Au Togo, le ministre de la Santé attend Ebola

0

En effet, au moment où la panique gagne les populations d’Afrique de l’ouest et les ministres de la santé de cette région du continent appuyés par l’OMS s’activent pour venir à bout de la fière hémorragique à virus Ebola, le Togo de Faure n’a pas de ministre de la Santé.

« Ce n’est pas du tout normal. Faure ne va pas nous dire qu’il a du mal à trouver un ministre de la santé jusque-là. Donc, à part le professeur Kondi Agba et Komlan Mally, il n’y a plus personne au Togo pour occuper le poste », s’emporte Yaou Ignace, un jeune chômeur à Lomé. Et un autre qui a requis l’anonymat d’enfoncer le clou : « Ces gens-là (ndlr les autorités) se foutent de nous. Quand ils souffrent d’un petit mal, ils courent prendre des avions pour aller se faire soigner à nos frais mais, lorsqu’il s’agit de la santé des autres, ils se livrent à des gymnastiques. N’est-ce pas que pour une péritonite, l’autre avait vite fait de monter à bord d’un avion ! Et tous les Togolais qui souffrent du même mal et qui ne peuvent pas prendre les airs ? Sinon, je n’arrive pas à comprendre pourquoi jusqu’à présent, il n’y a pas de ministre de Santé dans le gouvernement. Au moins s’il y en avait, on saurait à qui s’adresser directement. Maintenant que le virus Ebola n’est pas loin de nos portes, s’il n’est pas déjà dans nos murs, on va voir ce que ça va donner. Que quelqu’un m’explique ce qui ne va pas dans ce pays où on laisse pourrir les choses avant de réagir. »

En effet, au moment où la panique gagne les populations d’Afrique de l’ouest et les ministres de la santé de cette région du continent appuyés par l’OMS s’activent pour venir à bout de la fière hémorragique à virus Ebola, le Togo de Faure n’a pas de ministre de la Santé. Depuis septembre 2013 où le professeur Bassari Charles Kondi Agba est débarqué du poste, les Togolais n’ont plus vu à quoi ressemble un ministre de la santé dans leur pays. Bientôt un an. Pour avoir cherché en vain le remplaçant du professeur vétérinaire Charles Kondi Agba dans un Togo où les compétences en la matière ne manquent pas, le prince s’est résolu à rattacher le poste provisoirement à la primature. Une primature où l’occupant des lieux n’a pas encore fini de régler les problèmes de son propre cabinet. A croire que la santé des Togolais n’est pas aussi importante pour que l’on en prenne soin. Pendant que la situation perdure, les hôpitaux et centres de santé du pays fonctionnent au ralenti. Au CHU Sylvanus Olympio par exemple, le plus grand du pays, le personnel semble démotivé, paralysé et attendre la fumée blanche des négociations entamées depuis lors avec les autorités pour l’amélioration de ses conditions de vie et de travail.Peut-être qu’avec Ebola, les choses vont prendre une autre tournure et que le prince pourra nommer enfin un chargé à la santé des Togolais. Franchira-t-il vite le pas ?

Taffa Biassi Lynx.info

Laisser une réponse