Atermoiements de la France au Mali: «on est à la ramasse», selon le colonel Hogard [Par Jean-Baptiste Mendes]

0

Alors que la France a perdu cinq militaires engagés au Mali en une semaine, Florence Parly, ministre des Armées, a évoqué une probable réduction des effectifs de la force Barkhane. Une annonce surprenante selon le colonel Jacques Hogard, très critique sur l’absence de stratégie politique pour guider cette intervention militaire.

Au Mali, «le vrai problème est politique, il n’est pas militaire», résume le colonel Hogard.

Dans un entretien à Sputnik, l’ancien officier de Légion et des forces spéciales ne mâche pas ses mots face à la possible réduction des effectifs de la force Barkhane, annoncée par Florence Parly, dans un entretien accordé au Parisien.

«Une bonne stratégie militaire est toujours subordonnée à une vraie vision, une vraie stratégie politique», poursuit-il avant d’ajouter, cinglant: «Je crois que nous n’avons pas de stratégie politique.»

Alors que la France décidait le 2 février 2020 l’envoi d’un renfort de 600 soldats, portant l’effectif présent à 5.100 militaires, la ministre des Armées a affirmé ce 4 janvier que «nous serons très probablement amenés à ajuster ce dispositif: un renfort par définition, c’est temporaire.» Après les trois militaires du 1er régiment de chasseurs tués dans une attaque le 28 décembre, les deux morts supplémentaires du 2e Régiment de hussards, le 2 décembre à Menaka, semblent être de nature à faire fléchir le gouvernement. Pis, pour l’ancien militaire, cette annonce reflète l’incapacité du gouvernement à appréhender les réalités régionales.

Des «succès tactiques» sans lendemain?

«On est plutôt dans la communication qu’autre chose», souligne l’ancien officier para. Même s’il concède que 50 soldats français tombés au Mali sont toujours «trop», Jacques Hogard ne peut s’empêcher de les comparer aux quelque 15.000 soldats tués durant la guerre d’Algérie, et de juger en conséquence les pertes de l’opération Barkhane «faibles». Ainsi pointe-t-il cette contradiction entre le risque inhérent à toute opération militaire et les évolutions sociétales:

«On ne fait pas la guerre sans admettre le risque de la mort. Or, nous sommes dans une société qui n’admet plus l’idée de la mort.»

Dans le même entretien au quotidien de la capitale, Florence Parly justifie le renfort de 600 hommes de février dernier par un objectif principal, celui de cibler «le groupe affilié à Daech, l’État islamique au Grand Sahara (EIGS)» dans la zone des trois frontières (Mali, Burkina Faso, Niger). Une stratégie qui aurait permis de remporter des «succès militaires importants» en 2020, notamment la neutralisation de deux leaders terroristes, Abdelmalek Droukdal en juin et Bah Ag Moussa en novembre.Mais remporter des batailles ne fait pas forcément gagner les guerres. L’ancien diplomate et spécialiste du Sahel, Laurent Bigot, confiait à Sputnik en septembre 2020 que Barkhane avait certes rencontré «des succès tactiques», mais que cette opération se révélait finalement un «échec stratégique», au vu des progrès des groupes terroristes et de l’appui peu probant aux armées nationales.

Le gouvernement français navigue à vue

Si la ministre admet la forte capacité de résistance des «terroristes», elle se félicite que la force Barkhane n’ait de cesse de s’«adapter à la configuration du terrain, aux modes opératoires des groupes terroristes.» L’action française se révèlerait pour autant inefficace, estime le colonel Hogard, tant les acquis militaires devraient être couplés à une stratégie politique, une vision d’ensemble.

La cécité française n’est d’ailleurs pas neuve, puisque ces troubles au Sahel proviennent notamment «de la déstabilisation de la Libye par la chute de Kadhafi en 2011, provoquée par la France et le président Sarkozy.» Depuis, le gouvernement français navigue à vue dans sa stratégie vis-à-vis du Mali, affirme notre interlocuteur. Le 18 août dernier, le coup d’État militaire à Bamako prenait de court le Quai d’Orsay.

«Les bons observateurs savaient que le régime d’IBK ne pouvait pas durer, c’est un régime pourri jusqu’à la moelle par la corruption, les arrangements. On ne peut pas avoir été surpris par ce coup d’État. Ça veut bien dire qu’on est là-bas un peu hors-sol. La compréhension du milieu, de l’environnement, des jeux politiques sur place, est fondamentale. Or j’ai l’impression qu’on ne les maîtrise plus, on est à la ramasse, on est toujours en train de courir derrière l’évènement.»

L’objectif à long terme de la France est-il de «soutenir des gouvernements fatigués et au bout du rouleau» ou de permettre à ces États du Sahel de «se forger un avenir sur des bases solides»? L’ancien militaire s’insurge alors contre le fait systématique de coller «l’étiquette islamiste ou djihadiste» à tous ceux qui sont «opposés à la politique du gouvernement de Bamako» jusqu’au renversement d’Ibrahim Boubacar Keita:

«Ils nous prennent comme cibles parce qu’on est là et parce qu’on leur tire dessus […] Les Touaregs et les Peuls ne sont pas anti-français au départ. Mais les soldats français sont sur le terrain pour leur faire la guerre, parce qu’on leur a collé l’étiquette de djihadiste. Je ne suis pas certain que cette étiquette corresponde à chaque fois à des djihadistes.»

Une maladresse synonyme d’une prise en compte trop superficielle des réalités ethniques, économiques et sociales de la région. Et Jacques Hogard de regretter que les revendications du MLNA, mouvement de libération nationale pour la libération de l’Azawad, composé «de Touaregs qui n’étaient pas particulièrement islamistes», n’aient pas été entendues.

«On a laissé pourrir la situation», conclut l’ancien officier para avec amertume.

Source:https://fr.sputniknews.com/france/

Laisser une réponse