Prostitution, pédophilie…. et où est le problème ?

0

Monicagate aux USA sous la présidence du beau et tombeur Bill Clinton, l’affaire DSK du nom de l’ex Directeur Général du Fonds Monétaire International (FMI) au centre de laquelle une peulh Guinéenne Nafissatou Diallo violée à l’hôtel Sofitel de New York par Dominique Strauss Kahn et dont le secret vacillerait entre Dieu , la femme de menage et l’économiste.  Toutes ces affaires du pays des Blancs ne cessent d’alimenter les débats.  A chaque fois, les médias internationaux ne font que nous rebattre les oreilles avec ces affaires d’hommes qui auraient harcelé, agressé et violé des femmes. Des procès étant intentés ça et là pour réclamer justice et réparation pour ces femmes souillées, traumatisées et dont l’intégrité physique a été violée. Heureusement, sous les tropiques, pas d’affaires de ce genre sinon, les avocats ici en seraient débordés. La pédophilie n’est pas une mauvaise chose en soi d’autant qu’elle donne la longevité aux hommes et nourrit des familles enitères des  filles violées. Au Togo, les mêmes juges procureurs et avocats ne trouvent pas trop grave de punir les cancres. La jeune fille «donne» plus et sait mieux rajeunir les cellules selon les termes ici….

La pédophilie au Togo par exemple n’est pas un crime. Et pour cause, on a vu des hommes agés et pas des moindres dire à haute voix que : « La jeune fille peut mieux vous guerir d’une fièvre au lit qu’une ratatinée avec qui on ne sait pas quoi faire avec ». Le SIDA est un mal universel et pas propre au seul Togo pour les uns. Pour les autres, seulement pour décourager les amoureux. Que dire de l’idéologue du RPT Akrima Kogoe qui reconnait être atteind du virus du VIH et qui le partage dans chaque coin de rue à Lomé ? Que dire de Grabriel Ameyi, président de la Féderation Togolaise de Football dont l’histoire avec une petite lolita avait fait couler l’encre? Les députés en privés diront cette fille devrait se sentir heureuse: «Ameyi ce n’est pas n’importe qui » . Résultat, l’homme passe de député à patron des joueurs du Togo. Une promotion bien mérité ! Que dire du fils de la nation dont Agbeyomé Kodjo dit qu’il aurait construit plus de routes dans les fesses de jeunes filles qu’il n’en a jamais construit pour le Togo entier. Et Dieu seul peut reveler aux Togolais la moyenne d’âge de ces filles dont leur président se gave….Pis, Mme Meimounatou Ibrahim qui tient le ministère de la jeune fille ne trouve pas elle aussi anormale que, tel de défroqués sexuels, les hommes se livrent au plaisir sur des «chaires neuves ». Sinon elle aurait pris des initiatives pour sauver ce qu’elle peut sauver. Au demeurant, c’est plutôt elle qui par ces temps de vache maigre trouve normale d’expériementer sur ses lèvres comme sur ses joues des piqûres de botrox, se dépigmente et du coup donne un exemple aux petites filles de faire la chasse à l’homme. Qui a dit que le rôle d’un ministre au Togo est de donner le bon exemple?

Présidents,  ministres, généraux, colonels, DG et autres petits potentats  des tropiques abusent des femmes comme il n’est pas permis et tenez-vous bien, personne n’en parle. Les femmes elles-mêmes trouvant cela normal. Que voulez-vous, avec la pauvreté qui bat son plein sous le chaud soleil tropical, il faut bien qu’elles se mettent à l’abri pour ne pas pâlir et mourir de manques de toutes sortes.   Il n’est pas rare ainsi en Afrique de voir de petites filles à peine sorties de leur adolescence (entre 13 et 18 ans) aux bras de leurs grands-pères pourris de sous sans que personne ne s’en offusque. La pédophilie, nous n’en connaissons pas du tout ici. Il y a des parents, généralement les mamans qui encouragent ces situations afin d’en tirer des dividendes. En tout cas, les affaires de jupes soulevées par des hommes n’ont pas encore fini de révéler leurs dessous.  Mais, qu’en est-il alors des femmes qui ne manquent pas d’ingéniosités agressives pour s’arracher les hommes ?

