Ce Référendum qui fait tourner l’Afrique en bourrique ! [Par Dr David IHOU]

0

Mais l’essentiel, c’est qu’on ne verra aucun américain mourir bêtement pour un troisième mandat de Barak OBAMA !

Du latin referre, le référendum est un vote direct de l’ensemble des électeurs d’un Etat ou d’une collectivité locale qui se détermine sur une proposition de nature législative, ou constitutionnelle, à l’initiative du pouvoir exécutif ou des citoyens, selon les modalités définies par la loi…Les choix possibles étant OUI ou NON, le projet soumis au vote est accepté ou rejeté. Le référendum permet d’obtenir l’aval du peuple sur les grandes questions de société ou institutionnelle…Par extension, on utilise ce terme pour une consultation auprès d’un groupe…

Si Barak OBAMA décidait aujourd’hui de convoquer un référendum national aux USA, pour sauter le verrou de la limitation des mandats à deux, les Américains vont « se marrer » et dire que le Premier Président afro-américain des Etats-Unis d’Amérique est contaminé par une nouvelle maladie appelée « référendite », maladie qu’il aurait contractée au Kenya ou en Ethiopie, lors de son passage récent en Afrique…Mais aux USA, on est sérieux, on respecte les textes et les Institutions de la République. Si la COUR Suprême et le CONGRES estiment que la convocation du Référendum est légale, c’est –à-dire, faisant partie des prérogatives des Présidents américains, le peuple américain ira voter, pour le 28ème amendement de la Constitution américaine. Il ira voter pour dire OUI ou NON à cet amendement, et si OBAMA veut briguer un troisième mandat (si le Oui l’emporte), il briguera un troisième mandat, et sera élu ou ne sera pas élu. Si je dois parier, je ne miserai pas un kopeck sur OBAMA, parce que je pense qu’il ne sera pas élu, et qu’il sera laminé par le candidat républicain…

Mais l’essentiel, c’est qu’on ne verra aucun américain mourir bêtement pour un troisième mandat de Barak OBAMA !

Barak Obama ne sera pas élu, non pas parce qu’il est Noir (il n’y a que 12 % de Noirs aux USA, mais il a été élu et réélu une fois), mais parce que huit ans à la tête des USA vous laisse lessivé et au bout du rouleau. L’exemple de Ronald REAGAN est pathétique : après ses deux mandats, atteint de la maladie de Heixheimer qu’il a contractée dans la 8è année de sa Présidence, il ne se rappelle plus après, qu’il a été Président de la Première puissance du monde !

Pourquoi alors le référendum est un mot qui donne le tournis à l’Afrique ? Ces derniers temps, les africains meurent bêtement à cause du référendum et deviennent même fous en entendant ce mot !
Burundi, Burkina Faso, Congo, République Démocratique du Congo, Rwanda, Tchad, etc. La liste est longue de ces pays ou le référendum tue !

Le pays le plus à plaindre est le Burundi ! Pierre Nkurunziza vient d’être réélu Président de la République et a prêté serment ce 20 août 2015, dans un processus inutilement sanglant !

Pourquoi ne pas choisir un seul et unique candidat de l’opposition, pour battre Mr Nkurunzia, à la présidentielle, alors qu’on est parvenu à choisir un candidat unique pour gérer l’opposition, après élection présidentielle ? Pourquoi sacrifier la vie de 100, 200 burundais ou plus, pour un simple troisième et dernier mandat de quelqu’un ? Quelle est la place du Conseil Constitutionnel dans ce pays ?…Ce sont des questions auxquelles seuls les burundais peuvent répondre, et je leur souhaite du courage !

Au Burkina FASO, est-ce que Blaise Compaoré avait le droit d’organiser un référendum pour sauter le verrou de la limitation des mandats ? Oui, c’est dans ses prérogatives, et seuls les burkinabé peuvent nous dire pourquoi ils ont fait une insurrection sanglante. Aujourd’hui, plus de dix candidats sont déjà déclarés pour la présidentielle du 21 octobre prochain, alors qu’il suffisait d’un seul candidat unique de l’opposition pour bouter pacifiquement Blaise Compaoré hors du palais présidentiel, en faisant l’économie d’une cinquantaine de vies humaines, d’un Parlement brûlé et de plusieurs commerces détruits !

Joseph Kabila, Denis Sassou Nguesso, Idriss Deby, Paul Kagamé, et les autres, ont-ils le droit de convoquer un référendum pour sauter le verrou de la limitation des mandats ?

Oui, Oui, Oui, ils ont le droit, et il appartient à leurs opposants d’apprendre aux Peuples de ces pays, à dire NON, s’ils n’approuvent pas cette modification constitutionnelle dans ces pays ! S’il y a encore des morts nègres dans ces pays sus cités, c’est que le Nègre est maudit !
Les africains doivent beaucoup apprendre de la SUISSE, pays champion du Référendum.
La SUISSE est une démocratie consociationnelle, par opposition aux démocraties majoritaires. Depuis 1848, date de l’entrée en vigueur de leur Constitution, les suisses ont eu recours à 565 fois au moins au référendum ! Et plus de la moitié des référendums nationaux réalisés dans le monde ont eu lieu en SUISSE !

Le problème des Africains, c’est la paresse ! On ne veut pas dégager un Président sortant à la fin de son premier mandat, en présentant des arguments convaincants au peuple, comme les français l’ont fait avec SARKOZY, ou les Américains avec Jimmy CARTER, mais il faut que le Président fasse tranquillement ses deux mandats, et on vient pour le remplacer, par défaut ! L’exemple typique est le Burkina Faso où aucun homme politique n’a dit aux habitants du pays des hommes intègres :

« Laissez Blaise Compaoré et suive-moi, je vais le battre à plate couture s’il se représente », ou : « Laissez-le organiser son référendum, et votez tous NON ! »

On aurait eu zéro mort au Burkina, zéro Parlement brûlé, zéro blessé, zéro commerce détruit ou brulé !

Aujourd’hui, plus de dix candidats se sont déclarés candidats pour la présidentielle du 21 octobre 2015 ! Seuls les burkinabé peuvent nous expliquer pourquoi cette illogique situation burkinabé…
Chers frères Nègres, arrêtons de prendre le référendum comme un épouvantail ! C’est le seul moyen vraiment légal d’avoir l’aval du peuple sur les grandes questions de société ou constitutionnelles et institutionnelles… Il n’y en n’a pas d’autres !

Dr David IHOU, Consultant en Géopolitique et Stratégie sécuritaire
 

Laisser une réponse