Ahmed Kadhaf al-Dam : Oui ! Sarkozy a bel et bien eu de Kadhafi des dizaines de millions d’euros

0

 Un cousin de Mouammar Kadhafi et ex-dignitaire du régime, Ahmed Kadhaf al-Dam, évoque dans un entretien à « L’Express », mercredi 17 septembre, « des dizaines de millions d’euros » distribués à Nicolas Sarkozy « en plusieurs versements à partir de 2005-2006 ».

Un cousin de Mouammar Kadhafi évoque « des dizaines de millions d’euros » distribués à Nicolas Sarkozy « en plusieurs versements à partir de 2005-2006 ».

Tandis que Nicolas Sarkozy se prépare à annoncer son retour en politique, un nouveau témoignage vient accréditer l’hypothèse d’un financement par la Libye de sa campagne présidentielle victorieuse de 2007.

Un cousin de Mouammar Kadhafi et ex-dignitaire du régime, Ahmed Kadhaf al-Dam, évoque dans un entretien à « L’Express », mercredi 17 septembre, « des dizaines de millions d’euros » distribués à Nicolas Sarkozy « en plusieurs versements à partir de 2005-2006 ».

Des juges du pôle financier enquêtent depuis avril 2013 sur des accusations de financement de la campagne de 2007 de Nicolas Sarkozy par le régime libyen de Mouammar Kadhafi. Les accusations sont lancées, sans preuves, par Ziad Takieddine, lui-même mis en examen pour son rôle d’intermédiaire dans des ventes d’armes dans le volet financier de l’affaire Karachi. Parmi les ex-dignitaires libyens, certains ont confirmé ce financement, sans fournir d’élément matériel, d’autres ont démenti.

Placé sur écoutes

Par ailleurs, Nicolas Sarkozy a déposé plainte pour faux contre Mediapart, qui avait publié une note semblant accréditer ce financement en pleine présidentielle de 2012. Une autre enquête est ouverte à ce sujet.

Dans l’enquête sur ce possible financement libyen, l’enregistrement d’une conversation téléphonique entre Nicolas Sarkozy, placé sur écoutes, et son avocat a provoqué l’ouverture d’une information judiciaire le 26 février pour trafic d’influence et violation du secret de l’instruction. L’ex-président a-t-il tenté, avec l’appui de Me Thierry Herzog, de recueillir des informations dans une procédure le concernant auprès d’un haut magistrat contre une promesse d’intervention pour l’aider à obtenir un poste de prestige? La justice le soupçonne. Ces écoutes ont conduit à la mise en examen pour corruption de l’ex-président.

A-S. H. (avec agences) 

Laisser une réponse