Abalo Pétchélébia : Il va siffler le match Gnassingbé contre Gnassingbé

0

 

C’est ce qu’on peut appeler «   Gnassingbe’S Show » en plein western tropical et  qui est annoncé pour le 31 août 2011. Le sheriff, je dirais l’arbitre qui va siffler le début comme la fin du match, ou bien mieux du rodéo  n’est pas un inconnu dans l’art de tordre le cou au droit. Celui qui va dire qui a gagné ou pas, s’appelle Abalo Pétchélébia, kabyè d’origine et cadre du parti RPT. Autant dire que le procès est à 100%  kabyè avec une brochette d’apparatchiks kabyès aussi citée dans le coup du 14 avril 2009 et qui donnera selon le « jargon de Faure », droit à une inculpation pour atteinte à la sureté de l’Etat.  Pour rappel, l’arrèstation comme la traîtrise en passant par l’humiliation connue par le député Kpatcha Gnassingbé furent aussi à 100% une innovation kabyè. Autant dire que ce sont les loups de la même bergerie qui se mangent ! Pour autant, l’art dans un duel entre « cow-boys » dit que : «  les chances devraient être égales pour tout le monde » avant que chacun ne dégaine son révolver. Mais ici, le révolver de Faure aurait plus de cartouches que celui de son frère cadet Kpatcha Gnassingbé.  Et pourtant, on parle bien sous les tropiques d’une justice égale pour tous. Passons.

Un procès qui fait mal au dos !

Le pire dans cette affaire, est que, un frère veut clouer un frère au pilori. La haine de Faure vis à vis de son frère cadet a atteint un sommet de non-retour que mêmes, ses cheveux commencent par prendre le coup. Mais qui a bien  pu  ligoter les Togolais en 2005 pour que, lui Faure devienne président, si ce n’est le gros, donc Kpatcha ? A cette question, un cadre kabyè du RPT est clair : «  Il fallait qu’on élimine un Gnassingbé. Nous avions trouvé avec nos amis français que l’autre [ndlr, Kpatcha] était trop fougueux. Il fallait trouver une parade et rapidement. Alors nous avions inventé un coup imaginaire.  Avec Kpatcha, on courait le risque de perdre le pouvoir pour toujours…». 

Ce qui fait qu’aucun Kabyè n’ait daigné lever le petit doigt pour dire haro à l’infamie ?  Haro à la conspiration ? Des recoupements du Lynx, le 31 août 2011, ne rentrera pas dans l’histoire au Togo. Un début de procès sans l’accusé devrait se tenir, sera reporté aux calendes grecques, histoire d’embrouiller le peuple et la communauté internationale. Même les juges aussi sont alertés sur les démarches à suivre. Le procès n’aura pas lieu dans les conditions du droit togolais. Et Faure très prudent à penser mettre toutes les chances de son côté. On ne sait jamais. La preuve, les avocats «  blancs » de Kpatcha ne viendront pas au Togo. Ceux Togolais, iront faire un petit tour. C’est tout. Il se raconte que les cinq premières minutes seront une occasion de reporter sine-die le procès et de laisser pourrir la situation au pire des cas. Bien plus, Faure a tenu à cadenasser toutes les portes au sein même de l’appareil judiciaire. C’est ainsi que le juge Gamato qui préside la chambre judiciaire et connu pour son intégrité morale et son professionnalisme, a été vite remplacé par le patron ex-nihilo du droit  togolais,  Abalo Pétchélébia qui vient dans ce procès scabreux  avec un autre « destructeur du droit » nommé Espoir Assogbavi.  En plus, selon certains praticiens du droit, « le président de la Cour Suprême ne devrait présider que les séances des chambres réunies ». Abalo Pechelibia se retrouve dans ses éléments,dire des conneries qui relèveraient d’une vraie coterie et passer prendre son pot de Tchoukoutou dans une aisance la plus totale. Vous avez dit Etat de droit ? Bienvenue dans la jungle togolaise !

Djima Matapari Lynx.info

Laisser une réponse