Agbeyomé Kodjo : Se lever comme un seul homme ou périr !

0

Togolaises, Togolais,

Mes Cher(e)s Compatriotes,

Ce samedi 16 juin 2012, journée de l’enfant africain où le Collectif Sauvons le Togo (CST) s’apprête à s’associer à la marche hebdomadaire du FRAC pour honorer la mémoire du nourrisson de six mois mortellement asphyxié lors de la répression policière du 13 juin 2012, et remettre au cœur de l’aventure collective de la Nation nos enfants et notre jeunesse ; ses responsables dont Me Zeus AJAVON, Me Raphael KPANDE ADJARE, Me Gil Benoit  AFANGBEDJI  de même que certains de ses membres notamment Edem ATANTSI de l’ANC, Pédro AMOUZOU et Ferdinand AYITE de Sos Journaliste en danger, ont été arrêtés par le Capitaine AKAKPO du Service de Renseignement et d’Investigation (SRI) et détenus à la Gendarmerie Nationale.

Au même moment, les domiciles des leaders du Collectif Sauvons le Togo (CST)  notamment Jean Pierre FABRE de l’ANC, et Aimé Tchabouré GOGUE de l’ADDI sont cernés par des éléments de la gendarmerie qui les ont assignés à résidence,  et ont dispersé  à coups de grenades lacrymogènes les manifestants réunis à Tokoin Trésor, point de départ de la marche autorisée de ce jour du FRAC.

C’est dans ce contexte de violence d’Etat sur les leaders et sympathisants du Collectif Sauvons le Togo (CST) que le capitaine AKAKPO du SRI m’a invité par téléphone à le rencontrer à la Gendarmerie Nationale. Invitation que j’ai déclinée sous réserve de me présenter avec mes avocats !
Au moment où la grande majorité des opprimés et désespérés du Peuple togolais se retrouve légitimement à travers les revendications contenues dans la plateforme citoyenne du Collectif Sauvons le Togo (CST), et que la communauté internationale notamment la France invite le gouvernement  à « un dialogue constant dans le respect de tous », en vue de l’apaisement de la vie politique ; rien ne saurait justifier une fois de plus  l’instrumentalisation délibérée de la violence d’Etat, pour réduire au silence, les légitimes aspirations de notre peuple portées par le Collectif Sauvons le Togo (CST).

Togolaises, Togolais,
Mes Cher(e)s Compatriotes,

Récemment j’invitais solennellement Faure GNASSINGBE le premier responsable pour faire réussir le Togo, à dresser la bannière pour un sursaut républicain afin de préserver notre peuple de lendemains douloureux.

Je ne pouvais imaginer que la profondeur de la désespérance collective créerait si promptement une grande adhésion nationale aux initiatives du Collectif Sauvons le Togo (CST)  fort allergiques à FAURE GNASSINGBE et à la Nomenklatura.
Je ne pouvais imaginer que la perte des valeurs au sommet de l’Etat a également emporté le caractère sacré de la vie des enfants et des lieux de culte au Togo.
Je ne pouvais imaginer enfin que le Peuple togolais nonobstant son indicible désespérance se verrait refuser le droit de manifester pacifiquement.

Togolaises, Togolais,
Mes Cher(e)s Compatriotes,

Aujourd’hui plus que jamais, ici et maintenant, chacune et chacun doit courageusement se lever pour défendre aussi bien le droit sacré des enfants que la vie elle-même dans son essence, la constitution et les lois de la République, et notre droit inaliénable à la liberté, la justice sociale et la prospérité partagée.

C’est pourquoi au nom du Collectif Sauvons le Togo (CST)  et conformément à l’article 150 de notre Constitution, je lance un appel solennel à toutes les filles et à tous les fils du Togo tout entier, dans toutes nos villes et nos campagnes, de se lever comme un seul homme pour mettre fin au règne  de l’arbitraire et de l’impunité sur la Terre de nos Aïeux.

Que Dieu bénisse le Togo et chacun de ses enfants !
Peuple Togolais, par ta Foi, ton Courage et tes Sacrifices, la Nation togolaise doit renaitre !

Agbeyomé Kodjo

Laisser une réponse