. Pour les uns, la guerre est vieille au moins de 40 ans. Datant depuis le Chef  Ouro Ayeva qui a mélangé les genres en combinant une fête des moissons (Gadaou ) et une fête culturelle (Adossa). Pour d’autres c’est  l’égo pur de certaines familles et clans de part et d’autre qui a rejailli  sur le peuple Tem. Vrai ou faux ? chacun à sa petite version. Mais ici ce qu’il faut relever est cette allure de tout détruire. Ces bribes de la première génération du peuple Tem en Allemagne qu’on aurait pu canaliser pour faire une fondation qui servirait à élever les murs pour les générations futures. Mais comme se demandait l’africaniste Gérard Prunier : «  Ne vaut-il pas mieux de créer des choses diaboliques que de ne rien créer du tout » ?. Les Tems de Sokodé ont aussi leur petit génie à eux. A défaut de s’unir, ils ont crée quelque chose : du bordel, du désordre.

Tout commence quand la rédaction du Lynx reçoit une dépêche d’un certain  Touré Dawnitsé : « Les Représentants des chefferies MALOURO ,OURO ISSO ,TCHAKPIDE, KPEGNA, NANAGNON et IMAME informe toute la Communauté ADOSSA-GADAOU que :
Conformément à leur promesse de publier l´issue du dialogue qu´elles ont initié le 1er mai 2010 à Nuremberg, portant sur la conciliation des positions de la Communauté et de l´ADT e.V.  à savoir :
Organiser ensemble les festivités ADOSSA-GADAOU 2010  à la Villa Saint-Léon dans l´après-midi ,puis à Frankenstrasse 200 dans la soirée . Leur proposition a été rejetée par l´ ADT e.V. ; ce qui ouvre du coup ,la voie à l´organisation séparée de ces festivités comme . Les deux dernières années par chacun de ces 2 groupes le 22 Mai 2010. »

Nous sommes au Lynx allés savoir. C’est Agoroh Abou alias Lopez qui a accepté dans une longue explication  d’éclaircir sur  la brouille : «  Je suis aussi triste pour tout ce qui se passe. J’ai tout fait. Je suis allé jusqu’à trouvé les solutions minimalistes pour qu’on accède à une paix définitive. J’ai  proposé qu’on pourrait même laisser ADT.eV organisée cette année Adossa -Gadaou et l’année suivante nous l’organisons. Patatras ! J’ai buté sur des divisionnistes, des islamistes, des faucons, et un peu de tout. Pour me clouer, la dépêche qu’on vous a envoyé personne ne m’a prévenu. Il savait que la presse aime tout ceci. Alors je ne peux plus rien dire à partir du moment que la presse est en possession de tout. Nous organiserons Adossa -Gadaou séparément. Je suis très triste et cette formule n’est pas ce que je me suis souhaité pour cette année ». Lopez sait qu’ il ne lui sera pas facile de ramener son peuple à la raison. Pour autant, il dit ne pas en démordre : « Je vais faire asseoir les aînés après cette fête. Nous trouverons une solution ». Mais de quels aînés parle t-il ? Le Dr Katakpaou Touré au nom d’un certain « concept de séniorité » très prisé dans les communautés africaines aurait dit ne plus mettre son aura pour trouver les solutions à la gangrène qui mine son peuple. Trop « d’impolitesse » aurait t-il lâché ! Les autres ainés, il paraîtrait aussi ne cessent de fulminer que : « Toutes les fois, c’est de l’essence et des déplacements par train à nos propres frais pour des résultats nuls ». Comme si l’amour pour un peuple avait un prix ! Dans le même sillage , les recoupements du Lynx jusqu’à la ville de Sokodé ont prouvé que Adossa- Gadaou 2010 n’a pas été fêté cette année 2010.

Pour les uns, la politique s’est invitée dans le culturel. En témoigne le ballet de va et viens de Faure dans la ville de Sokodé seulement en une année. Au final, Sokodé a oublié qu’il y avait quelque chose qui unissait une ville : Adossa-Gadaou. Les autres disent qu’il y a un problème organisationnel . Des deux courants rien ne tient debout. Pour le reste, à l’ADT e.v c’est aussi la même consternation pour cette mésentente. Hypocrisie ou malhonnêteté ? Le juste milieu est qu’ il y a des hommes et des femmes tapis dans l’ombre qui tirent les ficelles, pour une élévation  culturelle d’un peuple. Les plus pessimistes ont parlé d’un gros abcès à crever pour que le peuple Tem souffle. Qui va le crever ?

Au démeurant, c’est la ville de Nuremberg qui a accueilli  le procès des dignitaires nazis il y a cinquante ans qui s’apprête à accueillir des milliers de Tems le 22 mai 2010. A la différence , ceux-ci, viendront pour exposer leurs savoir faire : Un peuple, une ville, une date et deux fêtes: cela s’appelle de la pagaille. Et Fofana Babaderé l’avait trouvé dans une interview au Lynx : « Nos communautés en Allemagne sont à l’image des partis politiques au Togo ». Les aïeux Tems doivent être entrain de se retourner dans leur tombe !

Camus Ali  Lynx.info

Laisser une réponse