Agressions sexuelles, harcèlements et viols : Et les femmes dans ces feuilletons !

En effet, l’on ne parle presque jamais de ces femmes qui passent leur temps à harceler les hommes et à les provoquer avec tout ce que cela suppose comme armes de séduction. Si d’aucuns ne le savent, certaines femmes très calculatrices et manipulatrices ne ratent aucune occasion pour avoir les hommes qu’elles désirent dans leur lit. Tenues provocatrices, gestes osés et excitants, elles ne ménagent aucun effort pour amener un homme malgré lui, à sauter le pas. Que dire de tous ces comportements des femmes? Quel qualificatif attribuer à ces gestes bien placés et déplacés à la fois ? Et toutes celles qui usent et abusent de leur charme pour obtenir vite et bien des faveurs notamment, des postes ministériels, de DG et autres, qui en parle?

Non, les féministes de tout bord et les justiciers ne regardent pas de ce côté. Ils sont souvent si absorbés par les cas d’agression sexuelle et de harcèlement exercés par des hommes sur des femmes qu’ils oublient aussi que le sexe féminin agresse et harcèle. Nous dirions même pour surprendre nos amis féministes que les femmes sont plus agressives sur ce plan que les hommes. Il suffit de jeter un coup d’œil dans les rues des grandes villes d’Afrique pour constater que ce que nous révélons ici est loin de la blague. A travers leurs tenues dont la plupart mettent en relief tout leur corps y compris les parties intimes, certaines femmes ne font que se livrer à une forme d’agression sexuelle qui ne dit pas son nom. L’agression n’est pas que physique, elle est aussi psychologique et mentale.

   A Lomé à l’heure actuelle, chaque jour avec sa foire au sexe. Les filles ne savent même plus quoi porter comme tenue pour taper vite et bien dans l’œil d’un garçon. Si peu d’entre elles restent encore très attachées à la sauvegarde de leur image, beaucoup s’en moquent et s’adonnent à une nudité déguisée. Une fois sur les taxis-motos ou zémidjans, ces filles prennent soin de laisser transparaître les perles au tour de hanche. Soit elles portent des tenues transparentes qui laissent voir la couleur des slips. Des formes d’agression qui incitent au viol et au harcèlement. Le phénomène prend de l’ampleur à tel point que beaucoup d’observateurs en viennent à se demander s’il n’est pas temps d’exiger un peu plus de décence du côté de la gente féminine. Certes, leur corps leur appartient et elles sont libres d’en faire ce qu’elles veulent mais qu’elles ne viennent pas se plaindre après de quoi que ce soit.  Il  serait mieux de dire aux filles de tout faire pour préserver leur image, dignité et leur corps. Parlant d’image, celle de la femme s’est complètement dégradée de nos jours.  Objet dans les mains des nantis qui en font ce qu’ils veulent, vil objet sexuel et produit maintes fois utilisé sur les écrans de télévision, la femme a perdu ses lettres de noblesse d’antan. Elle n’est plus vue avec respect comme avant.

« Que veulent les femmes d’aujourd’hui au juste? Quand elles sont là à harceler et à agresser les hommes dans les rues, marchés, manifestations et autres, leurs avocats défenseurs ne disent rien mais quand ça chauffe un peu, tous commencent à crier sur les toits au harcèlement, à l’agression et au viol. Qu’ils nous foutent la paix ! Entre nous, fut-elle femme de chambre, comment Nafissatou Diallo a pu s’introduire sans difficulté dans la suite de DSK ? Personne ne dit mot à propos des manèges de ces femmes calculatrices et manipulatrices », a laissé entendre Pierrot Kunkel, un jeune apprenti mécanicien à Lomé.  Elles ont plus d’un tour dans leur sac.
 
Pour finir, prière surveiller et conseiller plutôt les filles. Parents, féministes,
avocats et tous ceux épris des droits de la femme feraient mieux de moraliser un temps soit peu leurs protégées que d’attendre après, pour crier à se tordre les cordes vocales.

Baba Tunde Lynx.info

 

 

Laisser une réponse