Berlin opte pour la « Démocrature » au Togo ! Faure grand « démocrate » selon Günter Nooke ! [Camus Ali]

0

Ici, les intérêts sont les intérêts et il ne faut pas avoir honte de manger à table avec le diable

Jamais un sans deux ! L’erreur fatale que le Togolais a dans l’appréciation de ses deux ex- colonisateurs est que, le Français est « mauvais » et l’Allemand est « bon » ! Autant se demander comment le peuple allemand peut-il devenir subitement bon à nos yeux, quand il y a, à peine soixante ans que ces derniers jetaient encore les juifs dans les fours crématoires ! Autant se demander comment l’Allemand est-il mieux que le Français quand, des têtes des Hereros en Namibie furent tranchées et exposer dans le musée de Berlin pour le plus grand plaisir de curieux touristes ? Passons ! Depuis que Berlin n’a plus « sa » propre politique étrangère en Afrique, si c’e n’est de s’aligner « mouton-mouton » derrière celle de Paris, des faucons allemands de la politique « brute » ont pris goût aux « Démocratures » sous les tropiques comme les enseigne la France. Ils prennent d’assaut les allées de la Marina [Palais présidentiel, ndlr] sans vergogne ! Il est question de venir prendre aussi leur part de gâteau au vu et au su de tous. D’ailleurs, les stratèges de la chancelière Angela Merkel ne s’en cachent même plus. Fini le temps où, comme un seul homme, l’Allemagne entière et debout regrettait que les soudards de Faure Gnassingbé avaient mis à sac et en lambeaux leur joyau, le Goethe Institut. Fini le temps où l’ambassadeur allemand à Lomé recevait des balles pour avoir hébergé chez lui l’ex-ministre de l’intérieur François Akila Boko. Ici, les intérêts sont les intérêts et il ne faut pas avoir honte de manger à table avec le diable. Même si, l’ex ministre des Affaires Etrangères Allemand, Joschka Fischer reconnaissait qu’il y a des présidents qu’il faut bien se laver les mains avec du savon avant de les saluer, la nouvelle Allemagne d’Angela Merkel alias « Angie » semble s’en taper. Le défilé semble même être devenu lugubre voire malsain. Quand il y a élection sous les tropiques, on ameute des officiels qui ne représentent rien en Allemagne mais qui, une fois venus en Afrique sont des moralisateurs, des conseillers, des faiseurs de rois…. Quand les élections présidentielles pointent à l’horizon au Togo, l’Allemagne comprend que Paris ne va pas changer sa position de s’asseoir et que, le vieux cheval Faure Gnassingbé est plus favorable à leur corruption que, Jean-Pierre Fabre qu’on ne connait pas. D’ailleurs, Fabre flanqué d’un certain Abass Kaboua montreront leur méconnaissance totale sur de la politique étrangère allemande en allant exposer les problèmes de l’opposition togolaise à Martin Schulz aujourd’hui président du Parlement Européen à Bruxelles et choisit par la coalition CDU-CSU-SPD que de les exposer directement avec les socio-démocrates allemands sur le terrain. Secundo, quand Jean Pierre arrive en Allemagne, c’est Mr Dietrich Becker le représentant Afrique, qui lui crache au visage que, Faure serait tellement populaire qu’il ne sait pas pourquoi l’opposant faisait la tournée pour expliquer aux uns et aux autres les raisons pour qu’on le dégomme. Prendre bien acte ! Jean-Pierre Fabre en bon « composant » a tout fait pour que, le coup de gueule de l’Allemand ne se retrouve pas dans la presse. Résultat : il ira aux élections en étant auparavant prévenu que rien ne sortira au soir des urnes du 25 avril 2015, si ce n’est pas le nom de Faure Gnassingbé comme gagnant !

De un comme en mille, personne ne refuse aux politiciens allemands de choisir le camp de la dictature. Ce qu’on leur reproche, c’est ce cynisme qui nous rappelle l’époque où Hitler faisait mine de ne pas voir comment son armée marchait sur les minorités Gitanes. Avant les élections présidentielles d’avril 2015, c’est un mystérieux pied nickelé appelé Johannes Selle (CDU), membre du Comité de la Coopération au Bundestag qui nous disait construire un mystérieux groupe d’amitié avec le Togo. Aujourd’hui, c’est un autre qui se présente comme conseiller d’Angela Merkel qui nous provoque : « De notre point de vue, le pays est sur le point de devenir un modèle pour la démocratisation en Afrique et on ne peut qu’encourager ce processus qui est conduit sous l’impulsion du chef de l’Etat » lance t-il dans une inetrview au journal de la propagande. On se demande pourquoi n’a-t-il toujours pas amené Faure Gnassingbé avec lui à Berlin, afin que ce dernier leur apprenne les clés de sa réussite sur la démocratie pour le bonheur des Allemands ? Quand un pays ne veut pas aller loin, voici les spécimens qui écrivent son histoire.

Les sociétés ne posent des problèmes qu’elles peuvent résoudre ou doivent résoudre selon l’Allemand Karl Max. Le problème que les Togolais doivent et peuvent résoudre actuellement, est celui de ne plus laisser de vulgaires pieds nickelés, soit dit-on représentant spécial de la chancelière allemande venir dans leur pays placé au journal officiel des mots qui fâchent !

Camus Ali Lynx.info
 

Laisser une réponse