Boukary Kaboré, ex compagnon de Thomas Sankara explose : « Au lieu de trouver les coupables, la justice passe son temps à auditionner des gens qui n’ont pas assisté à l’assassinat »

0

Selon lui, avec la fuite de Blaise Compaoré, les autorités ont rouvert le dossier Sankara et cela est l’essentiel

Boukary Kaboré, ex compagnon de Thomas Sankara explose : « Au lieu de trouver les coupables, la justice passe son temps à auditionner des gens qui n’ont pas assisté à l’assassinat »Le mardi 26 mai restera gravé dans les mémoires collectives des burkinabè et de tous ceux qui, depuis des années, se battent pour que justice soit faite sur l’assassinat de Thomas Sankara. Ces supposés restes ont en effet été exhumés pour des expertises entrant dans le cadre d’une instruction judiciaire. Mais ces différentes actions ne sont pas du goût de Boukary kaboré dit le lion, ancien compagnon de Thomas Sankara et commandant du Bataillon d’intervention aéroporté (BIA) de Koudougou au moment des évènements du 15 octobre 1987.

Boukary Kaboré depuis l’annonce, il y a de cela quelques mois, de l’exhumation des restes de Thomas Sankara avait formellement marqué sa désapprobation. Il avait même depuis lors débouté les nombreuses presses qui l’approchaient.

En marge de l’inhumation de Norbert Michel Tiendrebeogo, président du Front des forces sociales (FFS), le mardi 26 mai, le Lion s’est enfin exprimé ouvertement sur le sujet : « j’avais déjà dit qu’on n’exhume pas une personne décédée accidentellement. Chez les mossi, c’est un interdit. Maintenant, en l’exhumant, qu’est-ce que nous voulons en fin de compte ? Voulons-nous attirer le mal sur nous ? » Selon lui, avec la fuite de Blaise Compaoré, les autorités ont rouvert le dossier Sankara et cela est l’essentiel.

« A-t-elle assisté à l’assassinat de son mari ?»

Boukary Kaboré estime que la justice doit arrêter tous les assassins et des personnes qui doivent faire l’objet d’interpellation, et ne s’exclu pas : « même moi, je dois être interpellé, parce que j’avais des hommes à la garde présidentielle ; on doit interpeller toutes les personnes qui étaient aux côtés de Thomas Sankara. Mais pourquoi aller actuellement vers une procédure judiciaire ? L’affaire me fait très mal. La suite qui est donnée à cette affaire n’est pas normale. C’est comme si Thomas Sankara venait tout juste de mourir ».

« Ça me fait mal »

Par ailleurs, le Lion affirme ne pas comprendre la démarche de la justice qui, le 18 mai dernier, a auditionné Mariam Sankara, veuve de Thomas Sankara. « Je me demande même qu’est-ce qui pousse la justice à auditionner la veuve de Sankara ? », se demande-t-il avant de s’interroger : « A-t-elle assisté à l’assassinat de son mari ? Au lieu de trouver les coupables pour les juger, la justice passe son temps à auditionner des gens qui n’ont pas assisté à l’assassinat ».

Boukary Kaboré n’a pas caché son désarroi face à l’exhumation des restes du père de la révolution burkinabè « ça me fait mal », a rugi le Lion. « On est venu poussière et on retournera poussière. Thomas Sankara ne reviendra plus, donc si la justice ne veut pas rechercher les coupables, qu’elle nous laisse en paix », a conclu Boukary Kaboré avec amertume.

Radio Oméga

Laisser une réponse